Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 18:36

 

ATH SAIDHA ET LE TOURING CLUB DE FRANCE EN 1907

ATH SAIDHA ET LE JOURNAL OUED SAHEL EN 1925

  • La création de la section forestière en 1907 à l’école N’Ath Saidha
  • Un acte de probité relaté par le journal de l’oued Sahel en 1925

 

Dahmane Dahmani sur Facebook  le 24 mars 2017, 19:56

Azul Fellawen...

Quoi de commun entre :

  • Notre école du village n’Ath Saida,
  • L’année 1907,
  • Le Touring Club de France,
  • La fête de l arbre en 1907?...

La réponse qui vient d’emblée à l’esprit serait: Surement  pas grand chose....

Bien sur que si.

Il y a une grande chose en commun que je viens de dénicher, après une recherche minutieuse.

J’ai pu mettre la main sur un document de l’époque (1907) qui donne la réponse a cette énigme...

En 1907, l’instituteur Mr CHAIB, pour célébrer la fête de l’arbre de 1907, a crée une section forestière au sein de l’école.

Quatre villageois (des écoliers surement) en l’occurrence :

  • Hassen LAGHA  
  • Nacer BOUAZA   
  • Salah NAITADROUCH  et
  • Mohamd AKLOUL

ont été désignés dans cette opération de boisement.

Il faut signaler que cette opération était sponsorisée par le TOURING-CLUB de FRANCE...

Dont le siège social est sis au 65 Avenue de la Grande Armée -Paris/France-.

Dans sa revue paraissant dans sa 17éme année du 15 au 20 janvier 1907, il est écrit :


"Nous signalons d'une façon toute particulière les louables efforts de Monsieur Chaib en vue d'amener les  résidents a faire des plantations.

Le rapport de Monsieur Chaib sur l’état désertique de la partie de la Kabylie où il habite est fort intéressant: "... les habitants des villages sont parfois obligés de faire 10 a 15 kilomètres pour aller puiser de l'eau potable au pied du Djurdjura..."
Une section forestière vient d’être créée a l'école d' Ouled-Saida, elle a eu a vaincre les plus grandes difficultés pour planter, sur le terrain aride et sec de la région, 80 jeunes arbres qui ont été l’objet de soins les plus minutieux.

Les villageois sont maintenant émerveillés de voir la petite plantation donner ses premiers signes de croissance.

Une subvention de 20 francs a été en outre accordée pour encourager les efforts de la jeune et active société"

UN ACTE DE PROBITE

https://scontent.fmad3-3.fna.fbcdn.net/v/t1.0-1/p80x80/17498976_1165663846875979_6531576462730237103_n.jpg?oh=288ab868333c5d401cbf9035d2e402b8&oe=59528BB7

Dahmane Dahmani

Ath Saidha Thadarth Anagh

25 mars 2017 ·

Azul fellawen mes chers Ath Saidien(ne)s ...

Notre village a toujours abrité un peuple reconnu par sa bonté, sa confiance , son courage et pour sa probité.

C est avec un grand plaisir que je rapporte le fait suivant qui s'est déroulé en 1925 et rapporté par le journal de jadis: L'OUED SAHEL dans sa chronique régionale .

Voici ce que dit l'article:


"TAZMALT
Acte de Probité
Dernièrement un vieux fellah du village d'Ouled-Saida, Benadrouche Bachir, en revenant du marche d'Ighil-Ali, a trouvé un sachet en papier contenant un chapeau neuf qui parait n'avoir jamais été mis.
Le sachet et le chapeau, dont une étiquette indique qu’il a coute 20 francs, porte l'adresse d'un magasin de chapellerie de Paris.
La personne qui a perdu ce chapeau est priée de le réclamer a l'adjoint de l’école d'Ouled-Saida, chez qui la coiffure a été déposée par l'honnête kabyle auquel nous adressons toutes nos félicitations"

 

Epilogue par Omar Bouazza :


En épilogue à ces deux événements ayant marqué d’une empreinte indélébile notre village voilà respectivement 110 et 92 années ;

la grandeur et la noblesse de cette génération, bâtie sur un terreau particulier consolidé par un code d’honneur .ne sont pas de vains mots et pas du tout surfaits.

Quoi dire de plus pour notre part, s’il n’est pas de notre devoir de continuer, en leur hommage, sur la trace de nos ainés et perpétuer ces gestes civilisationnels chargés d’humanité  qui ont donné, jadis, un éclat et une dimension historique à notre village et bien sûr à sa composante humaine.

Ah ! si ‘’Thirougza’’ pouvait se contenir dans une fiole.

