Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 07:29

 

  1ére partie

            A la sortie de la mosquée d’Ath Saidha, j’ai été interpelé par un jeune algérois sur l’époque à laquelle a été érigé le village de ses ancêtres.

Franchement, j’ai été agréablement surpris par l’intérêt qu’a manifesté ce jeune, ce qui est rare de nos jours, pour ses origines.

            Comme l’histoire nous interpellera inéluctablement un jour, la quête identitaire par devoir de mémoire s’impose à nous et s’imposera forcément un jour ou l’autre aux générations futures, combien même, subsisteraient des volontés de plomber notre patrimoine historique.

Je me suis donc fait un devoir et un plaisir de lui résumer très succinctement l’histoire de la région.

Ce besoin d’identification s’étant imposé à moi par le passé, j’ai eu à compulser les différentes contributions sur le sujet, notamment les écrits de:

  • Farid Alilat

  • Youcef Nassib

  • Youcef Benoudjit

  • Mouloud Gaid

  • Rabah Naceri

  • Larbi Graine

Et autres… Wikipédia

C’est le lieu ici pour rendre hommage à toutes ces personnes ayant contribué à édifier une plate forme de référence pour la postérité.

Il en ressort des synthèses ci-dessous que l’histoire de la région et, plus particulièrement les royaumes d’Ath Abbas et celui de Koukou, serait intimement liée aux bouleversements qu’a connus le sultanat de Bougie en ce début du XVI éme siècle.

Pour des raisons d'ordre technique d'une part et pour faciliter l'accés au lecteur d'autre part, le travail a été scindé en 4 parties:

  • 1 ére partie: Préambule et Histoire de Bougie
  • 2 éme partie: Histoire de Bougie - suite
  • 3 éme partie: Histoire du royaume d'Ath Abbas
  • 4 éme partie: Histoire du royaume d'Ath Abbas - suite et conclusion

Bonne lecture à tous.

  Bougie anté XVI éme siècle :

HISTOIRE de BOUGIE-BGAYET

Par Rabah Naceri

 

Un petit résumé pour ceux qui sont pressés !!

Nous vous présentons ci-dessous un petit résumé de l’histoire de Bgayet pour ceux qui n’ont pas le temps matériel de lire l’histoire plus ou moins détaillée qui vient juste après.

Située au cœur de l’espace méditerranéen, Bougie – actuellement Bejaia – ville d’Algérie qui donna son nom aux petites chandelles (les bougies) et à partir de laquelle les chiffres arabes ont été popularisés en Europe, renferme de nombreux sites naturels et vestiges historiques qui témoignent encore aujourd’hui des fastes de sa longue histoire.

Le rôle joué par Bougie dans la transmission du savoir au Moyen-âge est confirmé par les séjours plus ou moins longs de personnalités scientifiques et littéraires prestigieuses, versées dans tous les domaines de la connaissance : le métaphysicien Andalou Ibn Arabi, le mathématicien Italien Léonardo Fibonacci, le philosophe Catalan Taymond Lulle, l’historien et célèbre père de la sociologie moderne Ibn Khaldoun, le poète Sicilien Ibn Hamdis, et bien d’autres encore…

Vers le milieu du XIème siècle, la carte politique du Maghreb est bouleversée.

Le royaume Berbère des Hammadites, en conflit avec les Almoravides à l’Ouest et avec les Zirides à l’Est, transfère sa capitale vers Bgayet (Bougie).

L’antique Saldae (nom romain donnée à Bougie) inaugure ainsi son rôle historique et deviendra l’une des villes les plus prospères du Maghreb.

En 1136, elle repoussa une expédition gênoise, mais fut prise par les Almohades en 1152. Elle redevint une place commerciale, scientifique et culturelle prospère sous les Hafsides (XIIIème – XVème siècle). Cette période médiévale représente l’âge d’or de la ville, notamment grâce à l’impulsion du prince Hammadite En-Nacer.

Source: « Gehimab » . Université de Bgayet

__________________________________

 

HISTOIRE DE BEJAIA

ET DE SA REGION

depuis l’antiquité jusqu’à 1954

Auteur Mouloud GAÏD

Edition MIMOUNI 1976.

La région dont nous nous proposons de rappeler l’histoire, se limite approximativement: à l’Ouest par les crêtes du Djurdjura; à l’Est par les Babors auxquels se soudent les Bibans qui s’étendent jusqu’au Sud-Est dominant les plaines de la Médjana et de Bordj Bou-Arrirédj. Une vallée, où serpente la Soummam, séparant les Babor-Biban du Djurdjura, débouche vers le Sud à Ighrem, El Asnam, en une riche plaine plantée d’oliviers, d’arbres fruitiers, de vignobles et d’autres cultures.

Le golfe de Béjaia, sur le bord duquel la ville s’élève en amphithéâtre, offre l’aspect d’un vaste lac entouré d’un rideau de montagnes aux profils capricieux: d’abord la crête de Gouraya qui domine la ville; à sa droite le pic de Toudja ; en face et suivant l’ellipse du littoral, viennent la cime de Bou-Andas, les dentelures rocheuses de Béni-Tizi, du Djebel Takoucht, d’Adrar-Amellal, Tizi-ou-Zerzour, la large croupe des Babors à côté du pic du Tababort ; enfin, au dernier plan, la silhouette bleuâtre du pays de Jijel.

Lorsqu’on s’éloigne de la ville pour se diriger vers Ziama, les gorges de Chaabet-EI-Akhra, on suit, sur un parcours de plus de trente kilomètres, le demi-cercle formé par le golfe. La route qui suit parallèlement le rivage traverse une plaine fertile dominée par des sites pittoresques verdoyants avec une végétation épaisse et drue.

Les bords de la Soummam que l’on traverse sont couverts d’ajoncs et de lauriers-roses séparant ses rives de beaux jardins où figuiers, oliviers, orangers, abricotiers, et tant d’autres se coudoient, tout atteste, en ces lieux, une impulsion intelligente, beaucoup d’esprit d’initiative, du goût et du sérieux dans le travail. Après Souk-el-Khemis et sa douce plaine, la bande qui s’étend le long du rivage se rétrécit peu à peu pour aboutir, vers le Sud-Ouest en suivant la rivière, à la route menant aux gorges. La végétation, en certains endroits du bord de la route, constitue un véritable fouillis de plantes sauvages, de lierre, de vigne vierge, de lianes épineuses, de ronces; sur les pentes douces ou abruptes des frênes, des pins, des chênes-verts, des chênes-lièges, des eucalyptus émergent des gros buissons de genêts et de lentisques au milieu desquels, souvent une eau limpide, trace des sillons de fraÎcheur et de vie.

Les gorges offrent un décor grandiose et titanesque par sa beauté et ses proportions. L’âpreté des roches en surplomb, la sévérité des montagnes s’élevant à pic sur les deux rives du canon qui murmure au fond de l’abîme, la route constamment suspendue sur l’abîme, tantôt creusée dans le flanc de la montagne, tantôt établie sur des arches de maçonnerie aux endroits durs de la paroi, des oiseaux de toutes sortes, points noirs là-haut, très haut, tellement hauts qu’ils semblent planer près du toit du monde, font ressentir au milieu de ce paysage, la fragilité de l’homme, et nul parmi ceux qui traversent ne peut se défendre d’un sentiment d’inquiétude ; c’est sans doute pour cette raison qu’on l’appelle « Chaabet-el-Akhra ». Lorsqu’on escalade les pentes de Gouraya et qu’on aboutit au mausolée, on jouit d’un panorama incomparable. Au bas, la ville apparaît comme un petit village de lilliputiens. Dans la buée opaline du matin disparaît la ligne d’horizon et le ciel semble se confondre avec la mer. Vers le Sud-Ouest, sur le flanc de cette montagne, apparaît Toudja noyée dans la verdure où coulent intarissables des sources arborant au milieu d’orangeraies séculaires, et, en face les massifs imposants des Babor et des Bibans jonchés d’une multitude de villages, points blancs à peine visibles. Lorsque le soleil, disparaissant à l’horizon, laisse derrière lui des nuages étincelants d’or, toutes ces montagnes sont diaprées des plus vives couleurs et se réfléchissent avec une netteté sur la nappe transparente et mobile; ce spectacle grandiose se ternit ensuite progressivement, sous l’influence des vapeurs humides de la mer, en passant par des nuances des plus variées. A ce spectacle enchanteur, la rade offre un havre aux navires et barques de pêche que peu de côtes de la Méditerranée possèdent. C’est sans aucun doute, pour ces raisons que les Phéniciens avaient choisi ce lieu pour l’un de leurs comptoirs-colonies, que les Romains conservèrent et que En Nacer Ben Hammad ( Dynastie Berbère ) y édifia sa capitale.

La population et ses origines

A l’époque romaine, les populations qui occupaient la région étaient connues sous le nom de Banioures, de Kedamouziens (Ketama) et des Babares (desquels vient le nom Babor donné à la montagne) dans les massifs des Babors et de Tababort. Sur les deux rives de la Soummam, en amont, vivaient les Nababes et les Masinissences (Imsisen) concentrés sur les pentes occidentales des Bibans, et en face sur les pentes du mont Ferratus (Djurdjura) ; plus bas, et sur l’autre versant du Djurdjura dominaient les Quinquegentiens dans l’espace compris entre Bougie et Dellys. Ibn Kheldoun les rattache à la tribu des Sanhadja dont ils constituent les deux branches : Zouaoua à l’Ouest, Ketama à l’Est. Les Zouaoua occupaient les territoires s’étendant entre EI Djazair bled Mezghena (Alger) au golfe occidental de Bougie. Ils «habitent au milieu des précipices formés par des montagnes tellement élevées que la vue en est éblouie, et tellement boisées qu’un voyageur ne saurait y trouver son chemin. C’est ainsi que les Béni-Ghobrin habitent le Ziri, montagne appelée aussi Djebel – Zan, à cause de la grande quantité de chênes-zen dont elle est couverte, « et que les Béni-Feraoucen et les Béni-Iraten occupent celle qui est « située entre Bougie et Tedellis (versant Ouest). Les Fenaïa, la vallée et les pentes orientales du Djurdjura. Cette dernière montagne est une de leurs retraites les plus difficiles à aborder et les plus faciles « à défendre; de là ils bravent la puissance des gouvernements, et « ils ne paient l’impôt qu’autant que cela leur convient … »

« Les Ketama occupaient les territoires s’étendant entre El Coll et Bougie le long du littoral, et les plaines du Midi jusqu’au massif des Aurès. Leurs principales villes étaient: Igudjan, (près d’Ain El Kebira), Sétif, Baghaïa, Negaous, Bélezma, Mila, Kessentina, Skikda, El Coll, Djidjel … »

Dans la région qui nous préoccupe, la fusion entre Ketama et Zouaoua si proches les uns des autres, s’enrichit de nombreux apports extérieurs. A l’époque phénicienne et carthaginoise, des éléments orientaux et maghrébins de l’Est s’étaient déjà fondus dans la masse au moment de l’établissement des Romains. Les Berbères romanisés au service de l’Empire venus des localités voisines ou des provinces lointaines en qualité de fonctionnaires se sont intégrés eux aussi à la masse des indigènes.

C.L. Féraud raconte qu’en 1848, il fit connaissance à Béjaïa de Cheikh Hassen Ben Ouareth qui lui apprit que certaines tribus locales descendraient de « Roumain » : « Les Aït Ali ou-Rouma, dans la tribu des Ouled Abdel Djebar, sur la rive droite de l’oued Soummam; tous les habitants de fraction qui se compose de trois villages : Ighil Ibezerad, Tiachafen, Aït Allaoua sont très fiers et très jaloux d’une origine qui les fait descendre, assurent-ils, des anciens possesseurs de Bougie (Saldae) envahie par des conquérants et refoulés dans l’intérieur des terres. Ils appuient leurs prétentions sur l’analogie même du nom de leur fraction. Le village d’lghzer el Kobla, dans la fraction des Aït Ferguane chez les Béni-Immel, ses habitants affirment aussi descendre des chrétiens chassés de Tiklat (ancienne Tubusuptus).

Il faut dire que le mot « Rouman » désignait sans distinction, Romains, Vandales, Grecs (Byzantins) et tous ceux qui n’étaient pas d’origine berbère, et que le mot « Afariq » désignait les Berbères romanisés. L’intégration de tous ces éléments à la société indigène ne se fit que lentement et progressivement en raison des dispositions consenties aux non-musulmans aux débuts de l’Islam. Les Emirs de l’Ifriqia les utilisèrent à leur service dans l’armée et dans l’administration. Les Romains désignaient par Quinquegentiens les cinq tribus les plus importantes de la Kabylie qui les avaient continuellement combattus et ne s’étaient jamais soumises. C’étaient: ifenaïen, Imsissen (sur le versant oriental), Ait Irthèn, Ait Feraoucen, Ait Ghobrini (sur le versant occidental).

