Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 15:56

 

 

Retrouvailles et remémoration de souvenirs lointains

 

 

 

Henri Scognamiglio

 

A l’époque où la valeur des hommes se mesurait à l’aune du savoir, de la sagesse et des bonnes actions ;

qui des Ouled Saida et des villages avoisinants n’a pas connu ce Monsieur du nom de Scognamiglio?

Toutes générations confondues, qui n’a pas entendu évoquer les qualités pédagogiques  de ce grand Maitre d’école ?

Qui n’a pas constaté l’humanisme et le militantisme de cet homme de conviction ?

Qui n’a pas relevé ce caractère fusionnel avec ses contemporains.

Qui n’a pas senti en lui cet élan envers les plus humbles?

En un laps de temps, cet homme jeune, au caractère trempé né à Bougie en 1928, s’est identifié au village, aux hommes et aux us et coutumes au point d’épouser le comportement du villageois dans ses activités quotidiennes.

      Il a assumé les fonctions de Directeur de l’école d’Ouled Saida pendant quatre ans avant d’être affecté à l’école de Tibane-Bougie en fin d’année scolaire 1954.

Complémentairement à sa fonction principale, il cumulait la charge d'instituteur des classes de CM1, CM2, Cours de fin d'études et préparation des examens de CEP.

      Eloigné du tumulte des grandes villes, la vie villageoise lui offrait la maîtrise du (son) temps qu'il consacrait quasiment à son école et aux aspects pédagogiques.

-         Il lançait avec ses élèves la cueillette des olives ;

-         Il lançait dans l’enceinte même de l’école, le jardinage et il initiait ses élèves à la culture potagère et autres rudiments agricoles;

-         Il élevait des animaux, les uns pour la chair, d’autres pour le trait, le transport et le laitage (la traite se faisait manuellement deux fois par jour).

Il arrivait quelquefois, qu’ils soient utilisés comme  moyens pédagogiques pour les travaux pratiques.

-         Il participait, accompagné de sa petite famille, aux festivités villageoises et il arrivait souvent que les nouvelles mariées soit ramenées dans son propre véhicule (Citroën traction avant) que suivait à pied ou sur des montures toute la procession composée d’hommes, de femmes et d’enfants vêtus de leur plus beaux atours, chantant et dansant au rythme de la troupe folklorique locale (Idhabalene).

Beaucoup de ses élèves, et mêmes d’autres grandes personnes qui suivaient avec intérêt les activités pratiques des potaches, ont appris avec ou à travers lui, ce qu’est :

-         Un arpentage avec manipulation d’une chaine d’arpenteur (aujourd’hui disparue) ;

-         Des repas variés cuisinés en cantine scolaire par son père.

-         Les pâtes -nouilles, spaghettis et autres macaronis-, le lait en poudre dilué et/ou concentré, certains légumes secs et fromages, les confitures, les conserves de tomates et de sardines, la conservation d’aliments dans des blocs de glace ramenés de la grande ville etc -toutes ces denrées inconnues à l’époque parceque hors de portée des maigres revenus tirés de la terre et des récoltes oléicoles;

Il avait le génie de dispenser dans une seule et même classe deux cours distincts à deux rangées d’élèves d’âges et de niveaux différents (Ex : cours élémentaire 1ére et 2éme années).

Eu égard à cet exiguïté, les élèves avides de savoir étaient concentrés et le maitre, par son charisme imposant reconnu et respecté implicitement par tout un chacun dans la communauté, arrivait même à les réunir en quasi-totalité pour les études du  soir à la lumière d’un quinquet.

Les weekends étaient réservés aux activités ludiques et aux randonnées rupestres.

C’était une époque.

Je me permets de reprendre ci-dessous les échanges de commentaires avec une primauté à ce qu’a narré son fils André  à qui je rends hommage appuyé pour l’intérêt qu’il porte au village qui a gardé tant de souvenirs d’une certaine époque et qu’il a contribué à raviver dans les mémoires et pour la postérité.

 Merci.