Je m’empresserais de l’acquérir au prix fort, comme une potion magique de chez l’apothicaire du marché hebdomadaire de Tazmalt pour l’offrir à mes contemporains à chaque poignée de main.

Omar BOUAZZA

omarbouazza2@yahoo.fr

Commentaires des internautes :

Omar Bouazza

Dahmane bravo et encore bravo.

Si tu permets, je vais reprendre ton post sur le blog n'Ath Saidha pour en faire bénéficier les fidèles et les abonnés du site.

Quelle chance d'avoir déniché ce document d'il y a 110 ans.

Bouzza Nacer était le frère ainé de mon père et c'est lui qui a bâti la chambre que tu as fait tienne à chaque fois que tu es de passage chez moi au bled.

Quelle coïncidence?

Si j'ai ta permission, je vais insérer le document et ton écrit sur le blog.

Bien à toi cher Sherlock Speedahmane.

 

Dahmane Dahmani

Oui bien sur. C’était de mon intention de suggérer ca.

Oh, Attends tu va voir j’ai aussi denicheé une autre très belle histoire sur la bonté,  l’honnêteté et la probité d’un villageois n’Ath Saida...

 

Omar Bouazza

Dahmane juste une précision: Les Nait Adrouche sont d'origine N'Ath Saidha.

Quant à Nacer Bouazza c'est mon oncle paternel donc d'Ath Saidha aussi.

Janvier 1907, un Bouazza (Nacer) a planté des arbres, 110 ans après, les 15 janvier et 20 mars 2017, un autre Bouazza (Omar) a planté des arbres respectivement dans la cour de l'école et dans le cimetière du village.

Quelle heureuse coïncidence???

Comme quoi, il ne faut jamais nier son passé et insulter l'avenir.

Une autre précision: les Lagha sont de Taourirt M'hand Oumoussa et les Akloul sont de Ath 3alouane. Oui Dahmane, prends un scaphandre et explore les abimes du passé.

J'attendrai encore de recevoir cette histoire sur les caractéristiques exceptionnelles de nos ancêtres pour publier le tout sur Le blog dédié au village.

Cela réveillera peut être la fierté sommeillant de nos contemporains.

Je sens déjà des frémissements d'allégresse de certains de nos proches qui se sont plongés dans la résignation et dans l'obscurité du renoncement..

Plonge, Dahmane plonge et ramène nous des amphores pleines de souvenirs de notre (finalement) riche passé.

 

Dahmane Dahmani

Merci cher Da Omar.

J ai eu le même sentiment sur la plantation des arbres en 2017 que tu as entreprise.

Cet article date de 1907 est aussi une réponse au cousin Brahim qui a vu très mal le vieux arbre de l’école abattu parce qu’il était mourant et gênait les travaux d’installation des grilles de maraudage de la clôture de l’école.

Brahim a même osé faire référence à des articles du code pénal algérien concernant l’abattage des arbres...

Notre œuvre (la rénovation de l'école) est une tâche noble pour redonner a ce vestige monumental le statut qui lui revient.

Enfin, Oui je suis très content et heureux de savoir que l’apport des Bouaza à notre village dâte de plus de cent ans!

Au fait je pensais que peut être devrait on doit contacter le Touring-Club pour leur donner des novelles de l’école et des arbres que les jeunes de 1907 ont plantés.

Bonne continuation mon cher cousin...

 

Omar Bouazza

Dahmane, je ne pense pas que cette agence ait survécu à nos planteurs d'il y a 110 ans et surtout aux deux grandes guerres 14/18 et 39/45.

 Mais tu peux toujours essayer puisque on est en plein période des miracles.

C'est peut être ''la renaissance''...historique de notre communauté. Qui sait?

 

Dahmane Dahmani

Merci... je viens d’essayer le TCF créé en 1890 qui a  été mis en liquidation en 1983 a la suite d’un problème financier d’après ammi Google...

 

Zizou Kichou

Et voila un travail d'une personne qui a mis tous son cœur et sont énergie pour un aussi beau document d'archive; bravo Dahmane le dégourdis; mes respects bien a toi

 

Omar Bouazza

Zizou bonjour.
Zi, si nous faisions tous autant ou tout juste un petit peu... en faisant un effort et en donnant un peu de soi, on n’en serait pas là à courir après le train.