(Recueil des notices et mémoires de la Province Constantine)

Ibn Khaldoun. Histoire des Berbères T.I pp 257-7

Idem, p. 291

Les Français prétendaient que la tribu d’Idjissen descendait de Carthaginois en raison de leurs mœurs et du type de tatouages portés par leurs femmes. (C.L.Feraud. Revue africaine, 1857, n° 12.)
Ziadat Allah (817- 838) s’en servit pour combattre les troubles fomentés par les Milices arabes, son général se nommait Ben Abdellah El Ifriqi (ce qui atteste son origine) ;
Abou Mohamed Ziadat Allah II (863-864) avait pour chef de sa garde Foutouh El Massihi (sans doute en raison de la religion qu’il continuait à pratiquer) ;
Abou Ishaq Ibrahim Ben Ahmed (Ibrahim II) (875-902) avait comme chef de bureau de l’impôt foncier, Sawada d’origine chrétienne.

L’historien El Yacoubi contemporain de l’Emir Ibrahim II, visitant l’Ifriqia écrivait: « les populations de l’Ifriqia se composent: d’Arabes, de Perses et d’Autochtones composés de Berbères, Roum et Afriq. Les Berbères constituent la grande majorité de la population et parlent leur langue; ils sont groupés en tribus indépendantes les unes des autres. Les descendants de Byzantins constituent des îlots aux flancs des Aurès et dans la plaine de l’Ifriqia. Les Afariq reste des Berbères romanisés, qui n’avaient pas encore embrassé l’Islam, résident dans les anciennes places fortes byzantines souvent aux côtés des Roums, et parlent un « berbère latinisé … »

Un siècle après, El Bekri faisant le même voyage, mentionne l’existence de Rouman mais point d’Afariq, ce qui laisse supposer que les Berbères romanisés se sont réintégrés dans leurs tribus d’origine ou avaient constitué des communautés spécifiques. Les descendants des immigrés d’origine grecque qui se fondirent par métissage dans la masse des habitants locaux et les descendants des Berbères romanisés ou des colons Romains n’étaient pas, du reste, également répartis dans tout le territoire ; ils étaient plus nombreux dans le royaume des Aghlabides plus tolérants sans doute que leurs voisins les Ibadides de Tahert, démocratiques dans leurs institutions, mais très actifs et convainquant dans leur action prosélytique.

Depuis le XIème siècle la région de Béjaïa, théâtre de nombreux événements à partir de la deuxième moitié du XIème siècle, sa population dans ses conditions de vie comme dans sa composition ethnique en connut des répercussions importantes. Les époques les plus saillantes de ces bouleversements furent ; la transformation de Béjaïa en capitale par les Béni-Hammad – l’occupation de cette ville par les Espagnols – la domination de la région par les Français. En l’an 460 (1067-68), écrit Ibn Khaldoun. En-Nacer Ben Alennas (des Bénou-Hammad) s’empara de la montagne de Bougie. A Béjaïa, localité habitée par une tribu du même nom, il fonda une ville à laquelle il donna le nom d’En Nacéria mais tout le monde l’appelle Begaïa, du nom de la tribu» (l’altération du g en j a donné Béjaïa, mais les Kabyles l’appellent Begaït. En Nacer fit venir de la Kelâa des Béni-Hammad et des environs des milliers d’ouvriers pour construire en quelques mois l’immense mur d’enceinte flanqué de bastions qui part des rives de la mer et s’élève jusqu’au mont Gouraya où il se perd dans les rochers abrupts. L’enceinte terminée, il encouragea ces ouvriers à construire leur propre maison et, afin que le manque de matériaux ne devint pas un obstacle à leur réalisation rapide, il obligea tout individu qui voudrait pénétrer dans la cité, quelle qu’en soit la raison, à apporter au moins une pierre sous peine d’une amende égale à un « Naceri ». Ce moyen réussit fort bien tant auprès des grands que des humbles. La ville prit forme en peu de temps avec ses rues, ses boutiques, ses mosquées, ses fandouks et caravansérails, ses écoles, ses quais, etc … Les environs de la ville, convertis en jardins, furent ornés de nombreuses villas, de norias, de bassins d’irrigation, créant ainsi un climat de paix et de prospérité. Pour lui et sa famille, En Nacer fit construire un palais d’une grande beauté dont les colonnes en marbre rose furent importées de Gênes; les meilleurs artisans et artistes italiens, tunisiens, andalous furent engagés à la finition de l’œuvre. Il l’appela Ksar-Louloua (Le château de la perle).

Palais Hammadite

Le goût des créations rapporte la légende, devint chez Moulay En-Nacer une passion qui l’absorba complètement, il ne songeait plus à de nouvelles conquêtes, négligeait même l’administration importante du reste de son empire, consacrant ainsi tout son temps à surveiller l’exécution des travaux qu’il a conçus et ordonnés. Suivis des grands de la cour et de nombreux musiciens, il montait chaque soir en bateau et se rendait au milieu de la rade pour mieux contempler de là les progrès de son œuvre civilisatrice». Il parvient, un jour à tirer de ses méditations, Sidi-Mohamed Touati personnage vivant dans l’ascétisme, vénéré de tous, et l’emmena dans sa promenade au milieu du golfe. « Admire, lui dit Moulay En-Nacer, les progrès de mon entreprise et la splendeur dont brille aujourd’hui notre capitale du sein de laquelle s’élèvent majestueusement les minarets de plus de cent mosquées. El Yacoubi ( Abou El Abbas Ahmed Ibn Yacoub ) d’une famille de hauts fonctionnaires de l’empire abbasside, fut lui même homme de gouvernement auprès de plusieurs souverains orientaux plus ou moins dépendants de Baghdad. Pour le service de ses maitres ou pour sa propre satisfaction, il voyagea beaucoup, séjournant dans les pays et y menant des enquêtes. Agent au pouvoir, et moins géographe qu’historien, il se montre avant tout curieux des populations et des revenus que l’Etat en tire. Il a écrit le résultat de ses investigations dans le « Kitab el Buldan ». Il mourut en 284 (897. J.C).

Les Afariq sont les Béni-Fergan (Berbères romanisés, les africains en langue berbère). Persécutés par les Vandales, ils se regroupèrent autour des places fortes quand vinrent les Byzantins, ils y étaient quand vinrent les Arabes. Les guerres les acculèrent à décrocher pour se réfugier dans les montagnes qui prirent leur nom : Béni-Fergan. Ceux qui demeurèrent dans la plaine autour des centres fortifiés devinrent musulmans très tôt, mais on continua à les appeler les Béni-Fergan. On appelait cette montagne «Adrar Imsyouen » la montagne d’Imsyouen du nom de la tribu qui y habitait cette partie s’appelait Timsioueth. Les Espagnols l’appelèrent Bugia d’où les Français tirèrent le nom Bougie.

« Bejaia n’est-elle pas la plus belle ville du monde et n’est-elle pas digne du nom de Meka-Seghira ?

Sidi Touati, au lieu de s’enthousiasmer devant ce magnifique tableau, adressa au contraire, de vives remontrances au sultan; blâma son ambition et sa passion aveugle pour le luxe et la manie des créations. Tu oublies, disait-il, l’instabilité des choses humaines; apprends donc que les monuments que tu t’obstines à élever à grands frais tomberont en ruines, seront réduit en poussière et la renommée que tu espères fonder sur leur durée s’écroulera comme eux avec le temps. Moulay En-Nacer paraissant sourd à toute exhortation, Sidi-Touati ôta son burnous le déploya devant le sultan pour lui cacher la vue. A travers ce rideau improvisé et devenu transparent En-Nacer aperçut une ville, mais ce n’était pas la sienne; partout le sol jonché de ruines, les mosquées, le palais et les resplendissants édifices disparus; en un mot, ajoute la légende, il vit Bejaia des «temps modernes et presque inhabitée.

Après cette manifestation magique, En-Nacer, vivement impressionné et comme frappé d’aliénation mentale, renonça aux honneurs, abdiqua en faveur de son fils, et à quelques temps de là disparut pendant la nuit (1089). On fit pendant quatre ans des recherches les plus minutieuses pour découvrir sa retraite. Enfin, une barque de pêcheurs aborda « un jour, par hasard l’Îlot de Djerba au nord de Gouraya. Les marins trouvèrent sur ce rocher un anachorète presque nu et réduit à un état prodigieux de maigreur; c’était Moulay En-Nacer. La nouvelle de cette découverte ne tarda pas à être connue à Bejaia. Moulay En-Nacer, inébranlable dans sa résolution persista dans son isolement et mourut enfin sur son rocher …

Une autre légende prétend que Sidi-Touati l’ayant décidé à rentrer dans le monde, Moulay En-Nacer vécut longtemps après. Laissant les rênes de son gouvernement entre les mains de son fils El Mansour, il serait parti à la tête d’une armée en Espagne participer à la lutte contre les chrétiens où il finit ses jours. La renommée de Bejaia attira de partout des savants, des commerçants, des poètes, des artistes, des marins, donnant ainsi à la ville l’aspect d’une capitale d’un pays prospère et le siège d’une puissante dynastie. La ville prit alors une ampleur considérable.
Les murailles de l’enceinte l’entourant de l’Est et à l’Ouest lui donnaient l’aspect d’un rectangle de 140 à 150 hectares.

La ville se divisait en vingt-un quartiers.

Chaque quartier avait sa mosquée ou sa zaouia.

Les principaux édifices construits par les Bani-Hammad acquirent une grande renommée pour leurs richesses et leur splendeur artistique.

Pendant que la ville de Bejaïa gagnait en importance, celle de la Kelaa déclinait peu à peu, d’abord avec le départ de Moulay En-Nacer que suivirent de nombreuses familles de toutes conditions; ensuite, avec El Mansour (1090) fuyant la pression et l’insécurité que faisaient régner les tribus des Benou-Hillal sur le voisinage, et enfin, à la suite de la victoire de Abdelmoumen Ben Ali sur les Beni-Hammad et la chute de la Kelaa (1152).

Déjà sous le règne de En-Nacer et de El Mansour, de nombreuses familles avaient été implantées en des points stratégiques dans les montagnes des Bibans, des Babors et sur les flancs du Djurdjura pour constituer une ceinture de sécurité contre d’éventuelles incursions des Beni-Hillal. Ce fut à partir de cette époque que se constituèrent certains villages dans ces contrées. Etat de la ville à rapprocher avec son aspect des suites de la bataille livrée contre les Espagnoles en 1509 El Mansour (1089-11014) succédant à son père En-Nacer ne s’établit à Bougie qu’en 1090 (il était demeuré à la Kelaâ). Il poursuivit l’œuvre de son père sans défaillance. (Revue africaine, N°12 Article de C.L. Féraud).

Selon Ibn-Khaldoun, le départ des populations de la Kelaâ débuta, pour certains, dès l’apparition dans le voisinage des éléments précurseurs de la tribu des Benou-Hillal. La légende rapporte de la manière suivante les circonstances qui avaient amené Yala et sa famille à émigrer dans les Babors, région appelée aujourd’hui «Aït Yala-nath-Zemmourine». Yala avait un jardin aux portes de la ville où il cueillait le raisin de sa vigne en cet été de 1061. Le transport se faisait à dos d’âne dans des choiris. Habituée au même chemin, la monture regagnait seule le domicile où l’attendait le fils qui déchargeait le fardeau. L’âne revenait au jardin où Yala et ses autres enfants accomplissaient leur tâche. Le va-et-vient se faisait sans encombre. Les gens habituées à la discipline imposée par le prince El Mansour, étaient correctes, honnêtes, respectueuses des biens d’autrui, ce qui faisait de la capitale un havre de paix et de prospérité. Au cours de ce va-et-vient, l’âne, un jour, tarda à revenir. Yala, inquiet reprit le chemin habituellement suivi par sa monture. A quelques pas de là, il le vit arrêté, la charge en déséquilibre. Quelqu’un s’étant donc amusé à perdre quelques grappes de raisin fit pencher la charge qui obligea la bête à s’arrêter. Après avoir rétabli l’équilibre, Yala reconduisit l’âne à la maison. Mais non loin des remparts, il vit des individus étranges qui s’apprêtaient à camper au milieu de leurs hameaux. Il ne douta plus des auteurs du vol de son raisin. Le soir, quand tous les siens étaient rentrés, il tint un conseil de famille pour discuter des événements de la journée et des mesures effrayantes qui circulaient sur les nouveaux arrivés. Après que chacun ait donné son avis sur l’attitude à prendre en la circonstance, Yala exprima le sien en ces termes: l’homme au méhari dont on avait vaguement entendu parler est sous nos murs, d’un moment à l’autre, nous risquons d’être ses victimes, son geste d’aujourd’hui atteste qu’il est sans scrupule et qu’il ne respectera pas le bien d’autrui, il faut avant qu’il soit trop tard quitter ces lieux, et pour ne point éveiller l’attention des voisins, nous allons faire semblant de nous disputer et décider, sous le mouvement de la colère, la vente de nos biens à l’exception de la maison. Quant au troupeau, il partira dès l’aube et nous attendra à une journée de marche vers le nord.