 

Omar BOUAZZA

Omarbouazza2@yahoo.fr

 

 

 

      
Madame H. Scognamiglioa

H.S avec ses parents                                                                                                                                                                                                  

A gauche, Madame Scognamiglio à droite Henri avec ses parents.                                                                                              

 Grand père Sconamiglio 

 

                                                                                              Le grand père

 

ADDENDUM

J’aurais aimé saisir l’opportunité de ces souvenirs pour associer à la famille Scognamiglio dont il était proche, une personne dont le nom a tant de fois été évoqué,

 en l’occurrence :

L’Aid

A défaut de retracer sa vie, puisque l’ayant très brièvement connu dans son restaurant du Golf à Alger en début des années 70, je sollicite :

Ø de tous ceux qui l’ont connu dans sa jeunesse passée au village,

Ø de tous ceux qui ont passé d’agréables moments dans son

établissement, qu’il n’hésitait pas à fermer pour nous retrouver dans une intimité feutrée à ressasser des souvenirs,

d’avoir une pensée à sa mémoire.

Je reste ouvert à toutes informations concernant cet original qui a dû, à sa manière, remplir de couleurs le village par ses rires et sa jovialité particuliers.

C’est sous cet aspect à la fois jovial et débonnaire qu’il m’a paru lors de notre première rencontre.

Malgré la différence d’âge, j’ai été adopté d’emblée par lui (il était l’ami de tout le monde).

Une personne sortie des rangs, bienveillante, modeste et extraordinaire, il avait de la hauteur.

J’y reviendrais pour peu que je sois briefé sur sa vie,


Omar BOUAZZA


Complément d'informations sur Mr Scognamiglio, rapportées par son fils André:

... D'autre part mon père a été nommé sur son poste le 1 octobre 1951 il y est resté jusqu'en 1954 avec une interruption du 8 octobre 1953 jusqu'au 8 avril 1954 période durant laquelle il s'est soigné d'une tuberculose . Ensuite , le 1 er octobre 1955 et jusqu'à la fermeture de l'école , le 4 novembre 1955 , il a exercé à  Tibane  (soummam) avant d'être rapatrié sur Bougie ecole Jeanmaire le 15 novembre 1955. Si vous pouvez j'aimerais bien lire les souvenirs de cette période . A bientôt de vous lire amitiés .

A Scognamiglio

Voilà le fil des retrouvailles :

Commentaires

Commentaire n°1 posté par scognamiglio andré le 07/10/2013 à 18h48

 

Cher Monsieur,
Je viens de découvrir votre site et décide de m'adresser à vous pour vous donner quelques informations qui me touchent de près. Mon père, natif de Bougie en 1928, a été instituteur à Ouled Saïda, semble-t-il, d'après mes informations durant quatre années, sans doute au début des années cinquante. Il s'appelait Henri Scognamiglio . Ensuite il a dirigé l'école de Tibane et je possède encore ses registres d'appel de l'époque (1955 - 1956) avec bien sûr le nom des élèves , et celui des instituteurs .Si vous souhaitez me contacter ...
Avec mes salutations amicales.

 

Réponse de Athsaidha le 10/10/2013 à 10h57

 

Monsieur bonjour,

Oui bien sûr, c'est avec plaisir que je vous envoie un feed back.

Moi-même j'ai un très vague souvenir de votre père puisque dans cette école j'ai fait mes tous premiers pas de scolarité prématurément interrompue, puis j'ai quitté très jeune  le village pour une nouvelle vie à Alger.

Toutefois, tout le monde autour de moi parlait et parle toujours de votre père et son souvenir reste toujours vivant dans les esprits.

Aujourd'hui je vais être bref, je suis de passage à Tazmalt tout près de Ouled Saida, et je vous écris occasionnellement à partir d'un cyber.

Dès que possible, je glanerai plus d'informations sur cette époque et je me ferai un plaisir de les répercuter.

On reste en contact et voici mon adresse électronique:

Omarbouazza2@yahoo.fr

En attendant, je vous saurais gré de bien vouloir me transmettre par courriel le maximum de documents et de photos ( même celle de votre père) de l'époque.

Au besoin les scanner pour faciliter l'échange.

Cela pourra, sans aucun doute, stimuler la mémoire de tous les villageois ayant côtoyé votre père et par la même occasion, enrichira  les archives du village pour la postérité.

J'en suis convaincu que tous seront emballés par le fait de se replonger dans l'ambiance de leur jeunesse.

Merci beaucoup pour l'intérêt que vous témoignez au village où a vécu votre famille.

