Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 17:53
ATH SAIDHA - RASSEMBLEMENT DU 14 OCTOBRE 2016

 

 

Rassenblement du 14 octobre 2016

– Thiwizi n’Ath Saidha –

 

 

 DICOURS D'OUVERTURE

Nous sommes aujourd’hui dans ce magnifique village n’Ath Saidha.

Il nous parait à priori le connaitre mais ce n’est qu’une illusion d’optique.

Pour cerner les contours d’un tel monument, architectural et historique, qui aurait constitué tant de matières à des artistes de diverses inspirations, il faudrait replonger dans ses origines et son histoire ancestrale.

Le nom dériverait de ‘’Sou3ada’’ – les privilégiés.

Le village fait partie d’Idhermen n’Ath M’hend Oumoussa constitués des sept villages limitrophes .

     - Ath Mh’end Oumoussa à l’image des circonscriptions

administratives (actuelles Daira)

- Imsdhourar à partir d’Ighil Ali,

Ath Arzine à partir de Guindouze  

 Imsouhal village de Boudjellil et ceux sur les hauteurs

Tous ces villages constituaient, dans un ensemble homogène et organisé, ce qu'était le royaume n’Ath Abbes  ‘’L3arch n’Ath Abbès’’ dont  la capitale était el Kal3a N’ath Abbes.

Le nom vient de Abbes – prince et fils de Hassen; sultan de Bejaia (vgayeth).

 Par conséquent, notre village étant un démembrement d’un  royaume ayant atteint son apogée entre le 16 éme et le 19 éme siècle , il est du devoir de chacun de veiller à sa préservation.

Nul n’est droit d’occulter son histoire  et ses origines ‘’roujou3 ila el asl fadhila’’.

 

Une citation résumant si bien un certain état d’esprit dit :

‘’on n’emporte pas la terre de sa patrie à la semelle de ses souliers’’.

On a beau naitre aux Amériques, au Canada, dans les différente svilles du pays ou en Papouasie, un certificat de résidence ne nous confère pas une identité.

Nos ORIGINES demeurent, bon gré mal gré, celles de nos ancêtres.

 

Cette terre et ce village a vu naitre des HOMMES.

Ils sont parts vers des horizons lointains…et ils sont revenus à l’image de Mourad Dahmani, Dahmane Dahmani ayant passé plus de quarante années de sa vie aux USA et qui est revenu, en ces jours bénis, se ressourcer sur sa terre natale.

Pour rendre hommage à ses parents aujourd’hui disparus, Dahmane entreprend de restaurer la maison familiale où ont retentis ses premiers vagissements voilà 60 ans.

 

Oui, dans notre courte vie de sexagénaires, nous avons vécu ce flux/reflux cyclique  -in/out- de nos familles.

    -Vers les grandes villes et vers l’Europe après les deux guerres ;

    -  Reflux vers le village en 1942 ;

    - Désertion du village pendant le balayage du pays par le plan

Challe et notamment l’opération jumelle qui avait pour but de

neutraliser la résistance des Moudjahidines de la Wilaya III ;

Ø                       -  Reflux encore une fois vers le village pendant la campagne des        ultras de l’OAS dans les grandes agglomérations en 1961/62 ;

Ø                - Refuge pour certains lors de la décennie rouge ;

Ø          Aujourd’hui, recours au village sous les contraintes induites par les crises politique, économique et la promiscuité.

et    Le déficit de logements, le manque de débouchés  et de la restriction du marché  du travail dans les grandes villes est un autre  phénomène accentuant le retour vers l'intérieur du pays.

‘’DARI DARI, TESTAR 3ARI’’

 

Une prise de conscience latente :

 Un jour de l’année 2012, à la sortie de la mosquée, un jeune Algerois aujourd’hui établi et immergé dans le cocon de ses ancêtres m’a interpellé sur l’âge de notre village.

Un coté de la question m’a d’une part déstabilisé et d’autre part (ré)conforté dans mes convictions sur un retour inéluctable à la réalité de toutes choses historique et identitaire.

J’ai alors esquissé une réponse certaine sur les 200 ans d’âge du village accompagnée d’une promesse d’un approfondissement de la question.