Le lendemain tout se passa comme prévu, et, la nuit tombante, rien ne manquait pour le départ. Au moment où tout le monde dormait, que la ville était déserte, Yala et ses gens quittèrent pour toujours la Kelaâ. Au matin, les voisins s’étonnant du silence qui régnait dans la maison, forcèrent la porte. Les chambres étaient vides, quelques objets sans valeur gisaient ça et là. On remarqua cependant dans un coin un Gassaâ (plat en bois). Quand on la souleva on découvrit deux pigeons : l’un après quelques mouvements s’envola, l’autre se blottit dans un coin. On s’aperçut qu’il portait quelque chose au cou ; c’était un pli portant l’inscription suivante : celui qui a des ailes s’envole, celui qui en est dépourvu reste à la merci du premier venu». Il faisait allusion à l’intrusion des nouveaux étrangers et conseillait à ceux qui étaient conscients du danger de quitter le pays alors qu’il était encore temps.

Après quelques jours de marche, Yala et sa famille campèrent au bord de la rivière Chertioua, au nord de Bordj Bou Arreridj, mais ce lieu n’offrait pas les garanties suffisantes de sécurité et de viabilité : de l’eau tiède, des moustiques pas d’abri sûr contre un éventuel ennemi chargea donc son berger de repérer dans la montagne un endroit de conditions avantageuses. Ce fut grâce à 1’un des ces boucs appelé « Abadh» qu’il trouva une clairière bien abritée, facile à défendre, au bas de laquelle coulait une source fraîche et abondante ou sa bête venait se désaltérer aux heures chaudes de la journée. Yala s’y établie et prospéra. Mais l’exode le plus important fut enregistré lors de l’écrasement de la Kelaâ par les Almohades. Les populations s’éparpillèrent dans les localités voisines de Béjaïa pour bénéficier de la protection directe du souverain, et dans les montagnes du Djurdjura. Biban, Babor ainsi que dans la Vallée. Nombreuses les familles qui se disent aujourd’hui originaires de la Kelaâ, tels les Beni-Yala d’El Adjissa qui couvrent toute la région de Bouira et de Beni Mansour, les Sanhadja, les Beni-Messaoud, les Beni-Mimoun, etc… Béjaia, elle-même, n’échappe pas aux représailles du vainqueur, Moulay Yahia, démit de son trône par les Mouménides, les personnalités connues pour leur attachement à l’ancienne dynastie furent expulsées, elles se rendirent à Alger, Tunis, Constantine où elles trouvèrent refuge et emploi; les autres partisans se retirèrent dans les montagnes voisines où elles s’intégrèrent peu à peu aux tribus Mezaïa, Zouaoua, Fenaïa, Djobabra, entre autres. La région connut, dans son ensemble, un bouleversement important, d’une part par la perte de nombreuses familles citadines parmi les plus aisées et les plus célèbres par leur savoir ou leurs fonctions, et d’autre part par l’implantation de nouveaux habitants dans les montagnes jusque là relativement peu peuplées. La constitution de trois royaumes à la suite de l’effritement de l’empire mouminide redonna, en certaines périodes à Bejaia EI-Hafsia sa renommée de capitale intellectuelle, sa prospérité et sa puissance dans le Maghreb, des familles venues de toute part d’Andalousie, de Tunisie, de Tlemcen apportant leur savoir et leurs richesses s’établirent en ville ou dans la proche banlieue, les commerçants et les gens de métiers les tribus voisines grossirent à leur tour la population active, redonnant ainsi aux Bougiotes un sang nouveau.

Au cours des guerres que se sont livrées les Hafsides, les Mérinides et les Abdelwadides, la région de Bougie subit à nouveau la présence d’étrangers, et parfois durant de longues années. On se souvient du long siège de Béjaïa par Abou Hammou, Sultan de Tlemcen, qui, n’ayant pas réussi à s’emparer de la ville, se retira sur ses terres laissant à Tiklat, à Yakouta, à Hisen Beker, à Tamezezdekt plus de trois milles hommes (Tudjin et Zenata) avec leurs familles. Ceux-ci s’y étant définitivement établis épousèrent par la suite, la cause de Moulay Abdelaziz. Ce fut donc un apport de plus à l’élément ethnique de la Vallée. Aujourd’hui aucune famille ne se dit, Zenata ou Tenoudji tant l’intégration a été totale et profonde.

La population citadine de Bejaia subit un autre bouleversement dans sa composition ethnique lors de la prise de la ville par les Espagnols en 1509. Ceux-ci, dans leur acharnement à détruire la ville pour acculer les défenseurs à la reddition, obligèrent toute la population à évacuer, pour répondre à la politique de Charles Quint leur roi, qui visait à la création de places fortes et de colonies peuplées uniquement de chrétiens. Mais, du fait de l’incapacité de la Métropole à ravitailler la garnison, et de celle-ci à vivre de ses propres moyens, cette politique aboutit à Un échec qui obligea les gouverneurs à solliciter le retour des habitants auxquels ils promirent le libre exercice de leur culte, de commerce et de langue. Très peu de personnalités de la cour Hafside réintégrèrent: les Andalous et pour cause – s’expatrièrent tous, une fois de plus, vers Alger, Tunis, Kesentina. Des anciens Bougiotes ne revinrent que ceux qui, originaires des environs, s’étaient réfugiés non loin de là. La ville s’était repeuplée de nouveaux habitants descendus des montagnes voisines Imzaïen, Ifenaien, Zouaoua, Aït Djebar. En 1511, les Espagnols, d’après El Mérini, les évaluaient à huit mille. Résidant hors des quartiers réservés aux chrétiens et n’ayant pas accès au port. Les nouveaux Bougiotes vécurent en relation seulement avec l’arrière pays qui leur fournissait ses produits qu’ils revendaient aux Espagnols. Cette Situation qui leur fermait les horizons habituels, jointe aux désirs de tous de chasser l’étranger de leur sol, amenèrent les Bougiotes ,d’accord avec leur Prince, à contacter Arroudj et son frère Kheiredine pour une aide militaire. On sait que la ville ne fut libérée qu’en 1555 par Salah Raïs.

A partir de ce moment, Bougie devint une ville parmi tant d’autres du beylek de Kesentina. Sa population s’enrichit de nombreux Andalous chassés d’Espagne à la suite de leur révolte de 1573, et de leur expulsion définitive en 1609 ; elle accueillit les Turcs retraités civils ou militaires qui y exercèrent leurs fonctions, elle abrita tous ceux qui vinrent étudier, commercer, exercer un métier manuel ou intellectuel; elle offrit un havre sûr aux navigateurs aux armateurs, aux corsaires de toutes les nations. Cette population hétérogène conserva pendant longtemps sa diversité. Kabyles, Andalous, Turcs et Kouroghlis, n’admettaient de mariages qu’entre les personnes de même « race », sans que pour cela l’entente et l’amitié entre tous ne fussent altérées. La langue kabyle, parlée par la très grande majorité des habitants devint la langue véhiculaire, la langue materne!le de ceux qui, à l’origine, n’en connaissaient pas un mot.

En 1833, quand les Français, sous le commandement du général Trézel, débarquèrent à Bougie, la population ne dépassait pas 2000 âmes. Une bonne partie avait déjà quitté les lieux, les Turcs en particulier, dès l’occupation d’Alger et de sa banlieue. La résistance à l’envahisseur et la répression du vainqueur qui en suivit réduisirent considérablement les familles qui demeurèrent en ville.

En 1835, des raisons politiques et surtout le voisinage de peuplades constamment hostiles, décidèrent les autorités françaises à réduire l’étendue de l’ancienne enceinte. Cette mesure eut pour résultat d’amener la ruine immédiate de plusieurs quartiers et de motiver, le départ de la majeur partie des habitants qui, ne trouvant pas à s’établir à l’intérieur de la ville, émigrèrent en Kabylie (Djurdjura, Babor, ou Biban), à Alger, Annaba, Constantine et même à Tunis. En 1848, Bougie avait peu progressée, la population composée de quelques Kabyles citadins, quelques modestes Kouroghlis et Andalous d’extraction, que le manque seul de ressources avait empêché de suivre l’émigration, s’élevait, dit C. Féraud, à trois cents individus, tout au plus.

La population Bougiote ne se reconstitua que beaucoup plus tard avec les Mezaïas des environs. Les barrières raciales qui existaient auparavant disparurent. Les intérêts communs, la connaissance approfondie des uns et des autres née d’une longue cohabitation, les circonstances économiques et politiques entraînèrent le brassage des populations qui donna le type bougiote actuel avec son particularisme qui le fait distinguer d’entre tous.

En 1248, à la suite de la prise de Séville par Ferdinand III (12 Novembre1248), de nombreuses familles, parmi les plus aisées, vinrent s’établir en Afrique du Nord. La famille Ibn Khaldoun parmi tant d’autres, s’installa à Tunis où certains de ses membres furent investis de hautes fonctions dans l’Administration civile et militaire, A Bejaia, l’Emir Hafside en recueillit un certain nombre de ces Andalous qu’il utilisa en son service.Il faut noter que de nombreux Andalous avaient déjà quitté l’Espagne et s’étaient établis au Maghreb. Cet exode s’accentua avec les échecs des Emirs Andalous faces aux rois Chrétiens, particulièrement après la défaite désastreuse des Almohades le 16 Juillet 1212 à Las Navas de Tolosa. Cordoue elle-même ne résista plus est ses habitants durent émigrer à Grenade, Malaqa et en Afrique du Nord à partir de 1236 quand le roi Ferdinand s’y établit. Sanhadja ( région connue à Bougie). Beni Toudjin (Village de Toudjin) Abou Mohamed Ben Othman Tlili, prédicateur de la gronde mosquée, raconte que dans la journée du 25 de moharem le nombre de victimes s’éleva à quatre mille cinq cent cinquante gisant dans l’espace compris entre les deux portes de la ville. La veille de l’entrée des Espagnols à Bejaia tous les rescapés quittèrent la ville, une partie se réfugia dans les montagnes du côté de Djiidjelli, cette Montagne prit depuis, le nom de Djebel Béni-Miad. On dit que lorsque les Bougiotes s’éloignèrent de leur ville, ils marchèrent tous groupés, en masse, les arabes les appelèrent alors El Mïad (réunion d’homme) et ce nom est resté à la montagne dans laquelle ils se réfugièrent. D’autre allèrent chez les Zouaoua, d’autres chez les Béni-Yala el Adjissa…

D’après le manuscrit de El Merini traduit et reproduit par C.L. Feraud dans la revue africaine n°71 (12é année).

Un incident fut le prétexte ou le signal d’un horrible massacre. Soixante vieillards (rue du Vieillard) quelques femmes et enfants furent sauvés. Tout le reste avait fui ou était mort les armes à la main. Ainsi Bougie dont la population à notre arrivée était d’environ 1500 à 2000 âmes, subit à peu près toutes les conditions d’un enlèvement de vive force et les conséquences d’une ville prise d’assaut.
(Recueil de la province de Constantine p327)

El Mérini ajoute: Abou Said Ben Ahmed Taleb Zenati, secrétaire de l’Emir Mofok m’a montré une lettre dans laquelle le chef des chrétiens disait que les anciens habitants rentrés à bougie s’élevaient au nombre d’environ huit milles, y compris les hommes, les femmes et les enfants.
Même référence que ci-dessus.

Les Marabouts. Les marabouts existent dans tous les villages kabyles. Toutes les familles « maraboutiques » se disent « Chorfa » venues de sakiet El Hamra (Maroc). Pour comprendre l’origine de cette catégorie de population, son état d’esprit et son rôle, il faudrait remonter dans l’histoire du Maghreb pour situer les évènements qui l’avaient placée en ces lieux.

