Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 04:13

MILLÉSIME 1967

.

.

1967, un grand cru du terroir.

Qui se souvient et qui reconnait ?

Quand la fraternité avait un sens.

Nous ne savions pas grand-chose de la vie

Mais nous avions tout d’un grand cru.

Nous pouvions enfin donner libre cours à nos rêveries d’enfants.

Nous ouvrions à peine les yeux sur le monde et nos espoirs.

On s’affirmait.

C’est à cet âge là que nous n’étions jamais assez prudents.

Pour certains, nous avions vingt ans.

Pour d’autres, précocement nous nous rapprochions.

Nos oripeaux en lambeaux nous les troquions.

Pour l’illusion kaléidoscopique de la civilisation.

Oui nous étions la nouvelle génération.

Toute fougueuse de ses vingt printemps.

Nous sortions du joug de la colonisation.

Des affres et de la soumission.

Habités par la passion de défendre les acquis.

Reconquis par nos aînés après une spoliation d’un siècle et demi.

Persuadés résolument.

Que désormais propice était pour nous le temps

L’innocence de notre adolescence aidant.

Du parfum enivrant de la liberté nous nous grisions.

Naïfs que nous étions.

Nous croyions pouvoir influer sur le cours des événements.

On nous abreuvait goulument.

Du millésime des grandes illusions.

Crédules, aux idéaux nous avions cru très longtemps.

Par embrigadement aux slogans nous souscrivions.

Ah! Grands novices que nous étions.

Passée cette euphorie du moment.

De stratagèmes en tromperies.

Les déboires nous ayant muris.

Nous avions tous revu nos copies.

A postériori nous broyons du noir.

Et

Nous persistons à cultiver nos (dés)/espoirs.

Au terme de nos aventures et de nos errements.

De nos extravagances qui n’ont pas mené bien loin.

Si ce n’est vers des échecs et des horizons incertains.

Il est arrivé le moment (…du méa-culpa et) du passage du témoin.

Rendons à César.

Ce qui appartient à César.

Nos modèles partis de si haut.

Pour finir aussi bas.

‘’Les incompétences…Partiront’’?

Résolument elles partiront.

Aux cadets du nouveau printemps de dresser les bilans.

D’en tirer les conclusions.

Retracer la trajectoire et enserrer le timon.

Par la grâce de Dieu, virer de bord vent devant.

Mouiller le navire à bon port, ‘’ à cœur vaillant…

rien d’impossible’’

Omar BOUAZZA

Omarbouazza2@yahoo.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Athsaidha
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • : HISTORIQUE ET GENEALOGIE DU VILLAGE
  • Contact

Recherche

Liens