Il y a une chanson célèbre qui s’appelle :
SI TOUS LES GARS DU MONDE
DEVENAIENT DE BONS COPAINS
ET MARCHAIENT LA MAIN DANS LA MAIN

Chantée par les compagnons de la chanson qui dit dans un couplet:

J'ai mes ennuis et vous les vôtres
Mais moi je compte sur les gars
Les copains qu'on ne connaît pas
Peuvent nous consoler des autres
Tous les espoirs nous sont permis
Le bonheur c'est une habitude
Avec deux cent millions d'amis
On ne craint pas la solitude.
Bien à toi

 

Ahcene Bouazza

Bravo Dahmane pour cet émouvante histoire, bonne continuation.

 

 

ATH SAIDHA ET LA FETE DE L'ARBRE EN 1907ATH SAIDHA ET LA FETE DE L'ARBRE EN 1907
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 20:46

 

Copie de l'appel sur Facebook en date du 13 mars 2017 demeuré sans suites idoine.

RECOURS AUX PERSONNES SAGES ET RESPONSABLES.

https://scontent-fra3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-1/p32x32/10996559_1448138505476421_4476784354927970545_n.jpg?oh=8911912248960349c698c26f43ef2544&oe=595F794F

Omar Bouazza

13 mars, 08:19

Messieurs mes voisins, mes proches.
Vous qui êtes sensibles au maintien d’un cadre de vie harmonieux;

Comme dans le village il n’y a aucune structure organisée pouvant assurer une gestion collégiale des affaires, je me permets et le devoir m'astreint à m’adresser à vous individuellement en vue de trouver une solution à un problème sérieux et même très sérieux qui risque de dénaturer la quiétude et le caractère sacré d’un de nos patrimoines.
Moi-même j’ai été interpellé à maintes reprises par des constats que j’ai enfouis au fond de moi-même, mais la situation s’exacerbe de plus en plus eu égare à notre passivité.
Et comme nous sommes tous concernés par le maintien d’une cohésion sociale qui risque d’être dénaturée par des atteintes à la morale, je voudrai porter à votre connaissance, et à titre individuel, certains actes répréhensibles pour y trouver une solution, en tant que personnes sensés, collégialement et dans la discrétion totale.
Je reste à votre disposition pour de plus amples informations.
Mon plus profond respect à tout un chacun.

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 08:21

 

 

 

 

Thenaiyid ‘’la limace’’.

 

  • Ayargaz el  3ali

Ô toi homme de bien

  • A3yigh  thoura barkayi

Je suis fatiguée, j’en ai assez

  • Rabi  ykhel9iyid  3aryene,  khetch,  thevghith  ats  sersedh  ajoughlal  felli

Le Bon Dieu m’a créée toute nue et toi tu veux m’habiller d’une coquille

  • Less avernous  ou3irouss,  ou  heniyi

Mets le burnous de l’escargot

ahvess  lekhthiva astylou  dhegrith

Arrête d’écrire et remise ton stylo

  • l’3iv  ennagh  nesnith

Notre mal on le connait

  • gharanagh  nefrith

Nous le cachons entre nous

  • Khetch  machi  syagui

Toi qui n’es pas d’ici

  • Our  thes  3idh  el  hadhra  yidhi

Tu n’as rien à me dire

  • Thamselt  edjits  y  yergazen

La question doit revenir aux hommes

  • Nouthni  a  ridhebren  fayen  ydd  yourwen

C’est à eux de trouver la solution

  • Ama9voul  ar’ra  thi9ahren  tsadarth   iss

Les écarts d’un illuminé doivent être contre carres par les siens

  •  
  • Ila9  adhi   hafedh   fel  souar iss, dhel  djam3 iss

Il faut qu’il preserve ses  murs et sa mosquee

  • Nes’soussoum   fel  sfaha,  nets’  sourouf  fel   khodhma  nEl kOfAr

On se tait sur  l’indécence et on enjambe les us et coutumes des koufar

  • assagui  awal  N’rabi  nog’  dhith

On  a porté atteinte à la parole de dieu

  • El  meshef (5) ness  meskhith

Le CORAN (5 exemplaires) ON L’A SOUILLÉ

 

  • Hadhrouwth  a  yatsaderth,  thiyithi  n’Rabi  Thew3ar

Prenez garde, tant la punition divine est dure

  • Ma  thedjem  akka  thamsalt,  gher  tha3ar9ouvth  dhyemdounen

Si vous laissez les choses en l’état entre  les champs  et les retenues d’eau

  • Thoura  iyimmi  id’ tsalinE  fel’  lessoaur 

Maintenant que sans crainte, on enjambe les murs des maisons (la nuit)

  • nekK akoun dini3 bonsoir

Moi je vous dis bonsoir

  • Has  vouw’  thiyi  machi   g’seghwen

Considerez moi comme ne faisant plus partie de votre communauté

 

  • Ma  dhayen  ye3nane  ammane

En ce qui concerne l'adduction d’eau

  • yits  waghazen  si  ghelzyem

Que nous avions détériorée avec les pioches

  • Nenayes  bka  wa3lakhir  fi lamenn

On lui tournant le dos en signe d’au revoir

  • Nedjathen  tsazalenn  yem  wassif  en’  Gueldamenn.