A la suite des guerres entre les descendants de Sid Ali (gendre du Prophète) et le Khalif El Hadi, échappant à ses poursuivants, Idris réussit en 172 (788-89) à atteindre Oulili dans le Maghreb El Acsa pour se mettre sous la protection (l’Anaïa) de la tribu berbère des Auréba dont sa mère en était issue. Il mourut en 793, après avoir conquis de vastes territoires et établi la capitale de son royaume de Fès. A son fils Idris II (793-828), succéda Mohamed (828-836) qui confia, sur les conseils de sa grand-mère Kenza (Berbère des Auréba) le gouvernement des provinces à chacun des neuf de ses frères et cousins. Celui du Maghreb Central dont le siège était à Tlemcen échut à son cousin Aissa, fils de Soleïman ben Abdellah (frère d’ldris I). Cette décentralisation du pouvoir fut la principale cause des dissensions internes, des guerres fratricides, de la décadence et de la chute de la dynastie idrisside (1068) sous les coups des Almoravides (El Mourabitine) après un siècle d’existence. Les membres de la famille Idris se dispersèrent dans tout le Maghreb. Ibn Khaldoun rapporte que Ibn Hamza dit que les membres de la famille Idris étaient nombreux au Maghreb et qu’ils avaient fondé plusieurs royaumes, mais, ajoute-t-il toute leur puissance a disparu et il ne reste plus un seul de ses chefs. Le même auteur fait observer que Hamza, celui dont le lieu de la province de Bejaia appelé Souk-Hamza (Bouira) porte le nom, appartenait non pas « à la famille des Idrissides, mais à la tribu arabe des Soleïm. Djouher, général de El Moëzz (El Fatimi) transporta les enfants de Hamza El Idrissi à Kairouan, mais plusieurs membres continuèrent à vivre dispersés dans les montagnes et parmi les Berbères du Maghreb. Il y en a tout de même très peu par rapport au nombre incalculable de familles maraboutiques qui se disent « Chorfa ». Les véritables descendants d’Idris, quelles que fussent les vicissitudes politiques, gardèrent leur prestige en tant que descendants du Prophète, leur fortune et leur rang social. Les gouvernements qui se sont succédé les avaient toujours ménagés, entourés de respect, et parfois, employés dans leurs services en qualité de muphti, Imam, Cadi, etc…

La grande masse des familles «maraboutiques» relevèrent en réalité, d’origines diverses. En effet, lorsque les Almoravides débutèrent dans leurs actions politiques et religieuses, et à la suite de leurs victoires sur les Idrissides, ils s’établirent au Maroc et au Maghreb Central; leurs disciples, partisans ou fonctionnaires étaient appelés « El mourabitine », c’est-à-dire du « Parti chargé de mission ». Les Almohades du nouveau « Parti Unitaire », vainqueurs en plusieurs occasions, s’emparèrent de leurs territoires obligeant les vaincus à la servitude ou à l’exil. Nombreux parmi ces Almoravides, les uns fuyant la répression, les autres par solidarité avec leurs «frères », quittèrent le pays. Un certain nombre d’entre eux se dirigèrent vers le Sud où un grand rassemblement se faisait à Sakiet-el-Hamra autour du Ribat. De là, individuellement ou par groupe, ils remontèrent vers le nord du Maghreb Central où ils se fixèrent, soit du fait du hasard, soit à la suite d’un choix. Les populations locales les appelèrent «El Morabitine» du nom du parti auquel ils appartenaient ou prétendaient l’être.

Il y avait, écrit Auguste Cour, des contrées qui avaient la « spécialité de fournir des marabouts. Les gens du Figuig se délectent «à l’exercice des lettres qu’ils apprennent à Fès, puis, quand quelqu’un est parvenu à la fin de ses études il retournait en Numidie et dans les montagnes Kabyles, se faisait Imam, prédicateur, professeur. Ce fut une autre source de l’origine des marabouts du Sud-Ouest qui envahirent le Tell algérien peu avant la conquête « turque …

Pour se rendre mystérieux, écrit Marmol, ils déclaraient venir du pays « lointain de l’Ouest (afin que nul ne puisse contrôler leurs dires), de Sakiet-el Hamra ». Ils étaient en somme des Berbères marocains chassés de l’Atlas par leurs vainqueurs. Certains individus parmi ceux-là profitant de la confusion, exploitant la crédulité et l’ignorance des masses, s’entourant d’un tas de mystères, s’imposèrent par leur étrangeté: derwiches, hurleurs, écrivains d’amulettes, prédicateurs, préparateurs de philtres, magiciens, etc … S’établissant souvent en dehors du village pour recevoir dans la discrétion absolue hommes et femmes à toute heure, ils se livraient à leurs exercices de machinations, intrigues, etc … sous couvert de religion, de guérisseurs et autres. Au bout d’un certain temps, ils s’alliaient aux familles locales parmi les plus honorables. De ce fait, ils acquéraient la protection du clan, et bientôt suffisamment des biens pour s’imposer dans les affaires de la collectivité; leurs descendants ayant su conserver la « place » acquise, ils firent perpétuer dans la tradition locale.

Il n’en fut pas toujours ainsi, certaines confréries envoyèrent dans les montagnes kabyles des missionnaires « Merabitines » chargés d’enseigner le Coran et de propager leur doctrine; souvent ils y demeurèrent, se créant un foyer familial et un noyau de disciples. Grâce à leur savoir, leur sagesse, leur simplicité, ils acquirent une telle renommée qu’on venait de loin les consulter sur des litiges d’ordre religieux et qu’on leur envoyait leurs enfants s’initier aux sciences islamiques dans leur Zouaoua généralement construite par la communauté des Khouan. Respectés de leur vivant, ils furent vénérés à leur mort; leur tombe ou leur mausolée, entourés de légendes, devinrent un lieu de pèlerinage. Leurs descendants qui suivirent la même voie, appelés «Ahl el ilm « , conservèrent le même prestige et jouèrent un rôle important dans la vie politique du pays (soulèvement contre les Turcs, contre la colonisation française). Les confréries et Zoui qui jouèrent un rôle religieux et politique important en Afrique du Nord furent: Les Qadéria et les Chadélia. La première s’était répandue de l’Est vers l’Ouest, grâce à ses Cheikhs de grands renoms venus des écoles de « Orient par l’Egypte. La seconde, répandue par Abou Zeïd Abderrahman El Madani s’était répandue dans l’Ouest avec peu d’adeptes à l’Est du pays. Mêlés, de bonne heure aux mouvements généraux du pays, les uns et les autres subirent le contre-coup de la politique des souverains. A la fin du XV eme siècle, Ahmed ben Youcef, de l’ordre des Qadéria, traqué pour sa doctrine par les émissaires du Sultan de Tlemcen, trouva asile à Béjaia auprès du sultan. Plus tard, il embrassa le parti des Turcs dont il fut un partisan actif. Ayant obtenu des dispOsitions particulières en faveur de sa confrérie, et par là à tous ses Khouan, ses successeurs furent les meilleurs instruments à la domination turque. Ceux-ci s’en servirent aussi bien Pour régler des différends locaux que pour combattre leurs adversaires.

Les Français suivirent la politique turque en ce domaine en soutenant certains chefs de Confrérie et de Zoui contre les mouvements de rénovation dirigés par les Ouléma.

Histoire des Berbères T.II, p. 571( 22 ) Auguste Cour.- L’établissement des Dynasties des Chorfa au Maroc, p. 8.( 23) Marmol – Description de l’A. du Nord, p.12.( 1 ) Toutes les confréries ont pour adhérents (Khouan) des Berbères en grande majorité.

Les noirs en Kabylie furent introduits par les Turcs en les admettant comme auxiliaires auprès de leurs garnisons de janissaires en Kabylie. Le Caïd turc de la Basse Kabylie, Ali Khodja, pour parer aux attaques incessantes de Si Ahmed Ben Ali Ben Khettouch (24), fit renforcer le Bordj de Tazarart et y installa une colonie de nègres (1720) appelés Abib-ou-Chemlal ramenés du Sud.

Le Caïd Mohamed Ben AIi connu sous le nom de Mohamed Debbah fit venir 400 noirs du Sud qu’il établi à Tala N’Zouia (Boghni) en 1746. Dotés de chevaux et d’armes, ils participèrent aux collectes d’impôts et aux opérations militaires. Le Dey Ibrahim Pacha autorisa ses Caids à attribuer des terres domaniales à ces nouvelles recrues. Ceux-ci s’y établirent avec leurs familles créant ainsi des mouls Abid. Dans le Sébaou, on les installa au sein de la tribu des Ait Amraoua, entre le confluent de l’Oued Aïssi, et l’oued Amraoua, au pied du Djebel Baloua. Cette colonie se divisa bientôt en trois fractions: Tazmalt n’Bou Khoudmi, Tazmalt n’Kaâ-ou-Meraï, Tazmalt n’Taba Othman.

Dans la région d’Akbou, la colonie noire fut installée près du passage de Chabet-EI-Ahmeur. Les colonies noires prospérèrent tant que les Turcs y demeurèrent puissants. Certains de leurs chefs épousèrent des femmes kabyles d’origine très modeste recherchant protection et sécurité pour elles-mêmes et pour leurs proches souvent étrangers à la tribu locale. A la longue; il se constitua une catégorie de population fort métissée qui s’intégra progressivement à la population autochtone.

La chute des Turcs obligea la grande majorité d’entre eux à chercher refuge et protection ailleurs. Ils émigrèrent ou se dispersèrent dans la région pour offrir leurs services aux puissantes familles locales. Ceux de la grande Kabylie, furent admis chez Belkacem ou Kaci de Temda el Belat, Mohand ou el Hadj de Taguemount ou Aamrouche. Ceux d’Akbou furent engagés par Ourabah qui les cantonna à Ighil Alouanène dans les Ait Tamzalt; par Mohand-Ou Châbane qui les établit à Tighilt-Amérian dans les Fenaïa ; par Mohand-Ou Chalal qui les installa à El Flaye dans les Béni-Oughlis ; par Ben Ali Chérif qui les mit au service de sa zaouia de Chellata. On leur donna des noms rappelant leurs origines: OuId Abid ; Aberkane; Berkane; Lekehal; Akli.

Activités économiques et culturelles:

1-Caractère sociologique :

Le Kabyle, d’une manière générale, habite sa propre maison construite de pierres et recouverte de tuiles. Il possède une parcelle de terre que des murs, haies ou fossés séparent de son voisin. Les limites, comme le tour d’eau d’arrosage, sont sacrées, nul ne peut les violer sans risques d’incidents graves. Industrieux et sédentaire, intelligent et actif, sobre et rompu à la fatigue, il s’adonne à toutes les besognes pour gagner sa vie et celle des siens. Il émigre facilement quand les occupations locales ne suffisent pas; dans ce cas, un membre de la famille demeure au village pour veiller au patrimoine familial.

Dans la famille, la femme jouit d’une grande liberté; en l’absence du mari, elle fait face aux travaux agricoles, s’occupe de l’éducation des enfants, répond aux obligations de la communauté. La polygamie étant extrêmement rare, la cellule familiale demeure ferme, et prospère dans le cadre de l’indivision pour sauvegarder sa puissance ; quand celle-ci est brisée, la fille n’hérite pas afin que les biens ne passent pas en des mains étrangères, mais elle conserve le droit permanent de gîte sous le toit paternel.

La communauté vit dans le respect des traditions parfois séculaires, Chaque village dispose d’une Djemâa, assemblée de représentants de chaque famille ou fraction. Un Cheikh (Amokrane) élu préside aux délibérations. La justice y est rendue très souvent d’après « el-Adda », droit coutumier, et le Kanoun, usages antiques sanctionnés par la pratique qui tient lieu de code civil, pénal, administratif et militaire. Ces lois dictées par l’expérience reflètent les besoins et les intérêts individuels dans le cadre de la collectivité, ainsi que les obligations de celle-ci dans le cadre national. Egalité de tous ses membres, absence de privilèges, respect de l’individu, de sa femme, de sa maison, absence de peines corporelles et de prison (la dignité de l’homme libre – Amazigh – est respectée et demeure sans tâche), liberté de commerce, marchés ouverts à tous, charges proportionnelles aux richesses, etc …

La solidarité est de rigueur dans le village. La «Touiza » permet à chacun d’exécuter ses travaux avec l’aide de tous (cueillette des olives, construction d’une maison, mariage, décès, etc.). Les travaux d’utilité publique consistant en ouverture et réparation de chemins, entretien des fontaines, de la mosquée, du cimetière, s’exécutent en commun.
« L’Anaïa » (protection) pratiquée par toutes les familles, pauvres ou riches vis-à-vis d’un étranger de passage, un transfuge poursuivi par ses ennemis, ou seulement un individu qui désirerait s’implanter dans le village, fut souvent la cause des frictions et même des affrontements entre familles ou villages. « L’Anaïa » accordée par n’importe quel membre de la famille, l’honneur de tous ses membres se trouve engagé, et nul ne peut l’enfreindre sans encourir une vengeance. (La vengeance cesse, an certaines régions si le fugitif accepte d’exercer la fonction «humiliante» de boucher).

Le devoir de chacun à défendre l’inviolabilité du pays, met chaque famille, en temps de guerre, dans l’obligation de mettre à la disposition du Chef, des hommes pourvus de leur nourriture et de leurs munitions. Ceux-ci combattent un certain temps puis reviennent au village pendant que d’autres, fidèles à l’engagement de la fraction, assurent la relève. En raison du peu de temps que chaque guerrier passe au combat, du renouvellement constant des combattants, et la suspension des hostilités en mauvaise saison, ou au moment des gros travaux agricoles (cueillette des olives), le succès n’est pas toujours exploité à fond contre l’ennemi, alors que celui ci, grâce à une armée de soldats permanents disposant de grands moyens, persisté dans son effort défensif ou offensif Cette tradition, Sans doute millénaire, fut un handicap sérieux aux chefs militaires, et souvent la cause principale de leurs échecs dans leur lutte contre l’étranger. Elle ne disparaîtra qu’à l’époque moderne guerre de libération (1954-1962).

Dans toutes les guerres, quelles qu’elles soient même entre villages, il n’est pas rare de voir des femmes s’approcher de la mêlée encourageant, excitant par leurs youyous et leurs cris, portant secours aux blessés, aidant à enlever les morts, partageant les périls de l’action, les soucis de la défaite, la joie du succès (26). Toutes ces traditions d’ordre économique, politique et social résistèrent à toutes les influences extérieures. Alors qu’à Bougie, le sultan gouvernait par l’intermédiaire de ses vizirs, possédait une administration et des fonctionnaires, rendait la justice conformément au droit musulman, entretenait une cour brillante de savants, poètes, érudits de toutes sortes, l’arrière-pays demeurait figé dans ses institutions anachroniques, obéissant par tradition depuis des générations à des chefs issus de certaines familles, ne consultant que ses propres cheikhs pour résoudre ses litiges religieux, et sa Djemâa pour régler ses différends. Le sultan, en fait n’y exerçait aucun pouvoir temporel sinon sur les chefs traditionnels qui répondaient quand ils le désiraient du tribut ou des impôts forfaitaires de la collectivité payés souvent en nature.