En attendant, recevez mes salutations

On reste en contact

 

Commentaire n°2 posté par SCOGNAMIGLIO le 12/10/2013 à 16h02

 

Cher Monsieur,
Très heureux de vous lire, et particulièrement touché de cette marque d'estime pour mon père . J'ai des photos de lui à cette époque et aussi deux photos d'un groupe d'écoliers d'une école française musulmane dont j'ignore le lieu. Peut-être, avec un peu de chance, certains se reconnaîtrons
Malheureusement, pour des raisons techniques, je ne suis pas en mesure de vous les envoyer tout de suite. Ce n'est que partie remise, dès que possible.
Mon père était l'ami du peuple, je ne suis pas surpris que sa mémoire soit perpétuée car c'était un homme de bien . Souvent à la maison dans les conversations d'adultes nous entendions ,nous, les enfants, parler de Ouled Saïda, ce nom de village est resté gravé dans ma mémoire. C'était sans aucun doute un jalon important de sa vie. Pour moi, qui suis né aussi à Bougie en 1954 et qui ai tant entendu parler de l'Algérie, ce retour aux sources fait revivre mes chers disparus et me réchauffe le cœur. Je souhaite vivement qu'il en soit de même pour tous .
Je vous salue cordialement. André Scognamiglio

 

Commentaire n°3 posté par abdoun le 13/10/2013 à 21h44

 

c'est avec un grand plaisir que j'ai lu les écrits de monsieur scogniamiglio fils, car rien qu'à la lecture du nom une multitude de souvenirs d'il y a 60ans resurgissent la silhouette de celui qui fut notre initiateur au respect des parents des adultes de la nature je me rappellerai toujours du jour ou monsieur sconia en revenant après les grandes vacances dans une traction sa première voiture dans laquelle il nous embarquait à tour de rôle pour faire un tour dans sa voiture je suis tellement ému a l'évocation de ce nom que je n'arrive pas à me concentrer pou évoquer des souvenir précis alors je ne peux que dire merci et encore merci monsieur sconia du nom de votre père je souhaite avoir un contact avec vous mon mail est :

 

Commentaire n°4 posté par KHALED le 14/10/2013 à 23h41

 

JE M'ADRESSE PLUS PARTICULIEREMENT A MONSIEUR SCOGNIAMIGLIO POUR INFORMER QUE L'EVOCATION DE SON NOM M'A PERTURBE AU POINT D'AVOIR PASSE MA JOURNEE A FAIRE DES RECHERCHES SUR SON PERE CE QUI M'A PERMI DE DECOUVRIR QUE NOTRE VENERE MATRE A CLOTURE LE CHAPITRE DE SA VIE SANS SEDEMARQUER DE SES IDEAUX.  MAIS HELAS  SANS POUVOIR LES ACHEVER.  QU4IL REPOSE EN PAIX . -GRACE A LAMEDIATHEQUE, JAI PU VISIONNER SON INSTALLATION AU POSTE DE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL DES LANDES ET IMMORTALISER  SON IMMAGE . AVOUS MONSIEUR  SCONIA JUNIOR JE VOUS PRIE DE FAIRE UN GRAND BISOU A VOTRE MAMAN SI ELLE EST ENCORE DE CE MONDE DELA PART DU FILS DE SON AMIE DU VILLAGE OULED SAIDA. SI ELLE EST DEJA PARTI E ELLES DOIVENT ETRE ENSEMBLES CAR MA MAMAN EST PARTIE EN 2011. A LA PROCHAINE . NB: LA PHOTO DE VOTRE PAPA SERA PUBLIEE SUR LE BLOG DANS LARUBRIQUE NECROLOGIE ETCONDOLEANCES .

 

 

Commentaire n°5 posté par SCOGNAMIGLIO le 15/10/2013 à 14h29

 