On les a laissé en l’état s’écouler comme la rivière de Gueldamenn.

  • ya  hafidh  ya  settar

Ô mon Dieu Le Miséricordieux

  • ma  nederghel  yek  akka  ah !  ya l’3arr, ya l’3arr

Si on est aveugle a ce point, ah ! ya…

  • DHAYEN  OURI  9ABEL  LA39EL

Inconcevable et inacceptable

 

Kadour el 3alami a dit:

 

ach  dhel  3ar  a3likoum  ya  rdjel  meknes

mchat  dari  fi  h’makoum  ya ahl  el  krayem

sebti  we  ghlaki  lamen  fi  bnadem

Honte sur vous, habitants de Meknès !

Vous croyant hommes vertueux, ma demeure était sous votre protection .
Ma confiance dans les hommes, voilà la cause de ma ruine.

Copie de l'appel sur Facebook en date du 13 mars 2017 demeuré sans suites idoine.

RECOURS AUX PERSONNES SAGES ET RESPONSABLES.

https://scontent-fra3-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-1/p32x32/10996559_1448138505476421_4476784354927970545_n.jpg?oh=8911912248960349c698c26f43ef2544&oe=595F794F

Omar Bouazza

13 mars, 08:19

Messieurs mes voisins, mes proches.
Vous qui êtes sensibles au maintien d’un cadre de vie harmonieux;

Comme dans le village il n’y a aucune structure organisée pouvant assurer une gestion collégiale des affaires, je me permets et le devoir m'astreint à m’adresser à vous individuellement en vue de trouver une solution à un problème sérieux et même très sérieux qui risque de dénaturer la quiétude et le caractère sacré d’un de nos patrimoines.
Moi-même j’ai été interpellé à maintes reprises par des constats que j’ai enfouis au fond de moi-même, mais la situation s’exacerbe de plus en plus eu égare à notre passivité.
Et comme nous sommes tous concernés par le maintien d’une cohésion sociale qui risque d’être dénaturée par des atteintes à la morale, je voudrai porter à votre connaissance, et à titre individuel, certains actes répréhensibles pour y trouver une solution, en tant que personnes sensés, collégialement et dans la discrétion totale.
Je reste à votre disposition pour de plus amples informations.
Mon plus profond respect à tout un chacun.

LA  LIMACE M’A DIT
LA  LIMACE M’A DIT
LA  LIMACE M’A DIT
LA  LIMACE M’A DIT
LA  LIMACE M’A DIT
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 10:11
3amna Tahar OUVENGAV cet Homme affable

 

3ammi Tahar BOUNGAB, l’ami de tous

 

3ammi Tahar BOUNGAB né le 15 octobre 1917, décédé le 15 avril 1991 est enterré dans le carré des Bouazza dans le cimetière du village n’Ath Saidha.

Il a comme voisins eternels :

  • Lakhdar BOUAZZA né en 1911 décédé le 20 juin 1980,
  • Hadj Akli BOUAZZA né en 1899 décédé le 21 février 1984
  • Son épouse Dahbia Bessah (tha3mourits) née 26 mai 1931 décédée le 24 mai 2015
  • Rabi3 BOUAZZA né le 12 avril 1916 décédé le 10 février 2013
  • Samir BOUAZZA né le 3 février 1987 décédé le 6 septembre 2008
  • Ferhat BOUAZZA né le 18 javier 1949 décédé le 22 septembre 2016

Ina li Allah wa ina Yleyhi radji3oun

Rabi Yerhamhoum koulhoum wi Essekenhoum fel Djena.

Amin, Amin Ya Rabi el 3alamine.

 

Ce vendredi 17 mars 2017, il a été rappelé à notre mémoire oublieuse et à nos souvenirs volatiles par, Monsieur Mustapha BENNACER qui a pris en charge l’aménagement de la tombe (et de la grande collation dédiée) de cet homme bon qu’était 3amna Tahar OUVOUNGAV, celui qui a vécu et mourut seul mais combien il était aimé par tous.