Les Turcs ne modifièrent en aucune sorte cet état de choses. Le pouvoir du Caïd turc à Bejaia ne dépassait pas la banlieue de la ville ; celui des commandants des garnisons ne concernait que les janissaires en exercice ou en retraite; ils étaient là uniquement comme forces de police pour servir d’appui aux chefs traditionnels dans leur collecte des impôts ou, épaulés par le makhzen, obliger les récalcitrants à se soumettre aux obligations générales. La colonisation française, après une lente évolution dans son administration, institua des assemblées communales où les représentants de la population étaient sensés débattre ses problèmes, mais la Djamaa de chaque village ne se départit jamais de son rôle au service de la collectivité. (Toutes les traditions sont demeurées intactes jusqu’à l’indépendance La révolution a produit un éclatement de la famille, de la société même il y eut un changement radical dans les mœurs dans les traditions dans les rapports avec les voisins-mêmes).

2) Activité économique

Pays très accidenté et relativement pauvre ; population très dense mais courageuse et laborieuse, hommes et femmes travaillent. Partout, à la maison, dans l’échoppe, au jardin, aux champs, chacun selon ses possibilités produit l’un pour assurer la subsistance familiale, l’autre pour faire prospérer ses affaires. Aussi les marchés hebdomadaires abondent-ils en tapis du Guergour, couvertures (hanbal) de Zemmoura, tentures des Béni-Oughlis et des Béni-Ourtilane, burnous des Béni-Abbas, étoffes aux couleurs chatoyantes importées d’Alger, de Constantine, de Tlemcen; épices des Gaouaoua, caroubes, huile et beurre, miel, légumes et fruits, moutons, chèvres, vaches, bœufs, ânes, mulets, etc Les transactions importantes se font le jour du marché. Les commerçants drainent leurs marchandises vers les villes de l’intérieur ou vers le port de Bougie pour l’exportation. En plus des produits de l’arrière-pays, le commerce local s’enrichit des produits de luxe fabriqués par les artisans Bougiotes: chaussures féminines, étoffes en soie, ustensiles en cuivre, bois de chêne, de noyer et de pin, cuirs tannés de grande qualité, etc …

Cette activité intense faisait de Béjaia un port international grâce aux transactions avec les puissances étrangères qu’opéraient les Béni-Hammad, puis les Béni-Hafs. La ville n’avait pas cent ans d’existence quand El Idrissi écrivait: «de nos jours, Bejaia fait partie de l’Afrique moyenne, et est la capitale des Béni-Hammad. Les vaisseaux y abordent, les caravanes y viennent et c’est un entrepôt de marchandises. Ses habitants sont riches et plus habiles ,dans divers arts et métiers qu’on ne l’est généralement ailleurs, en sorte que le commerce y est florissant les marchands de cette ville sont en relation avec ceux de l’Afrique occidentale, ainsi qu’avec ceux du Sahara et de l’Orient; on y entrepose beaucoup de marchandises de toute espèce. Autour de la ville, sont des plaines cultivées, où l’on recueille du blé, de l’orge et des fruits en abondance. On y construit de gros bâtiments, des navires et des galères, car les montagnes et les vallées environnantes sont très boisées et produisent de la résine et du goudron d’excellente qualité; variété de viandes. Dans ce pays, le bétail et les troupeaux réussissent à merveille et les récoltes sont tellement abondantes, longtemps ordinaire, elles excèdent en besoins des consommateurs et qu’elles suffisent dans les années de stérilité. Les habitants de Bougie se livrent à l’exploitation des mines de fer qui donnent de très bon minerai. En un mot, la ville est très industrieuse, c’est un centre de communications très important…

A partir de 1625-1626. La famille Bel Kadi (ancien roi de Koukou) est connu sous le nom de Oulad Bou Khettouch. Les descendants de Bou Khettouch existent encore à Tamda, à Djemâa Sahridj et à Souama, ils disposent d’un certain nombre de documents attestant cette ascendance. La fille de Amar Bel Kadi Ben Khettouch marié avec Si Chérif Boutouch des Aït Boutouch de la tribu des Aït Idhourar eut un fils qui devint plus tard Caïd du Sebaou et Bey du Tittri. Ses descendants s’étaient établis à Blida. Revue africaine T7, p. 293 p.8, p.365(25) Le Caïd Mohamed Ben Ali fut appelé Mohamed Debbah (l’égorgeur) en raison de sa cruauté. Il fit égorger, dit-on, plus de 1200 kabyles, faits prisonniers au cours des campagnes dans la région(27) On exploitait:1) les mines de fer situées entre Berbacha et les Béni-Slimane les mines de fer des. Béni-Slimane près de Kombita. Les mines de plomb argentifère, chez les Béni-Djelil Minerai de cuivre près de Toudja. (Recueil des notices et mémoires de la province de Constantine p. 120 ..).

Les premiers traités de commerce avec les négociants Pisans remontent au XI siècle. Marseillais, Génois, Vénitiens et d’autres républiques de l’autre rive de la Méditerranée possédaient des représentants ou consuls à Bougie charg

és des transactions avec les particuliers et avec le gouvernement. Les rivalités entre les firmes, si elles favorisaient la concurrence et le choix des partenaires, mettaient parfois le gouvernement en difficulté diplomatique avec les nations des plaignants. Il arrivait aussi que les intéressés se liguent contre le gouvernement pour imposer leurs conditions. Ainsi en 1138, Gênes s’entendit avec les communes et les seigneurs Marseillais, d’Hyères, de Fréjus et d’Antibes pour la pratique de transactions sans concurrence à Béjaïa, mais ces manœuvres n’aboutissaient que rarement dans la pratique, étant donné, la rivalité des partenaires et l’esprit mercantile de chacun que le gouvernement savait exploiter à son profit.

Tant que l’Emir de Béjaïa dépendait du sultan de Tunis, les traités signés par ce dernier étaient applicables à Béjaïa, mais depuis que Béjaia s’érigea en principauté autonome, les traités étaient directement signés par l’Emir et n’intéressaient que ses villes. Les traités signés à cette époque étaient à peu près communs à ce qui se pratiquait ailleurs. Nul officier, ni sujet musulman ne devait gêner les opérations commerciales. Les chrétiens restaient entièrement maîtres de vendre leurs marchandises ou de les renvoyer en Europe, s’ils ne trouvaient pas à s’en défaire avantageusement; mais les relations commerciales étaient essentiellement limitées aux villes de la côte. Les traités n’admettaient pas qu’une nation chrétienne put prétendre accaparer tel ou tel produit pour nuire au commerce d’un autre concurrent. Les représentants administratifs éventuellement, sinon les commerçants algériens, étaient seuls habilités à effectuer les transactions à l’intérieur du pays; ils se rendaient dans les marchés hebdomadaires et installaient des dépôts dans les villages importants où de simples particuliers pouvaient écouler leurs produits. Cette précaution permettait au gouvernement de contrôler les prix, assurer l’écoulement de la marchandise et de se réserver certaines denrées.

A l’époque turque, Marseille, Gênes et les autres villes européennes avec lesquelles les deys étaient liés par traités venaient trafiquer sur le marché de Bougie. Les éléments principaux de leurs transactions étaient, comme toujours: le commerce des cuirs, huile, cire, laine, étoffes, bois, etc … Quand le trafic avec l’étranger connaissait une baisse, en raison des conflits qui opposaient le dey aux nations étrangères, les exportations se faisaient vers les ports d’Oran, d’Alger, de Bône et de Tunis, d’où les marchandises étaient acheminées vers les marchés intérieurs du Maghreb, de Tunisie et de Tripolitaine. Le transport des bois de construction fournis par les Béni-Amrous et les Béni-Mohamed était monopolisé à Bougie par le Caïd El Karasta de la famille de Saïd-Ou-Ahmed des Aït Mimoun. A l’époque du colonisateur française, celle-ci, s’étant accaparé de l’économie du pays, les activités des musulmans se réduisent considérablement. La politique des nouveaux possédants étant lié à des gros colons, les produits agricoles constituèrent la grande masse des exportations; de ce fait, l’importation de produits manufacturés de la Métropole ne laissait que peu de place aux artisans et petits possédants autochtones.

Le transport maritime monopolisé, mettant fin à l’existence d’armateurs indigènes, était beaucoup plus axé vers les ports d’Alger et d’Oran desservant des régions agricoles très riches. Le commerce de Bougie se dilua donc dans la masse des mouvements transactionnels de la colonie pour ne représenter que 11 % de la totalité. Pendant que les citadins Bougiotes trouvaient, tout de même, emploi et activité, mais à peine suffisants à leurs besoins, les populations de l’arrière pays, après avoir vécu pendant longtemps de leurs propres ressources, finirent par se tourner vers les grands centres ruraux pour effectuer leurs transactions d’ailleurs limitées aux achats du strict minimum (étoffés, céréales, ustensiles divers) et à la vente de surplus de leurs propres produits (figues, huile, poteries, produits de vannerie), et, le pays pauvre dans la majeure partie de son étendue en raison de la nature même de son sol, (les meilleurs terres étant occupées par la colonisation et ses suppôts), les populations se trouvèrent acculées à l’émigration ou à une vie précaire à peine supportable. L’Algérie indépendante s’efforce de redresser partout la situation désastreuse héritée du colonialisme français en multipliant les crédits aux zones déshéritées, et aux régions les plus atteintes par la guerre. Cette région attend beaucoup de la révolution industrielle et de la révolution agraire. L’aboutissement de l’oléoduc, les projets d’industrialisation de la banlieue de Bougie, et la mise en valeur de la vallée laissent espérer dès maintenant une reprise d’activité et des jours meilleurs pour l’ensemble de la population … En sera-t-il ainsi ?

3) Activité culturelle

L’instruction à l’intérieur du pays était dispensée dans les mosquées et dans les zaouïas dont certains cheikhs étaient connus pour leur érudition, leurs connaissances parfaites de la grammaire et du droit coranique. La majorité des étudiants, qui terminaient leurs études en ces lieux, retournaient dans leur village pour servir d’imam, professeur et cadi à la fois; les autres plus audacieux ou plus fortunés, partaient dans les grandes capitales chercher fortune et savoir, mais Bougie, la plus proche, et aussi bien nantie, retenait la majorité d’entre eux. En effet, quand Moulay En-Nacer quitta la Kelâa et ses beaux palais, emportant dans ses coffres les objets les plus précieux, et dans sa suite : des professeurs, des poètes, des Imams, des cadis et des muphtis parmi les plus savants, il désira faire de sa nouvelle cité une capitale encore plus brillante par le nombre et la valeur de ses édifices, la qualité de ses artisans et le niveau culturel de ses sujets. Aussi, légua-t-il à ses successeurs et à ses sujets des biens impérissables et des plus précieux qu’ils mirent au service et à la portée de tous. Ils aidèrent les populations voisines à progresser en tous les domaines en leur offrant les plus larges possibilités d’apprentissage auprès de maîtres (artisans, enseignants) encouragés à s’établir à Béjaïa. L’assimilation des techniques et des idées si arides fussent-elles ne connut pas d’obstacles majeurs, car, dès que, sorti de son cadre villageois et tribal, dégagé des chaînes traditionnelles, descendu des hautes crêtes isolées et arides, le jeune Kabyle retrouve la plénitude de ses moyens physiques et intellectuels. D’une manière générale, il s’adapte facilement au milieu dans lequel les circonstances l’obligent à vivre. Il assimile aisément les idées et les techniques nouvelles auxquelles souvent il imprime sa personnalité. Chaque époque a laissé à la postérité des œuvres d’hommes qui se sont illustrés en divers domaines: Masinissa, Jughurtha, Hiempsal, Juba Il, Tarek, et tant d’autres, et pour cette époque : Ali Mohamed Zouaoui, Ghobrini Abou Mohamed, Hellal Ben Younès El Ghobrini, Abdellah Ben Youcef El Ghobrini, Abou El Abbas El Ghobrini (tous de la Kabylie du Djurdjura. Cette famille fournit aux Béni-Hammad et aux Béni-Hafs, toute une lignée de cadis), Aoudjhane Soleïman, Mohamed Ben Ibrahim-El Ouaghlissi, Mohamed El Mansour-EI Colli, Omar Ben Abdelmohcine-EI Oudjhani (Akbou), brahim Ben Mimoun (Babor), Ibn Sald Annas de la famille royale des Béni-Hammad.