Cher ABDOUN,
Tout d'abord mes excuses, car j'ai répondu à votre mot sur noreply@over-blog.com d'où ce silence . Soyez bien remercié pour votre correspondance. Ainsi les années sont passées, ne reste aujourd'hui que le souvenir, qui ravivé suscite cependant l'émotion qui fait tant de bien. L'enfance est ce moment inoubliable qui marque pour toujours une vie. J'ai eu grand plaisir à vous lire, votre témoignage touchant m'a ému. J'y ai retrouvé mon père. Vous souvenez-vous de la classe? J'ai ici, dans les vieux papiers, deux rapports d'inspections de l'époque, datés pour le premier du 10 février 1953, et le second du 15 octobre 1954 (59 ans , jour pour jour). Ces rapports vous rappelleront certainement l'ambiance de la classe. L'Inspecteur y écrit : " La décoration est variée mais convenable . Elle met de la gaieté dans les vieux murs . La classe donne tout de suite l'impression d'un atelier laborieux, avec ses tables réparties autour de la pièce et une immense table carrée au centre. Sur un des murs, étaient dessinée une grande carte de géographie faite par les élèves de fin d'études. Ce jour de février 1953, ils furent interrogés . Et puis, il y avait aussi la boîte dans laquelle les élèves glissaient, notés sur un bout de papier, le mot qu'ils n'avaient pas compris. La lecture silencieuse puis à haute voix . Le calcul, l'écriture et surtout l'ambiance studieuse et le travail soigné... Peut-être à cette évocation trouverez-vous une part de ce temps passé si cher à votre cœur. A bientôt cordialement. A.Scognamiglio

 

Commentaire n°6 posté par SCOGNAMIGLIO le 15/10/2013 à 15h07

 

Cher KHALED
Quelle belle surprise que votre mot. Vous parlez de mes parents en des termes qui me vont droit au cœur . Tous les deux ont quitté cette terre, mon père en 1982, ma mère en 2004. Mais le hasard et le progrès qui l'a favorisé nous conduisent aujourd'hui à nous parler alors que votre maman était, voilà plus d'un demi siècle, l'amie de la mienne .
Oui, mon père fut fidèle à ses convictions toute sa vie. Il enseigna encore en Algérie, puis nous partîmes pour la France en 1956 .Après un séjour en saône et loire, nous arrivâmes dans les Landes en 1964 où il mourut en 1982 à l'âge de 53 ans . A cette époque, il était maire de Morcenx, et aussi, comme vous le savez Pdt du Conseil Gal des Landes. Il fut aussi décoré de la Légion d'Honneur par F.Mitterrand son parrain pour l'occasion, au titre de la décentralisation et d'autres choses encore . Sa carrière si brêve fut bien remplie pourtant et je note que l'affection que vous lui portez ne pouvait qu'être partagée car il aimait ses semblables au premier rang desquels, outre ses proches, ses élèves dont vous étiez . Merci pour la publication que vous vous proposez d'insérer. Comme je l'ai déjà dit , j'enverrai des photos de l'époque, dès que ce me sera possible.
Au plaisir de vous lire, cordialement A.Scognamiglio

 

Commentaire n°7 posté par abdoun le 15/10/2013 à 18h54

 

je viens juste de vous lire car aujourd’hui c'est la fête de l’Aid donc occupé à recevoir les parents et amis comme de coutume. Lle hasard a fait comme vous avez attiré mon attention sur la date du 15/10 qui coïncide également a notre rencontre sur la toile. Mes condoléances les plus attristées pour vos parents. J'ai voulu vous décrire cette transformation que votre père a faite dans la classe ainsi que notre initiation au jardinage l'élevage de lapins de volaille. La viande, les légumes et les œufs nous étaient  prépares par votre arrière-grand-père pour nos repas a la cantine de l'école. Vu son parcours, cela ne m'étonne pas de sa conduite de l'époque  à notre égard. Je m'arrête car l’évocation de ces souvenir me met les larmes aux yeux. A la prochaine

 

Commentaire n°8 posté par abdoun le 16/10/2013 à 16h45

 

Identification sur la photo au dernier rang le 3è à partir de la gauche, il y a de fortes chances que ce soit mon frère Kamel d c d en 1997 a l’âge de 59ans. Pour ceux identifiés comme Benadrouche Salah et Zemiti Houcine ce n'est pas sûr car Salah a eu son certificat d'études en 1948 ou 49 il se trouvait à Alger comme Houcine qui en 49 il avait 15 ans. Par          conséquent il ne faisait plus partei de l'école vu que la scolarité s'achevait automatiquement a 14ans. Il se peut que ce soit les enseignants de l'époque en l’occurrence : Mm Chikhi et Mokrani

 

Commentaire n°9 posté par abdoun le 16/10/2013 à 17h13

 

Rectificatif de mon mail précédant concernant l'identification des élèves de l'école. En effet concernant Houcine, c'est possible que ce soit lui car il se pourrait que ce soit sa dernière année a l'école. Mille excuses cher Ahcene. le 1 èr élève 37 RANG A gauche avec la chechia ça doit être Mouloud Said  d'Ouled Hlassa car a l'époque les enfants des villages Ouled Hlassa, Ouled Alouan, Taourirt, Tansaout  étaient scolarisés à la même école.