Non, sache de là où tu es, lieu de paix et de discernement, que tu n'as pas toujours été orphelin puisque;

Nous avions été tous tes enfants, nous les jeunes qui t’avions côtoyé et appris de toi les choses de la vie,

Nous avions été tes compagnons, nous les personnes de ton âge ,et avions appris de toi la sagesse et les tirades et les ''Awal'' philosophiques.

Repose en paix, 3amna Tahar le propre.

 

Reconnaissance à Mustapha BENNACER :

 

Mustapha Bennacer bonsoir.

Je viens à l'instant d'apprendre ce que tu as fais pour la tombe de 3ammi Tahar Ouvoungav-Boungab (el wahdani 3ayech, wa el wahdani mète) et la grande collation que tu lui a dédiée hier vendredi à Thajma3th où étaient rassemblés tous les priants à leur sortie de la mosquée.
Ce geste t’honore à un point inimaginable.
Je suis admiratif devant ton initiative pleine de tant de générosité.
C'est comme ça que j'aime les HOMMES et c'est comme ça qu'ils devraient être.

Sada9a Ma9boula Incha Allah. Raby yhafdhek enta wa familtek wa amlakek.
Encore, et encore merci.
Que ton geste soit le starter pour d'autres initiatives du genre.
Tu fais partie des grands hommes à qui je témoigne beaucoup d’égards.
Tu as ma profonde considération.

 

Omar BOUAZZA

 

Tombe de 3ammi Lakhdar BOUAZZA Rabi Yerahmou

Tombe de 3ammi l'Hadj Akli  BOUAZZA et son épouse Dahbia Rabi Yerahmhoum

Tombe de Ferhat BOUAZZA Rabi Yerahmou

Tombe de 3ammi Rabi3 BOUAZZA et son petit fils Samir Rabi Yerahmhoum

3amna Tahar OUVENGAV cet Homme affable
3amna Tahar OUVENGAV cet Homme affable
3amna Tahar OUVENGAV cet Homme affable
3amna Tahar OUVENGAV cet Homme affable
3amna Tahar OUVENGAV cet Homme affable
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 11:31
A NOS GRANDS GAILLARDS

 

A mes grands petits Amis:

 

Vous qui vouliez assouvir votre curiosité à propos de ma scolarité lorsque j’avais à peu prés votre âge ;

 

Comment ça se déroulait par le passé ?

Quant à :

  • les diplômes, daté du 8 novembre 1962, sanctionnant les examens de fin de cycles scolaires le 25 octobre 1962.
  • leur design dans le passé, etc

Comme promis, et très brièvement, je vous faits part d’un spécimen de diplôme sanctionnant les examens de l’époque.

Ce diplôme sanctionne la dernière session des examens passés sous l’autorité française.

L’année scolaire 1961/1962 ayant été chaotique en raison des velléités terroristes et suicidaires des ultras de l’Algérie française O.A.S, des accords ont été pris entre la France et l’Algérie, qui venait d’acquérir son indépendance proclamée trois mois auparavant le 05 juillet de la même année, pour qu’elle remplisse une obligation de clore l’année scolaire par tous les examens de fin d’année, sous son égide.

Tous les examens se sont déroulés entre octobre et novembre pour permettre le passage de niveau et lancer l’ouverture scolaire pour l’année 1962/1963.

Je suis resté encore une année dans mon école du Mont Riant au Telemly, puis j’ai regagné le C.E.G Dordor au centre ville d’Alger.

Voilà brièvement l’histoire du CEP, nous y reviendrons et ouvrirons un débat, un jour sur la suite, si vous y êtes intéressés.

En attendant, reposez vous bien, décompressez autant que vous pouvez pour affronter le trimestre prochain et finir en beauté.

A la reprise, soyez studieux et attentifs à vos leçons et vos devoirs.

Les vacances scolaires sont longues, et pointeront leur nez aussi vite que vous le pensez,  pour vous éclater

Je compte sur vous pour nous rendre heureux.

Je sais que vous avez des ressources pour ça.

Je vous saluts tous nos Grands Gaillard(e)s.

- Kenza, Elissa et Lilya

- Karim, Yanis, Massy, Tarek, Amine, Hamza et Zakaria.

 

Omar BOUAZZA

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:34
HOMMAGES A KHALTI  GUEMRA ALLAH YERHEMHA.

 

KHALTI  GUEMRA, CETTE ‘’LUNE’’ QUI A TOUJOURS BRILLE POUR ECLAIRER L’OBSCURITE.

 

Khalti Guemra, cette grande Dame au cœur d’or et au caractère bien trempé.

 

Combien j’aurais aimé maitriser l’art de l’écriture pour narrer l’histoire extraordinaire d’une Femme d’exception.