Les dynasties Hammadites et Hafsides eurent à leur service de nombreux fonctionnaires, magistrats, officiers issus de modestes familles des villages voisins ou de la région (Djurdjura – Biban – Babor). Grâce à eux, et dans une grande proportion, la ville de Bejaia conserva pendant longtemps son auréole de grande capitale musulmane et du Maghreb. Faut dire qu’elle le dut aussi à la présence d’éminents professeurs venus d’Andalousie et d’ailleurs, et de nombreux Walis établis dans la capitale ou dans les environs : Sidi Yahia, Sidi Abdelmalek, Abou Mohamed Ben Abdelmàlek, Abou Abdellah Mohamed Ben Ahmed El Afri El Kelaï, Abou Zakarya El Merdjani El Mosli, Sidi Brahim El Bejaoui, Sidi Aïssa Ben Nacer, Sidi Bouali, etc …

La chute de la dynastie des Hafsides à Bougie, provoquée par l’invasion espagnole, mit fin à la prospérité de cette ville en tant que centre politique, économique et intellectuel du Maghreb, maîtres et étudiants se dispersèrent dans le pays. La libération de la ville par les Turcs permit aux transfuges andalous et à un certain nombre de savants de réanimer le flambeau de la civilisation arabo-berbère et de donner, dans une certaine mesure, à la jeunesse locale les moyens de s’élever à un certain niveau intellectuel, mais Bejaia, simple ville du Beylek ne reprit plus l’éclat et le rayonnement d’antan, ni dans ses possibilités économiques, ni dans son rôle intellectuel.

La colonisation française étouffa à jamais les derniers foyers, laissant le soin aux Zaoui d’enseigner, dans des limites précises, des notions générales sur la langue et le droit musulman. Mais elle créa des écoles de langue française où, en dépit d’une réglementation stricte, une élite réussit à émerger et à s’imposer pour entreprendre avec succès des études supérieures à l’université d’Alger ou dans les universités de France. L’économie, dans sa quasi-totalité détenue par les colons, ne profita qu’à ceux-ci.
Texte de Mouloud GAID (Historien). Extrait de « HISTOIRE DE BEJAIA ET DE SA REGION » depuis l’antiquité jusqu’a 1954 – Edition MIMOUNI 1976

Le représentant de la nation étrangère était le consul. Les consuls résidaient au milieu de leurs nationaux et de leurs marchandises, au fondouk même dont la surveillance leurs appartenait. Ils étaient à la nomination de l’autorité de leur pays. Les traités leur reconnaissaient le droit de voir le sultan une fois au moins par mois, et de lui exposer les doléances et les observations de leurs nationaux. Conformément aux conventions, ils étaient assistés d’un interprète (Dorgman) choisi et payé par leurs soins, le même interprète intervient auprès des services de la douane pour toute les opérations. Les fondouks étaient des établissements destinés à l’habitation des nations chrétiennes, à la garde et à la vente de leurs marchandises. Ils étaient situés, soit dans l’intérieur de la ville, où ils formaient un quartier à part, soit dans un faubourg et tout à fait en dehors de la ville arabe. Un mur en pierres ou en pisé séparait complètement le fondouk de chaque nation des établissements voisins. Ces établissements renfermaient un cimetière et une église ou une chapelle, dans laquelle les chrétiens étaient libres de « célébrer tous les offices. Le curé pisan de Bougie dépendait de l’archevêque de Pise. La police du fondouk appartenait absolument au consul de la nation. Des portiers, généralement des indigènes, étaient préposés à l’entrée et avaient le droit de refuser le passage à tout individu chrétien ou musulman, suspect ou non autorisé du consul, à moins qu’il ne fût accompagné de l’un des Dorgman ou employés de la douane. Sous aucun prétexte, les officiers musulmans ne devaient entrer d’autorité dans le fondouk, s’y livrer à des perquisitions ou en extraire un sujet chrétien. Quand il y avait lieu d’agir contre un membre ou un protégé de la nation, l’autorité musulmane devait s’entendre avec le consul. En cas de sinistre, les traités et l’usage du Maghreb obligeaient les gens du pays à porter secours aux bâtiments en péril ou jetés à la côte, à respecter les naufragés, et à les aider dans leur sauvetage, et à garder, sous leur propre responsabilité toutes les marchandises, épaves et personnes préservées au désastre, La police des ports était placée dans les contributions du directeur de la douane. Le droit général sur les imputations des nations alliées, c’est-à-dire liées par des traités avec les Emirs, fût de 10 %, il varia peu. Les droits d’exportation étaient à peu près les mêmes. Dès qu’un navire chrétien entrait dans le port, les douaniers se présentaient, Ils enlevaient, selon la bonne coutume, les voiles, les agrès et le gouvernail, pour empêcher le capitaine de partir avant d’avoir, acquittées les droits. On estimait ensuite la cargaison et le bâtiment lui-même, qui était toujours gardé à vue. sans une autorisation spéciale, qui était rendue à la douane, les marchands ne pouvaient pas charger et décharger leur navires et leurs propres barques.

Recueil des notices et mémoires de la province de Constantine (Région de Bougie) p. 222-224. Consulter le livre de M. Rabah Bounar « Ounouan dirassa» SNED 1970. Il s’agit d’une biographie des personnalités les plus marquantes de Bougie à l’époque des Béni-Hammad.

La destruction du royaume Hammadite 

La première campagne des Almohades au-delà de la Moulouya les avait menés jusqu’à Tlemcen et Oran. Sept ans plus tard, une nouvelle expédition aboutit à la destruction du royaume Hammadite. Depuis que le sultan El Mançour s’était transporté de la Qalaa à Bougie (1090), qu’avait fondée son prédécesseur En-Nacer (1062-1063), la nouvelle capitale était  devenue une des principales villes de Berbérie. « Les vaisseaux, écrivait El-Idrissi à l’époque du triomphe Almohade, y abordent, les caravanes y viennent et c’est un entrepôt de marchandises. Les habitants sont riches et plus habiles dans divers arts et métiers qu’on ne l’est généralement ailleurs, en sorte que le commerce y est florissant. Les marchands de cette ville sont en relation avec ceux de l’Afrique occidentale ainsi qu’avec ceux du Sahara et de l’Orient ; on y entrepose beaucoup de marchandises de toute espèce. Autour de la ville sont des plaines cultivées, où l’on recueille du blé, de l’orge et les fruits en abondance. On y construit de gros bâtiments, des navires et des galères, car les montagnes environnantes sont très boisées et produisent de la résine et du goudron d’excellente qualité… Les habitants se livrent à l’exploitation des mines de fer qui donnent de très bon minerai. En un mot la ville est très industrieuse. » (Trad. De Goeje et Dozy.) 

Bougie faisait aussi figure de capitale intellectuelle. Un historien qui en était originaire pouvait établir la biographie de 104 célébrités locales du droit, de la médecine, de la poésie ou de la religion. Le royaume Hammadite avait connu une grande prospérité sous El-Mançour. Le sultan avait renforcé ses contingents sanhadjiens et zenatiens de mercenaires arabes pour lutter contre les Almoravides et mis fin à leur progrès vers l’Est (il y a certainement une erreur de frappe, l’auteur voulait dire l’Ouest car Tlemcen est à l’Ouest de l’Algérie) en enlevant Tlemcen (1102-1103). Il avait  réussi à reprendre Bône et Constantine aux Zirides et à dompter des révoltes berbères. 

Après lui, la puissance Hammadite ne cessa de décroître . El-Aziz (1104-1121) avait réussi encore à occuper Djerba et repousser les Arabes du Hodna, mais son fils Yahia (1122-1152), qui ne pensait qu’à la chasse ou aux femmes, ne put empêcher une attaque des Génois contre Bougie (1136) . Il fut encore moins capable d’arrêter l’invasion Almohade. Après avoir réglé provisoirement la situation en Espagne, Abdelmoumène, dont les forces s’étaient accrues, décida de frapper un grand coup dans le Maghreb central. Il se dirigea, à marche forcée et dans le plus grand secret, vers Bougie. Son avant-garde entra, sans coup férir, dans Alger et dans Bougie, d’où Yahia s’était enfui, puis son fils prit et saccagea la Qalaa (1151).

Source : Histoire de l’Afrique du Nord. Ch.André Julien. Paris 1969

Judaisme bougiote

wikipédia

Article détaillé : Kabyles#Judaïsme.

En 1067 sous les Hammadides, la ville de Bougie renaît et attire très vite nombre de familles musulmanes , chrétiennes et juives. Les Juifs de Bougie importaient de l'argent européen destiné à l'artisanat local: ils pratiquaient également le négoce du sel, du cuir, des textiles, de la cire et des esclaves5. A la suite des persécutions almohades , la communauté juive disparaît en 11476. Cependant en 1250 alors sous les Hafsides , les Juifs de Bougie connaissent un véritable essor économique notamment dans le commerce qu'ils font avec les juifs de Majorque et Marseille , attestés par plusieurs documents , dont ceux de la famille Ferrusol7. Deux siècles plus tard , Bougie voit l'arrivée des andalous chassés d'Espagne aux lendemains de la Reconquista. Beaucoup de musulmans et juifs chassés s'installent au port de la ville. Très vite et de par leurs connaissances techniques plus avancés les juifs andalous font concurence à leurs congénaires juifs locaux dans le commerce auprès de la population musulmane. La communauté est alors dirigée par un rabbin du nom de Duran , originaire de Denia8 et aidée de rabbins lettrés venus de Valence tels que Rabbi Benjamin Amar ou Rabbi Amran Amar9.

Présence espagnole et ottomane

Le milieu du XIVe siècle fut marqué par la recrudescence de la « course ». Selon Ibn Khaldoun, les Bougiotes ne tardèrent pas à se signaler parmi les corsaires les plus redoutés des marins chrétiens. Voulant établir des comptoirs de type colonial sur la côte algérienne, l’Espagne envoya Pedro Navarro pour s’emparer de la place en 1510. Les fortifications seront renforcées, mais la ville est saccagée et en particulier les palais Hammadides, qui subsistaient encore, seront détruits. Attaqués en 1513 par Aroudj, les Espagnols résistèrent et se maintiennent dans la place jusqu’en 1555. Continuellement bloquée par les autochtones, la garnison espagnole ne peut résister longtemps, malgré la visite de l’empereur Charles Quint en 1541. C’est Salah Rais qui mettra le siège à la ville et obligera le gouverneur espagnol Don Alphonso de Peralta à capituler.

Avec les Ottomans, Béjaïa perdit son statut de capitale, même si elle continua encore à jouer son rôle de chantier de construction navale.

 

CONQUETE DE BOUGIE PAR LES ESPAGNOLS D'APRES UN MANUSCRIT ARABE

  Jusqu'à ce jour, nous avions été obligés de s'en tenir aux narrations de Léon l'Africain et de Marmol, les seuls qui eussent relatés d'une manière quelque peu détaillée des traces de la domination espagnole sur la côte d'Afrique et, en particulier, ce qui avait trait à Bougie.

       Il était cependant permis de supposer que la conquête d'une ville aussi importante que l'était bougie, au commencement du XVIe siècle, n'avait pas pu passer inaperçue
Elle avait dû au contraire, frapper les imaginations stimuler la verve des écrivains d'une cité réputée encore, alors, comme la plus éclairée de la l'Algérie. Qui se voyaient chassés de leur foyer par une invasion chrétienne. Mais si ces documents contemporains existaient, ils étaient inconnus.
Ainsi que j'ai déjà dit dans un autre travail de la même nature, on ne se forme pas la moindre idée des difficultés que l'on rencontre non seulement pour découvrir les manuscrits arabes, mais surtout pour qu'il nous soit permis d'en prendre connaissance.

Il y avait longtemps que mes recherches sur le passé de bougie se portaient plus spécialement vers l'époque de la domination espagnole ; le peu de succès que j'avais eu commençait à me faire renoncer, quand j'appris qu'un Taleb kabyle possédait un ouvrage relatif à cette période.
Il ne fallait pas songer à se procurer le texte original, car nous savons par expérience combien les indigènes tiennent à leurs vieux papiers de famille.

Après bien des démarches infructueuses, un bougiote nommé si Said ben ali offrit de se rendre auprès du détenteur du manuscrit.
Le récit de la prise et de l'occupation de Bougie figure au complet, des événements, conduits au commencement ou le Turc Salah Rais reprit la ville aux Espagnols, sont racontés d'une manière claire et vive.
Le récit arabe est plus attachant et semble plus vrai ; je veux cependant risquer aucune appréciation et, afin de mettre dans les mains du lecteur tous les moyens de juger les deux versions, je vais rappeler ce que disent Léon et Marmol , on verra ainsi beaucoup mieux comment les événements ont été interprétés par les uns et les autres.

Léon l'africain s'exprime en ces termes :
………les habitants de cette cité bougie furent jadis opulents et souhaitaient armer plusieurs fustes et galères lesquels ils envoyaient courir sur les frontières d'Espagne ; tellement que la ruine d'eux et de leur cité en est procédée ; parce que le comte Navarre fut envoyé pour la prendre….
" Les citoyens sont assez joyeux, qui ne tâchent à autre chose qu'à se donner du bon temps et à vivre joyeusement, tellement qu'il n'y a celui qu'il ne se sache sonner d'instruments musicaux et baller ; principalement le seigneur, lesquels n'eurent jamais guerre contre personne, qu'il en fussent le motif : au moyen de quoi , ils en sont tellement apoltronnis et de si lâche courage, qu'étant intimidé par la descente de Pierre de Navarre avec 14 vaisseaux , décampèrent avec le roi qui fut un des premiers a gagner le haut, prenant la montagne pour refuge de lui et des siens.