Mes pérégrinations m’ont amené à situer l’âge de nos villages au moins à la prise de Béjaia par les Espagnoles en 1510 soit pour le moins 506 ans d’âge.

Cette hypothèse est confortée par l’état de décrépitudes des ossements de très vieux sites mortuaires disséminés ça et là en extra muros du cimetière actuel.

 

         A propos de cimetière, d’honorables personnes qui ont ce village dans le cœur et y gardent de vieux et grands souvenirs se sont constitués partie prenante dans la construction et les aménagements  du cimetière notamment dans sa partie cloture.

Le financement de l’opération est prévu d’être dégagé en deux phases et en interface avec l’avancement des travaux.

 

L’engagement citoyen :

J’ai toujours en mémoire d’écolier, l’image d’Atlas,  ce Titan qui, dans la mythologique grecque veut dire porteur, a été condamné par Zeus à soutenir la voûte céleste.

Cette image m’est renvoyée par un jeune homme très dévoué pour tout ce qui relève de l’amélioration des conditions de vie dans le village et de l’entretien et de la maintenance des infrastructures collectives.

Si je possédais le talent de notre caricaturiste célèbre, Dilem, je caricaturerais ce Grand Homme très dévoué, comme Atlas portant portant la voute céleste, notre contemporain, lui, porterait le village d’Ath Saidha sur les épaules.

Il n’a jamais été question pour lui d’éloges et de considération en retour de son dévouement, mais juste qu’il se met au service d’autrui ‘’Fisabil Allah’’.

Personnellement, je suis en admiration. Bravo. Des œillères et persévère.

 

ECOLE :

Cette école a ouvert ses portes en 1889.

Pour l’anecdote, deux petits jeunes qui tendaient oreille à une discutions sur les diplômés qu’a produit cette école ont susurré ironiquement entre eux la répartie suivante :

‘’Yew, l’icoule n’Ath Saaidha thesoufghed ijniorène’’.

Voila comment, eu égard à son délabrement, est perçue cette école par des yeux juvéniles.

Alors que son histoire témoigne d’un  passé élogieux comme le refletent les références ci-dessous :

Liste non exhaustive des lauréats de l’école N’Ath Saidha

- Hamou Saadi a obtenu son CEP en 1914

- Mohand tahar Zemiti a obtenu son CEP en 1914

- Mohand seghir Dahmani a obtenu son CEP 1940/1941

- Salah Benadrouche a obtenu son CEP en 1948

- Mokrane Kichou a obtenu son CEP en 1948

- Mokhtar Hamoudi a obtenu son CEP en 1952

- Mokhtar Abdoune a obtenu son CEP en 1953

- Makhlouf Arab a obtenu son CEP en 1954

- Mokhtar Zemiti a quitté l’école en 1949 pour poursuivre ses études à Paris.

Il a eu son bac à paris en 1954 puis son ingéniorat en électronique (aviation) en 1958/60.

Toutes ces personnes avait plus ou moins 14 ans d'âge à la date de l'examen.

Autrement dit, Hamou Saadi et Mohand Tahar Zemiti seraient nés à la fin du 19 éme siècle et constitueraient la première promotion d'une classe d'examen.

Le break entre les générations est certainement du aux perturbations mondiales et aux conséquences des deux grands conflits internationaux (14/18 et 39/45).

Il y en a très certainement d’autres dont je n’ai pas connaissance à l’image de Rachid Bennacer polythecnicien, professeur à Ecole Normale Supérieure (Cachan-France)

Directeur du département de Génie-Civil

Responsable de l'UTR Recherche "Transferts et Environnement"

ENS-Cachan Dpt GC / LMT / CNRS UMR 8535

61, Av du Président Wilson 94235 Cachan Cedex, France

 

Ahcene Zemiti : Docteur en économie, DG en retraite.

 Etc.

Chacune de ces personnes, en son temps, a marqué la vie du village;

et tous réunis, ils peuvent remplir des volumes de littérature sociologique et philosophique sur l'histoire et le parcours de leur vie.

C’est pour cela que nous demeurons redevables envers ce lieu qui a dispensé les sciences, le savoir et l’éducation à maintes générations.