Combien j’aurais désiré posséder la subtilité d’un cinéaste pour écrire le scénario de toute une vie faite de courage, de privation et d’abnégation d’une Grande Dame qui forçait le respect de tous.

Oui, elle incarnait pour moi, ma défunte mère - sa tante-, tellement elles se ressemblaient aussi bien physiquement par les liens de sang N’Ath Kichou, tellement elles étaient belles. Elles se ressemblaient plus encore et surtout dans leur ténacité face aux rigueurs de la vie, mais aussi dans la façon de se dévouer corps et âme pour leur famille en général et leurs enfants en particulier.

 

 

 

Cette mère qui vient d’être rappelée à Dieu le 26 février 2017 a réalisé, malgré toutes les sujétions des us et coutumes, malgré aussi les difficultés misogynes de tous ordres. Cette femme battante  a combattu toute son existence pour protéger sa famille et réaliser ce que ne peuvent assumer beaucoup d’hommes et fiers à bras.

Seule, contre vents et marées, elle sut, à l’image de  nos matriarches jadis,  consolider la cohésion familiale et mener toute son arche à bon port.

A ses enfants, fratrie de trois filles et quatre garçons, qu’elle éleva dans un appartement à Alger, elle donna une éducation basée sur les principes ancestraux de ‘’nif wel horma’’ et de bonne conduite.

Elle a été indéniablement une épouse attentive et très proche de son époux -Mohand Larbi Bennacer- qu’elle a soutenu face à l’adversité  et dans des moments très difficiles qui nous mettent tous un moment ou un autre  face à l’aridité et aux entourloupes de la vie d’ici bas

 

Comme interpellée par un rêve prémonitoire, elle célébra en grandes pompes la cérémonie de mariage (qu’elle dirigea de main de maitre le 02 décembre dernier) de son seul enfant -Slimane- demeuré jusqu’alors célibataire.

Une cérémonie quelle a tenue à réussir à tout prix et qu’elle a admirablement orchestrée  -une réussite totale, une fête grandiose-

Les relents de cette féérie ne s’étant pas estompés qu’elle tira sa révérence le 25 février 2017, sereine et apaisée d’avoir supporté une lourde charge et accompli totalement sa mission d’épouse, de mère et de grand mère.

Elle est partie avec une 3omra toute récente que lui a dédiée son fils Ziane.

Tous ses proches s’accordent à voir un signe prémonitoire dans ses empressements à rattraper le temps.

 N’étaient ce pas là des signes de ‘’el wada3).

Elle s’est éteinte comme elle a vécu, prestement, en silence et dans la dignité des personnes endurantes.

 

Il faut signaler à son actif, ce challenge réussi quasi individuellement qui consistait à doter sa petite famille d’un espace vital idoine à son envergure.

Le petit appartement qui a vu naitre (pour certains d’entre eux) et grandir cette fratrie, ne pouvant assurer une cohabitation décente pour des enfants ayant tous atteint l’âge de l’adolescence, elle s’investit dans la construction d’une maison complètement décentrée de son village natal.

C’est après maintes souffrances et privations qu’elle put enfin emménager et regrouper la quasi-totalité de sa petite famille -les garçons notamment-.

Il faut juste signaler le mérite de cette Dame Courage,  pour ériger une habitation en rase compagne (dépourvue de voisinage immédiat)  loin de toute agglomération.

 

Je suis en admiration face à tant de courage et d’abnégation de cette  FEMME exceptionnelle pour laquelle je cultive tout le respect qui lui est du et qu’elle a su imposer à tous par sa témérité et son sens des responsabilités qu’elle a su assumer tout au long de son parcours le plus souvent des plus chaotique .

Khalti Guemra, j’aurai aussi aimé trouver, ne serait ce qu’une petite occasion pour te faire part de vive voix et de ton vivant, combien tu incarnais pour moi ces grandes pyramides et ces majestueux monument s auxquels tu n’avais rien à envier tellement tu étais un exemple à suivre.

Ton époux, tes enfants et nous tous par ta disparition nous sommes rendus orphelin, nous te regrettons.

Tu es loin des yeux, puisque tu t’es rapprochée du Paradis, mais tu demeureras à jamais gravée dans nos mémoires et vivante dans nos cœurs.

REPOSE EN PAIX  KHALTI,  ET QUE DIEU TE RECOIVE EN SON VASTE PARADIS.

 

ADDENDUM de SAMIA, sa fille très éplorée par sa disparition et qui a porté une contribution à ce modeste hommage très en deçà de ce qui revient à la dimension de la défunt notre sœur et mère à tous.