La prise de bougie aurait été un exploit facile.
Nous allons voir maintenant, comment les événements sont racontés par l'auteur indigène.
Dans le cours du récit nous aurons le soin de mettre en note les autres détails fournis par Marmol, afin que le lecteur, ainsi que nous l'avons déjà dit, apprécie mieux les deux versions.

PRISE DE BOUGIE PAR LES ESPAGNOLS

Louange à Dieu unique
Son gouvernement seul est durable.

Le texte des événements qui se sont passés à bougie, raconte ce qu'il va suivre:

Le cheikh de bougie Abou Ali Brahim el Merini dans son livre intitulé "exposé des événements qui se sont passés à Bougie," raconte ce qu'il va suivre :

Plusieurs princes occupèrent successivement le pouvoir suprême dans le royaume Bougie, et cette ville devint souvent le théâtre de luttes que la rivalité fit éclater entre eux.
Cette situation durait encore à l'époque où le trône était occupé par le sultan Abou El Abbas, son frère, Abou Beker, commandait à Constantine.
Ce dernier, décida d'étendre les limites de sa puissance, tourna ses vues vers les états d'Abdel Aziz qu'il résolu de renverser.
Pendant deux années consécutives, il resta en campagne, ne cessant d'inquiéter Bougie dont il voulait s'emparer, mais il éprouva toujours une vive résistance.
Le sultan Abdel- el- Aziz lutta avec énergie et réussit à de se maintenir au pouvoir, parce qu'il avait eu la précaution de recruter de nombreuses troupes et qu'il avait amassé des approvisionnements considérables en vivres et munitions de guerre. Du reste, son port était rempli de bâtiments et de marins dévoués à sa cause ; néanmoins Abou Beker continuait à menacer Bougie venait l'assiéger de temps en temps. Chaque fois, il portait la dévastation dans les campagnes, en ruinant les habitations et incendiant les récoltes.

Au commencement de l'année 912 (1507), il se présenta devant Bougie qu'il assiégea pendant 40 jours, mais après s'être contenté de couper les vergers environnant il dût cette fois encore abandonner sa tentative et s'en retourner désappointer vers Constantine.
Le sultan Abdel Aziz lui écrivit, à cette occasion, une lettre conçue en ces termes :
O toi qu'enflamme la jalousie et que frappe l'éblouissement de l'ambition ! L'échec que tu viens de trouver devrais de convaincre de l'impuissance de tes efforts. Renonce donc à descendre de nouveau dans l'arène pour d'essayer de renverser. Comment peux-tu croire que j'aurais la faiblesse de t'abandonner un royaume que je me suis appliqué à créer ?
Renonce plutôt à celle lutte, qui te nuit dans l'esprit des populations fatiguées. Suis le conseil que je te donne; ton ambition ne saurait en souffrir ; il en est temps encore. Porte tes vues conquérantes vers Ifrikia rebelle qui s'étend derrière toi, tu trouveras là un aliment proportionné à ton insatiable avidité. Mais Abou Beker, au lieu d'écouter les messages d'exhortations de son frère, fit une· nouvelle expédition contre 'Bougie' en l'an 913 (1508) o Le sultan Abd el-Aziz résolut alors de le prévenir en marchant lui-même sur Constantine. Son rival avait déjà mis le pied sur le territoire de Bougie; les deux corps se rencontrèrent et Abou Beker fut mis dans une déroute complète, Abd el-Aziz, profitant de sa victoire, pénétra dans le Hodna et de là se rendit à Constantine qui lui ouvrit ses portes et reçut de lui une organisation nouvelle et régulière.
Pendant que le sultan s'occupait ainsi à raffermir sa conquête il reçut la nouvelle du débarquement des chrétiens à Bougie. Cet événement inattendu renversa tous ses projets. Il expédia immédiatement, son fils Abou Farés pour rassembler toutes les troupes du pays, afin de repousser l'invasion des infidèles.
Nous avons raconté plus haut la guerre qui avait éclaté entre les deux frères, guerre dont on ne voyait pas arriver le terme. Ce qui constituait la force du sultan Abd el-Aziz c'était la position de sa capitale, située près des montagnes de la Kabylie, d'ou il pouvait tirer des renforts, et d'avoir un port qui faisait un grand commerce aves les nations européennes. Ces relations commerciales avec les chrétiens furent interrompues par suite de la guerre sainte qui éclata dans mogrhreb.

Les musulmans d'Andalousie avaient été repoussés jusqu'à la mer par le Tar'ia (1} (l'empereur d'Espagne). L'émir de Bougie reçut alors du souverain de Tunis l'ordre d'armer des vaisseaux Pour faire la guerre aux chrétiens envahisseurs; de l'Andalousie. Cet ordre fut exécuté d'autant plus volontiers qu'il y avait empressement de la part des musulmans. Les bâtiments de Bougie allèrent faire des descentes Sur les côtes d'Espagne où ils enlevaient, Des hommes et des richesses ils couraient sur tous les vaisseaux. ennemis qu'ils rencontraient et ramenaient ·leurs prises :à Bougie. C'est à tel· point que cette ville et toutes celles du littoral de l'Afrique, se remplissaient d'esclaves chrétiens .
.. Cependant après avoir fait la conquête de l'Andalousie entière, l'empereur attaqua Oran finit par s'en emparer en l'an 910 (l505) et y mettre une garnison de ses troupes.
Les musulmans tentèrent de reprendre cette ville mais : n'y parvinrent pas. En l'année 912.(.1507) Le sultan· Abd el-Aziz s'étant concerté avec le souverain de Tunis résolut de porter secours aux gens d'Oran pour les aider à expulser les infidèles.
A cet effet, il demanda du renfort à toutes les villes; ses kaïds surveillaient activement l'armement des vaisseaux mais au moment où tous ces préparatifs étaient terminés, éclata là guerre entre lui et son frère l'émir Abou-Beker,
Ne pouvant dès lors se mettre lui même à la tête de cette armée de secours, il donna le commandement à son fils Abou Farés qui conduisit les troupes allant à Oran par terre. Son ministre, Mohammed ben Ahel Allah el Kenani et Brahim ben Younès partirent par la mer, ·mais la nouvelle de l'arrivée prochaine de cette armée parvint aux Espagnols d'Oran. Les infidèles apprêtèrent aussitôt leurs vaisseaux pour repousser l'agression. Les deux flottes se rencontrèrent et celle des musulmans fut battue et un grand nombre de martyrs de la foi périt.

Omar BOUAZZA 

omarbouazza2@yahoo.fr 

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 10:36

Testez votre mémoire

Voici ci dessous une photo:

- Retrouvez le lieu

- Devinez l'époque

- Identifiez les personnes

NB/:   pour les deux tests précédents idités le 8/01/2013, la réponse sera donnée aprés 06 mois de parution soit le 08/07/2013.

PS/:  Je saisi cette opportunité pour remercier vivement la petite fille de feu Taileb Abderrahmane, les petits enfants de feu Mihoubi Hammou ainsi que Mme mokrani Sabrina, Mr Benadrouche Zoheir et tout particuliérement Mm  Abdoune Khaled et Mihoubi Mokhtar,  pour l'interet qu'ils portent à ce blog, qui par des orientations et des compléments d'informations qui par des encouragements qui incitent à maintenir le cap.

Encore une fois merci

Omar BOUAZZA 

omarbouazza2@yahoo.fr 

 

 

img010.jpg

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 18:03

 

 

 

Interpellés par notre passé

        

       

 DSCN2092-copie-1Quand Jacques Godbout  disait que « Les villes sont la nature façonnée par l'homme, à son image et à sa  ressemblance. »

      Quand on disait que les animaux parlaient, je croyais en lisant des fables que cela n’était que le produit de l’imagination féconde de La Fontaine.

Ne serait ce pas de même pour notre patrimoine ?

      Les œuvres architecturales dont nous avons héritées ne nous interpellent elles pas, elles aussi?

      Les poètes pourraient transcrire et rendre audibles les cris de cœur de ces murs, de ces portes et de toutes ces réalisations qui résistent aux aléas du temps et à la ‘’prédation’’ de l’homme.

      Ces fabuleux écrins qui témoignent d’un savoir faire avéré semblent nous dire :

Ø ‘’ non, votre indifférence n’aura pas raison de nous ;

Ø non, nous ne disparaitrons pas et nous demeurerons toujours là ;

Ø oui, bon gré mal gré comme le phénix… nous vous survivrons’’.

Au regard de ces joyaux architecturaux, nous pouvons aisément évaluer combien nos aïeux étaient ingénieux, inventifs  et en avance quelques fois sur leur temps ?

  - Observez bien les contours des portes et des fenêtres - maçonnés avec les produits locaux en l’occurrence la pierre, la terre et le bois brut-.

  - Observez comment les venelles du village ont-elles été dallées (en pierre bleue).

- Observez la couverture des toits en terre étanche.

- Observez le liant (produit du terroir) ayant servi à murer les maisons.

 - Observez l’aplomb et la largeur de ces mêmes murs.

-- Observez le soin apporté à la taille de la pierre etc.

      Hélas, la modernité et l’urbanisation sauvage copiée sur le modèle des villes, enlèvent leur âme à ce qui subsiste encore de ces atypiques villages ancestraux.

      Quel dommage qu’un tel patrimoine s’effiloche comme un bel habit démodé, usé par le temps et que l’on remise au rebut.

      L’intelligence par contre, commande de veiller à:

«la préservation de l'identité des villages, pour y conserver le lien social et la convivialité qui font leur force».

Même en état de vestiges, une attention particulière doit leur être témoignée par respect à leurs bâtisseurs. 

Si nous contribuons par omission à la disparition du legs transmis par nos ancêtres, alors de quoi pourrions-nous nous enorgueillir ?

Chaque être humain a besoin d’une identité pour affirmer son existence; 

 Et, à notre tour, qu’aurions nous laissé à nos descendants comme mémoire vers laquelle ils pourraient se retourner pour trouver un ressourcement ? 

     Cogitons sur cet adage populaire très riche en enseignement: 

‘’ le neuf chéris le et l’ancien ne le déconsidère pas

- ejdid 3azou oul kdim la tfarete fih -’’.

 

 

Omar BOUAZZA 

Omar BOUAZZA

 

omarbouazza2@yahoo.fr 

 

Photo0560


 

 

Photo0577

 

 

 

 

Photo0589 - Copie

 

 

Photo0580

 

Photo0584

 

Photo0587

 

 

Photo0586-copie-1

 

 

Photo0588

 

DSCN2179 Abdoune Malek

 

Photo0583

  

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 16:24

Photos de la Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Sidha en 2007.

PS/- On peut reconnaitre sur ces photos, entre autres:

- Sadek DAHMANI

- Abdenour BENADRIOUD

- Mouloud ABDOUNE

- Rabi3 BOUAZZA

qui nous ont quittés pour un monde meilleurs.

 

Que les gens qui les ont connus aient une pensée pour eux.

Allah Yerhemhoum wa Wessa3 3aleyhoum wa Yeskenhoum fel Djenna.

Omar Bouazza

omarbouazza2@yahoo.fr

 

Visite-d-El-Kalaa-096.jpg

Visite-d-El-Kalaa-009.jpg

 

 

 

Visite-d-El-Kalaa-041.jpg

Visite-d-El-Kalaa-098.jpg

                                                                                               

Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Délégation de la mairie de Créteil - France - en visite à Ath Saidha en 2007
Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 17:37

01)- Vous pourriez trés certainement reconnaitre les personnes immortalisées par cette photo et en quelle occasion elle a été prise?

Toutes ces personnes disparues ou encore en vie font partie de la fraterie des ''Ouled Saida''.

Donnez les noms des personnes que vous reconnaissez par le biais de la rubrique commentaire en bas de la page d'accueil du blog.

02)- Qui est la personne chevauchant cet ancestral moyen de transport qui a aidé a l'édification de tant de villages escarpés de nos contrées et qui a approvisionné ses habitants en eau et autres denrée -il a même été attelé à la charrue pour le labour des champs?

Merci d'avance pour votre participation.

 

 

Omar Bouazza 

omarbouazza2@yahoo.fr                                                                                           

Photo 01

 

  img007

 

 

Photo 02

img008

 

Attention.Vous vous étes replongés dans l'ambiance villageoise d'il y a 50 ans, ça ne saurait etre gratuit.

Le prix a payer c'est de contribuer, même modestement, a enrichir ce blog et faire revivre l'histoire de nos ancétres.

Libérez vous de la rétention de l'information.

Ecrire et/ou participer à écrire notre passé est un devoir envers l'histoire.

Faites les connaitre à nos enfants..

Vous pouvez contribuer directement et verbalement avec le concepteur du blog, en l'occurrence:

Monsieur Omar Bouazza en bipant et c'est lui qui appellera au:

par mail à

 

Omar Bouazza


 omarbouazza2@yahoo.fr    

                                                                                             

Encore une fois merci

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 09:07

Testez votre mémoire en affectant ces dix portes par ordre de classification (de 01 à 10)  aux maisons appropriées du village.