 

Commentaire n°10 posté par abdoun le 17/10/2013 à 15h12

 

2e rang 3e enlève, il me semble que c'est Hamoudi Malek

 

Commentaire n°11 posté par Omar BOUAZZA le 23/10/2013 à 13h52

 

Très chers lecteurs
Je m’excuse de cette longue absence indépendante de ma volonté.
Je reviendrais à vous dès que possible.
En attendant, je vous souhaite une très bonne fête de l’Aid et tous mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de prospérité à vous fidèles lecteurs et à tous vos proches.
En ces jours de fête, une pensée à notre Mentor feu Henri SCONIAMIGLIO et a sa famille qui ont vécu bien des fêtes avec nous et surtout nos parents avec qui ils ont partagé leur pain noir.
Une reconnaissance particulière avec une mention toute spéciale à son fils André qui a gardé, malgré les aléas du temps et de l’histoire, une attache indélébile et indéfectible avec le village où ont vécu assez longtemps ses parents aujourd’hui disparus et ce petit village qu’il a lui-même connu très jeune pendant un court séjour en 1954.
Je reviendrai vers vous très prochainement mon (notre) ami.
Très amicalement
Omar BOUAZZA

Commentaire n°12 posté par SCOGNAMIGLIO le 30/10/2013 à 08h27


Chers amis, car je crois, désormais pouvoir vous appeler ainsi je suis très sensible une fois encore à toutes les marques d'affection que vous témoignez aux miens, ainsi qu'à moi-même. je vous remercie pour tout cela. Depuis quelque temps je connais des difficultés de vie d'où mon silence. Si vous ne me lisez pas ne vous inquiétez pas, c'est que je serais absent . Toutes mes amitiés à Khaled et mes condoléances pour sa maman, amitiés aussi à vous Omar sans qui rien n'aurait été possible . Que Dieu soit avec vous et tous les vôtres. A.SCOGNAMIGLIO

 

Commentaire n°13 posté par khaled le 30/10/2013 à 20h33

 

cher ami scogniamiglio tenez bon car tout problème lié à la vie courante est surmontable le principal c'est la sante par contre le reste n'a pas d'importance car tout ( problème a sa solution ) si vous voulez me contacter utilisez mon adresse mail personnelle je me ferai un plaisir de vous communiquer mes coordonnes a paris a bientôt

 

Mail du  30 Oct 2014 09:12:31 +0100:
From: Scognamiglio Andre@
To: Khaldab

Bonjour cher Khaled, je viens aux nouvelles . Pour moi comme je l'ai écrit la situation a été difficile mais la vie continue .Je peux à nouveau communiquer avec les amis  ainsi je reprends contact. J'espère que tout va bien pour vous, il me serait agréable d'avoir de vos nouvelles, dans l'attente recevez mon amitié.

 A.Scognamiglio

Mail du 1 novembre 2014 18:56, de  <khaldab

C'est avec un grand plaisir que j'ai découvert votre mail merci a vous ,j'éspère que vous vous portez bien ainsi que vos proches nous aurions aimes avoir une photo de votre papa car celle qui a été mise sur le cite a été extraite de la cérémonie de son installation en sa qualité de président du conseil général des landes bien le bonjour a vous et a vos proches
 

Mail du 2 Nov 2014 13:16:11 +0100
From: Scognamiglio Andre
To: khaldab

Bonjour cher Khaled, 

J'espère que vous allez bien, merci pour votre mot !  Comme promis je suis en mesure de vous transmettre des photos . Normalement toutes les photos sont personnalisées. Pour ce qui concerne les groupes d'élèves je n'ai pas d'informations avec de la chance  elles seront les bonnes, Inch Allah !

A très bientôt de vous lire amitiés à Omar  et à vous même .  A Scognamiglio.

 

 

Mail du 9 novembre  à 10h44 PM

From : From Omar Bouazza

À

·         noudba khaled

·         Sconiamiglio

Hadj bonsoir,

André Bonsoir,

 

Tout d'abord, je m'excuse de ce long silence.