  • Slimane s’est marié le 2 décembre 2016 ma défunte mère s’est éteinte 2

mois ½ plus tard  le 26 février 2016.

Le mariage de Slimane accaparait toute son attention au point de s’imposer comme son leitmotiv et un objectif à atteindre à très court terme.

Elle a tout fait pour réussir cette fête, ne voulant pas laisser Slimane seul dans sa vie.

Elle disait qu’ il lui fallait à tout prix anticiper les choses et lui associer une campagne pour veiller sur lui - kanet touada3 fi dénya-.

Ses soucis antérieurs s’étaient estompés par le temps et une fois l’age de la majorité atteint par Massi 20 ans et Amine22 ans.

Ses deux petits fils qu’elle a élevés les deux fils qu’elle a élevés seule avec l’amour d’une mère doublé par celui d’une grand-mère.

 

Mes sœurs et mes frères se joignent à moi pour prier, en communion, Dieu pour qu’il t’agrée en son paradis.

Si, par un hasard métaphysique, tu nous vois et nous entends, nous te faisons savoir que nous sommes résolus à maintenir la ligne de conduite que tu nous a toujours tracée, et nous nous y attèlerons à maintenir la cohésion familiale et veiller mutuellement l’un sur l’autre, plus particulièrement encore sur notre père et nos deux neveux.

 

REPOSE EN PAIX MAMAN.

 

PS/ Photo de mon fils en casquette avec Massi mon neveu, prunelle des yeux de ma défunte mère.

Elle l’a recueilli à l’âge de  5 mois, aujourd’hui il a 20 ans et il passe son bac avec son frère amine Rabi Ywafakhoum.

 

Omar Bouazza

omarbouazza2@yahoo.fr

HOMMAGES A KHALTI  GUEMRA ALLAH YERHEMHA.
HOMMAGES A KHALTI  GUEMRA ALLAH YERHEMHA.
HOMMAGES A KHALTI  GUEMRA ALLAH YERHEMHA.
HOMMAGES A KHALTI  GUEMRA ALLAH YERHEMHA.
HOMMAGES A KHALTI  GUEMRA ALLAH YERHEMHA.
HOMMAGES A KHALTI  GUEMRA ALLAH YERHEMHA.
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 14:03
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE

 

 

L’ESPOIR,

 

Les écoliers du village m’ont fait l’honneur de leur visite pour me faire part de leurs notes scolaires.

Tellement j’ai été comblé, que je ne trouve pas de mots pour évaluer ces marques de sympathie filiale qu’ils ont témoignées pour ma personne et celle de Chérif Bouazza (il a laissé tomber sa truelle pour s’habiller du tablier de ‘’Chouway’’ de circonstance).

Beaucoup de questions autour de la table d’hôte ont fusées de leurs bouches innocentes.

Comme un soleil de printemps, ils ont égayé ma maison l’espace d’un après midi.

L’espoir est permis, par leur cohésion dans la discipline autour de leur ainé – Karim – et dans leur jeux pendant le reste de l’après midi, ils l’ont exprimé et ils l’ont dit.

Pour peu qu’ils soient encadrés à l’avenir, nous pouvons sereinement tous partir.

Merci et encore merci les enfants, vous qui êtes déjà grands .

 

Omar Bouazza

 

 

 

UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
UNE APRES MIDI AVEC LES ENFANTS DU VILLAGE
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 09:49

 

 

 

Cruel est le dur combat des frères -Aristote

 

Si l'on parlait et critiquait moins et que l’on suivait les exemples des deux Sherifs, à savoir :

  • Mohand Chérif SAADI (au pied de son mur) dédié au cimetière en hommage à ses ancêtres

et

  • Cherif Bouazza à la dur sur le toit du monde, qui s’est voué à la restauration de l’école depuis 7 mois délaissant ses trois  enfants en très bas âge à Alger où il est NAIT  et où il RESIDE.

Voila des exemples de don de soit par amour de ses origines et par devoir envers sa communauté.

Feu Abdennour BENADRIOUD, que j’aimais beaucoup et à qui je rend hommage pour sa sagesse et les services rendus au village, Allah Yrahmou, a laissé un ‘’awal’’ qui résume bien un état d’esprit :

‘’BARKAWTH ASBETBET’’.

Agissons plus et déblatérons moins, parce que :

‘’UN SACHET VIDE NE TIENT PAS DEBOUT’’ ya nass.

 

Omar BOUAZZA

 

 

LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
LES BONNES ACTIONS
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 13:05
Sur le livre d'or N'Ath Saidha

Sur le livre d'or N'Ath Saidha

 

 

Ath Saidha le 12 mars 2017

 

Belaid Abdelhamid -Omar.