 

Victor Hugo a dit :

‘’construisez des école, vous fermerez les prisons’’.

Un autre grand homme en la personne de J. Kennedy lors de son discours d’investiture a dit aux Américains :

‘’Ne regardez pas ce que le pays va faire pour vous. Regardez ce que vous vous allez faire pour le pays’’.

 

‘’Ts houchough –s’daw wevrigh, s’nigh wevridh’’.

Je moissonne en bas et en haut de la route parcequ’aujourd’hui la récolte  est favorable ‘’Es sava thel9a’’ = Es Sava nath Saidha..

 

Des hommes ont fait de la journée du 20 avril, le printemps Berbère.

Notre village ne possédant pas de référent symbolique à l’image d’une journée commémorative ;

Pourquoi ne ferions nous pas, nous,  de la journée du 14 octobre un ‘’Automne n’Ath Saidha’’ ?.

 

Sadek Abdoune sur l’esplanade de l’école m’a dit un jour ; ‘’si je pouvais et possédais les moyens de rassembler tous les membres composant la famille Thas3idhaouith-‘’ essaimés aux quatre vents, j’en serais comblé’’.

Très émouvant comme cri de cœur.

 

Faisons tous ensemble de cette journée, la RENAISSANCE de ce village et de son école.

Cette journée qui fédérera toute les composantes de notre communauté.

 

 CE VILLAGE, CETTE ECOLE SONT NOTRE PATRIMOINE.

ILS RESTENT LES TÉMOINS DE NOTRE IDENTITÉ.

PRENONS EN SOIN AU RISQUE D’ÊTRE DÉJUGÉS PAR NOS ENFANTS.

 

Pour immortaliser l’événement historique du 14 octobre 2016, un livre d’or est mis à la disposition de tout un chacun.

Il a été dédicacé en Français par les résidents, en Anglais/Français par les Américano/Algériens et en Allemand par une citoyenne Allemande authentique.

 

 Par ailleurs, il a été collecté 19 candidatures pour composer l’Assemblée Générale Constitutive de l’association ‘’Fel Djarra n’lejdhoudh’’.

 

 La collecte a vu la participation de :

v       Anté 14 octobre : 11 donateurs         soit un pécule de =  155 000 DA

v      Le 14 octobre :  25 donateurs            soit un pécule de =    97 495 DA

Soit un Total de  =  252 495 DA

 

NB/ un honorable donateur a pris l’engagement de renflouer la trésorerie destinée à la restauration de l’école à hauteur de un millions de dinars (1 000 000 DA) libérables par tranches successives.

 

Merci à tous, Dieu vous le Rendra.

 

PS/ liste des candidatures pour l’association :

  1.    Bouazza Achène

  2.    Saadi Ahmed

  3.    Saddi Mohamed

  4.    Dahmani Farid

  5.    Benadrouche Mustapha

  6.    Benadrioud Said

  7.    Saadi Salem

  8.    Benadrouche Toufik

  9.    Benadrouche Mohamed

10.    Bennacer Mustapha

11.    Bouazza Rachid

12.    Dahmani Zoubir

13.     Abdoune Malek

14.     Mihoubi Mokhtar

15.    Dahmani Dahmane

16.     Benadrouche Mohand Ouali

17.     Dahmani Mourad

18.    Kichou Hamid

19.  Benadrioud Omar

 

Omar Bouazza

omarbouazza2@yahoo.fr

THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école
THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école

THIWIZI - Rassemblement dans la cour de l'école

VOILA LA RELEVE

ATH SAIDHA - RASSEMBLEMENT DU 14 OCTOBRE 2016
ATH SAIDHA - RASSEMBLEMENT DU 14 OCTOBRE 2016
ATH SAIDHA - RASSEMBLEMENT DU 14 OCTOBRE 2016
ATH SAIDHA - RASSEMBLEMENT DU 14 OCTOBRE 2016
ATH SAIDHA - RASSEMBLEMENT DU 14 OCTOBRE 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • : HISTORIQUE ET GENEALOGIE DU VILLAGE
  • Contact

Recherche

Liens