Je suis rentré hier dans la nuit à l'issue d'un long périple.

J'aurais aimé te voir à Paris mais le temps que j'y ai passé m'a juste permis de rendre visite à ma sœur à Villiers sur Marne.

. J'ai débarqué à Orly le 8 octobre et j'ai été kidnappé par ma plus jeune fille et nous sommes partis directement chez elle à Dreux.

Mes petits-enfants, je n'ai pas pu les revoir à mon retour d'Espagne.

. Le 18 octobre mon autre fille de Lariboisiére - Paris - a pu se libérer de ses obligations hospitalières est venue nous prendre sa maman et moi pour une expédition en Espagne ou elle a l'habitude de décompresser après des opérations de neurochirurgie harassantes.

Nous avions fait un long périple à trois par route: 

   - Paris, Dreux et Chartres

   - Madrid

Andalousie

   - Loja 

   - Ventorros de Saint José (petit village de montagne et nous servait de point de repli après chaque randonnée).

Ce village ressemble un peu à Ouled Saida autant par sa population que par ses oliveraies -que d'oliveraies, que d'oliveraies?.

   - Cordoba

   - Sevilla

   - Grenada et son Alhambra - tellement c'était féérique que cela nous a demandé deux jours à plein temps ( 1 pour la Al Kazaba -casbah- et 1 autre jour pour la Lhambra). même avec ça nous avions tété frustrés de ne pas avoir tout visité.

   - Malaga et la Costa d'el sol

   - Gibraltar

   - Valence

   - Barcelone 

  J'y reviendrai à l'occasion pour raconter toutes les merveilles que les héritiers du Berbère Tarik Ibnou Ziad ont réalisées dans ces villes d'Andalousie depuis le débarquement de ce dernier en l'an 711.

Quand on compare ça avec les villes du sud de la Méditerranée, on mesure la déperdition du niveau culturel très élevé des gens de l'époque et on se dit que le génie et le prestige de nos descendants se sont arrêtés dans cette contrée pour être confinés et préservés jalousement dans cet écrin qu'est l'Andalouisie.(Mérite d’être visitée).

 

PS/ je suis très content que le fil soit renoué avec vous, André et que le ciel ombrageux ne soit plus qu'un souvenir.

J’espère que vous reprenez le cours normal de la vie et Incha Allah un ''printemps'' permanent pour nous tous.

j'ai raté cette fois ci l'occasion de vous rencontrer Khaled et vous, mais ce n'est que partie remise.

Cordialement à tous les deux.

Omar BOUAZZA

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Athsaidha
commenter cet article

commentaires

andre scognamiglio 15/11/2014 10:34

Cher Omar,
J'ai pu apprécier à travers votre hommage si chaleureux et si touchant, la force d'un souvenir qui prend sa source dans cette affection et cette reconnaissance portées à votre maître d'école. A
l'évidence il n'est jamais parti .
Je ressens cet hommage aussi , en toute humilité, comme un honneur rendu aux mérites d'un homme qui voua, sa vie aux plus humbles, dans la force de ses convictions et dans l'amour de son prochain,
à l'Ecole comme ailleurs.
Je retrouve ici l'expression d'une certaine justice. Celle qui si souvent fait encore défaut et que lui s'est si souvent attaché à faire briller contre vents et marées. Tel était son destin, le
reflet de son coeur comme la pureté de son âme .
Sur sa tombe on peut lire ce verset : "J'ai combattu le bon combat et j'ai gardé la Foi .
Sans doute Dieu a voulu notre rencontre . Je sais aujourd'hui, bien modestement, qu'à travers elle il vous dit de Là-Haut qu'il ne vous a pas oubliés.
Toute ma reconnaissance et mon amitié à vous Omar et à Khaled
A.Scognamiglio

ScognamiglioELodie 23/12/2016 14:32

Bonjour Monsieur Scognamiglio,
Je viens de trouver en faisant des recherches votre père, Je me pose la question de savoir si nous avons un lien de parenté?
Serait-il possible de prendre contact avec vous ? *
Bonne journée en espérant vous lire prochainement

Présentation

  • : Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • : HISTORIQUE ET GENEALOGIE DU VILLAGE
  • Contact

Recherche

Liens