Pour répondre utilisez la rubrique commentaire.

Un autre test sur dix autres portes du village sera publé ultérieurement.

Des commentaires sur les orgiines de ces joyaux ou toutes explications utiles seront les biens venus.

Je n'en doute pas que ces portes ont une histoire des plus passionnantes.

 

Omar Bouazza 

 

Omar Bouazza

omarbouazza2@yaoo.fr

  • N° 01 Mihoubi Mokhtar

N° 01 Mihoubi Mokhtar

 

  •  N° 02 Kichou Mohand Améziane

N° 02 Kichou Mohand Améziane

  • N° 03 Taleb Abderrahmane

N° 03 Taleb Abderrahmane

  • N° 04 Abdoune Seghir

N° 04 Abdoune Seghir

  • N° 05 Abdoune Hocine

N° 05 Abdoune Hocine

  • N° 06 Abdoune Malek

N° 06 Abdoune Malek

  • N° 07 Bouazza Akli

N° 07 Bouazza Akli

  • N° 08 Les Bouazza

N° 08 Les Bouazza

  • N° 09 Kichou Mohamed

N° 09 Kichou Mohamed

  • N° 10 Dahmani Bezza

N° 10 Dahmani Bezza

 

 

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 15:16

Maison Hamoudi & Hadj Akli-copie-1     

 

 

 

  Les crètes de la montagne tenues par les Moudjahidine et takharoubth n'Sidhi Ali en carré blanc en haut et à droite

DSCN2126

  Une partie du village vue de la créte de la montagne (Azrou)

 

 

 

Les Chouhada (Martyres) du Village 

Jusque à la fin des années 50, le village abritait la quasi-totalité de ses enfants hormis quelques personnes qui travaillaient en extra à l'extérieur notamment à Alger et une poignée d'émigrés qui vivaient en France.

A cette époque, seuls les hommes quittaient le village pour chercher pitance ailleurs que dans l'aridité de leurs champs exclusivement oléicoles et qui ne donnaient annuellement  qu'une seule récolte d'huile d'olives.

La communauté vivait en parfaite convivialité et constituait, compte tenu des contingences de l'époque,  un bloc totalement soudé,solidaire et homogène.

A l'avènement de la révolution de 1954; les villageois -femmes et hommes- se sont mobilisés autour des Moudjahiddine, qui par la logiste et la restauration , qui par la collecte de numéraires et de matériel, qui par la surveillance et la sécurité des Moudjahine  en repos dans le village etc…

L’organisation paramilitaire du village était tellement parfaite et étanche que le site demeura longtemps un havre de détente et de repos pour les Moudjahiddine usés par des mois de privation et de crapahutage dans les maquis.

Cependant, les pressions exercées par l’administration militaire française sur toute la région ayant abrité le congrès de la Soummam (20 aout 1956) et pourvoyeuse en moyens humains et matériels de la willaya III commandée par le colonel Amirouche jusqu’à sa mort le 29 mars 1959 à Tameur prés de Boussâada, n’a pas été sans conséquences sur le village.

Le bilan des exactions et de la répression des militaires et de leurs services psychologiques s’est soldé par la perte de valeureux enfants du village.

  - Ali Zemiti dit Jeddi Ali Fidai  mort sous les balles d’un FM à la fleur de l’age (voir sa photo à paris en bas de page)

-  Naimi Mihoubi mort sous d’horribles tortures

-  Malek Abdoun responsable politique  mort sous de longues et horribles tortures

-  Ahmed Benadrouche dit H’mimi mort sous les balles des militaires

- Mohand Said Bouazza dit Bouhou mort sous les balles des militaires

- Boubekeur Mihoubi  âgé de 31 ans et son cousin Abdelkader Kechidi ont été assassinés par une horde de militaires assoiffés de vengeance.

-  Hamid Saadi mort en février 1957 à l’âge (par recoupement) d'une quinzaine d'années en se jetant à la rivière en crue pour fuir les combats ayant opposé 4 katibas totalisant 440  Moudjahiddine refugiés dans le village pendant une dizaines de jours et l’armée française venant d’Ighil Ali, Boudjellil, Guendouze, Tazmalt et Akbou convergeant pour encercler les combattants de l’ALN.

De durs combats se sont déroulés ce jour là.

Depuis la fin de matinée et durant toute l’après midi, le village a été pris en sandwich entre deux feux nourris.

Aux Chouhadda du village sont venus s’ajouter les deux  moudjahiddine anonymes tombés ce jour là au champ d’honneur prés du mausolée dénommé Takharouth n’Sidi Ali et enterrés ici même.

Il y eut très certainement de lourdes pertes du côté français puisque la répression des soldats à été féroce (maisons et champs brulés, hommes et femmes malmenés, bastonnés à la crosse de fusils puis emprisonnés, réserves alimentaires détruites…).

    Il s'en est suivi un exode drastique de la population plus particulièrement après l'opération ''jumelles'' (juillet à décembre 1959).

Les stigmates de ces dures années de guerre encore perceptibles aujourd’hui ont eu un effet induit sur le village dans sa globalité puisque 50 années après la libération du pays, la population du village ne s’est reconstituée qu’à hauteur 15%  et, son séculaire patrimoine immobilier, constitué de bâtis exclusivement en pierre de taille et de matériaux locaux, se trouve malheureusement en grande partie délabré et abandonné.

Le village ancestral joyau architectural témoignant du génie de nos aïeux, se désagrégeant de plus en plus, tend inexorablement à disparaitre totalement.

ADDENDUM

Hamid Saadi est le fils de Hammou et de D. Dimane (d’Ighil Ali) Rabi Yarhamhoum wi ywesa3 3aleihoum.
Son âge et les circonstances de sa mort ne sont qu’approximatives tant il y a des contradictions dans ce que me rapportent les personnes qui ont vécu pleinement ces événements.
Même la date de cet accrochage n’est pas établie avec exactitude, on parle de 1957 sans précisions du mois et quelque fois même imprécis sur l’année.
Par contre ce qui est sûr c’est qu’il était très jeune aux environs de 14 ans avec plus ou moins 1 ans suivant une déduction personnelle (il faut avoir plus de 11 ans pour aller aussi loin dans sa course).
Les circonstances de sa mort (rapportées):
Sous le feu nourri des combats et le repli des Moudjahidines s’en est suivi un affolement général.
Les hommes valides et les fidayines quittaient précipitamment le village pour fuir les représailles.
Le jeune Hamid Allah Yarahmou, désorienté par toute cette cohue, s’est accroché aux pas d’un cousin en l’occurrence Bouazza Mouloud (+20ans), pour fuir à travers les vallons.
Leur course les mena jusqu’à la rive droite de l’oued Soummam en crue.
Tentant de traverser vers Tazmalt à la hâte, et pressés par les événements pour chercher un gué, il se jeta a l’eau et là vaincu par la force des eaux, il disparut dans le tourbillon de la crue .
Son corps n’a été repêché que 2 ou 3 jours plus tard.
A propos des dates, elles pourraient être fixées avec exactitude, à partir de l’inscription de son décès à l’état civil.
Voilà à peu près ce que j’ai égrené comme informations sur cet événement qui aurait dû faire date dans les esprits et par conséquent comptabilisé aux actifs du village.
Malheureusement !!!

Omar Bouazza

omarbouazza2@yahoo.fr

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 00:23

 

 

L'ECOLE  EN DECREPITUDE

 

 

 

 

DSCN2089

 

Voila '' l'école'' qui a suscité une réaction et un commentaire d'un villageois.

Voir le commentaire en page d'accueil.

Les commentaires, témoignages et souvenirs des personnes ayant fréquenté cette école seraient les bienvenus.

 

 

      C’est vraiment dommage qu’un si bel édifice sensé dispenser l’éducation et le savoir, en soit réduit, après ses belles années de  gloire, à un site de désolation avancée côtoyant un amas d’immondices .

      A l’évidence, dans le domaine de l’éducation et de la culture, l’adage populaire de chez nous qui dit par dérision  ’licoule tarelha el 9armoud –les tuiles de l’école se sont envolées-’’ s’y prête tout à fait.

Pendant de longues années, les enfants en âge de se rendre à l’école se sont résignés malgré eux à un analphabétisme forcé.

       Ce n’est que ces toutes dernières années que deux moyens de ramassage scolaire leurs ont été attribués pour aller s’approprier leurs parts de savoir dans les écoles des villages voisins et leurs éviter la corvée pédestre de 2 fois 6 Km qu’ils se ‘’payaient’’ quotidiennement  jadis.

      Le bon sens voudrait que l’on réhabilite ce patrimoine et lui redonner sa vocation initiale.

Il en résultera une économie certaine des ressources financières et un additif au patrimoine scolaire pour la commune mais par ailleurs  un gain de temps et un allégement conséquents pour les enfants.

      Ce réaménagement temporel pourraient être mis à profit pour développer des activités ludiques et de mises à niveau si des besoins se font sentir, notamment à l’approche des examens.

      En outre, le site s’affranchira de ce signe indien qui fait que les lieux reprennent vie exclusivement et ponctuellement lors des élections.

      Il serait grand temps d’éveiller les consciences de nos administrateurs locaux sur la nécessité de redonner à ce lieux sa véritable vocation.

Nous y reviendrons ultérieurement sur l’historique et la situation de l’école dans son ensemble selon les apports en complément d’informations.

 

 

N'est ce pas qu'elle est magnifique??? - Admirez le panorama!!!

La vue panorpamique 2303

Omar Bouazza 

omarbouazza2@yahoo.fr

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 11:19

 

 

Conception du Blog


      Dans la nuit duDSCN2131 vendredi 20 au samedi 21 avril 2012 à 3 h 15 mn, il a été conçu l'embryon du blog de la grande famille des ''Ath Saidha''.

Bienvenue et longue vie au futur Bébé.

Conjuguons toutes nos attentions pour le materner et en faire de lui une icône au diapason de la modernité.


  Thajma3th Oufella:Tdjma3th-Oufella

 

 

   Combien de décisions ont été prises et combien de situations conflictuelles ont été aplanies, en ce creuset mythique, par nos aïeux???

Comme quoi, nos parents lointains agissant collégialement et intelligemment, ont devancé les concepts politiques de démocratie et d'assemblée d'élus.

Ils y édictaient, les régles de conduite et de gestion des citoyens et de la cité.

   Ce lieu représente toute l'histoire d'une petite communauté qui a filée entre les doigts de maintes générations passées.

   Saisissons cette opportunité qu'offrent les outils modernes pour ancrer à jamais pour la postérité:

     - la trajectoires et la ''filmographie reconstituée'' du passé;

     - le présent puisque nous le vivons et;

     - le futur que nous laisserons à la charge des générations montantes pour le comptabiliser.

 

 

Omar Bouazza 

 

Omar Bouazza

omarbouazza2@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 11:09

   

Flash Info N°1

 

 

Chers amis

 

 

          La FamilleCe blog expérimental est créé pour  établir les premiers contacts et constituer  un trait d'union entre toutes les personnes ayant un lien originel, familial, sentimental, amical...avec '' ATHSAIDHA''.

 

  Cette toile est ouverte à toutes personnes pouvant apporter une pierre à l'édifice et ensembles nous pourrons dans un futur proche , -- pour peu que les membres de cette grande famille s'y impliquent (intellectuellement surtout) --, affiner et alimenter ce blog en vue de passer à un outil plus professionnel et plus attrayant (un site dédié par exemple).

Votre contribution peu se traduire par des informations sur le village et ses composantes.

a)- Ces informations permettront la traçabilité de nos origines et d'asseoir une généalogie pour nos jeunes et pour les futures générations par une collecte d'informations chez nos aînés encore de ce monde par la grâce de Dieu..

 b)- Ce moyen de communication virtuel peut constituer une rubrique d'échange d'informations et de communication en temps réel pour notre communauté (Echanges de nouvelles, nécrologie, projets, critiques et autres....propositions d'interet général).

Pour cela: en page d'acceuil vous pouvez avoir un regard sur le site et:

1 - Transmettre vos suggestions en tappant sur la rubrique '' contact'' en haut et à droite de la page d'accueil.

2 - Inserrer un commentaire dans la rubrique '' ajouter un commentaire'' en bas et à gauche de la page.

3- D'autres applications telles que la consultation de photos et d'autres aupports d'informations sont inclus dans des pages virtuelles accessibles à tous.

4- Les pages Nécrologie et Condoléances ainsi que souvenirs et hommages au milieu de la page et à droite

5- L'accés direct aux articles récents etc...

6- L'alimentation continuelle du site se fera au gré de vos contributions écrites verbales etc...

Omar Bouazza

 

  PS/: - Pour toutes informations complémentaires contacter par courriel à l'adresse suivante:

omarbouazza2@yahoo.fr

Repost 0
Published by Omar Bouazza Athsaidha
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • : HISTORIQUE ET GENEALOGIE DU VILLAGE
  • Contact

Recherche

Liens