 

         Je suis en admiration devant tant de courage, d’abnégation à mener ces actions de bénévolat pleines d’incertitudes.

         Les natifs d’Ath Saidha devraient être fiers qu’un des leurs réhabilite et préserve les lieux, où beaucoup de souvenirs sont gravés.

         Cette école, par exemple, a été le témoin de l’histoire de ce village, qui veut sortir de l’oubli, par la volonté obstinée d’un homme persévérant et imperméable à toutes les critiques.

L’altruisme, la générosité, le don de soi sont des qualités rares, malheureusement incomprises.

 

         Puisse chaque village, trouver en un de ses enfants, une personne remarquable capable d’écrire le passé lointain de ces hameaux qui ont enfanté de véritables héros, des hommes au vrai sens du terme.

 

Bravo, Monsieur BOUAZZA, vous avez marqué votre passage sur cette terre.

Abdelhamid-Omar BELAID

Boudjellil.

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 09:26
YEW3ER MA YEHKKEM WAHKIM OUR NEHKIM DEG-IMANISS’’ AIT MENGUELET

 

A CES MOUCHES DU COCHE:

Jusqu’à ce jour, face à des assauts velléitaires et des pics acérées et sournoises,  je me suis astreint à une retenue.

J’ai adopté une position de réserve eu égard au respect que je dois à tous.

Par l’éducation et la formation qui m’ont été prodiguées ;

Par les leçons, les expériences et les enseignements que j’ai tirés de la vie après un aussi long parcours ;

Je ne peux m’en départir de la rigueur d’un code de conduite tacite vis-à-vis de mes ainés d’abord et de mes ami(e)s et mes proches ensuite.

Un dicton de chez nous ne dit il pas : ‘’avant de frapper une créature animale, renseigne toi bien sur son maitre’’.

A contrario de certains rapides de la gâchette, mon éducation et le respect d’autrui érigés en principes sacrés, m’interdisent de descendre dans les caniveaux pour puiser des réparties.

Sinon, il est à ma portée de me substituer au Vésuve  ou à l’Etna (ces volcans du sud d’Italie-Sicile) et à l’image de ces flots de laves rougeoyantes, pour vomir des coulées d’insanités indigestes.

Non pas de ça chez moi.

J’ai été à la bonne école et j’ai toujours tenu à demeurer stoïque parce que je garde  vivants en mémoire, les souvenirs de la grandeur et de  la noblesse de mes aïeux.

En termes de savoir et de savoir faire:

Oui, malgré le poids de l’âge je suis à la page.

Moi aussi je suis assez habile dans le maniement des outils modernes et des nouvelles TIC.

Toutefois, ma préférence et mon hobby vont  vers:

  • La truelle

  • Le stylet

  • La table à dessin

  • Le compas

  • Le rapporteur et

  • La règle graduée

 

Je n’ai pas à apporter de preuves là dessus, tant celles-ci sont factuelles, palpables et gravées d’une façon indélébile dans la mémoire collective.

J’admets que l’on m’interpelle sur telles ou telles choses tant que cela reste dans le cadre d’échanges fructueux et sans se départir des règles d’usage chez les ‘’gentlemen’’.

Mais j’admets difficilement que l’on s’érige en maitre d’école occasionnel pour régenter toute une communauté. Ca non !!!

On va tout de même faire un effort pour satisfaire ces maitres d’un genre nouveau et ouvrir le cahier des leçons.

Récitons quelques unes :

  • Si dans l’intimité de mon foyer, j’invite à ma table des proches et/ou des amis, quand bien même certains yeux louchent, il ne s’agit nullement de rassemblement partisan des ‘’A3rouches’’ ou du ‘’FLN’’ (sic!)... comme c'est perçu par les conjectures et les supputations des epsilons.

  • Si une âme charitable fait une offrande ou une donation et que son nom soit cité par ci par là, c’est tout simplement par égard à la personne et par reconnaissance à la noblesse et à la beauté du geste.

  • Nos mères ont-elles été aussi stériles que ça pour ne pas avoir enfanté des fils valeureux pour qu’un preux chevalier vienne d’ailleurs défendre nos veuves et nos orphelins ?

  • Ou alors, semblait il à ce personnage burlesque venu tout droit de Castille (comme ce Don Qui...) ou alors de Tarascon (comme ce Tartarin), qu’il s’incrustait en terrain conquis pour redorer son blason terni dans sa propre contrée ?

Ces questions restent ouvertes !

Je me permets de saisir cette opportunité pour faire une légère digression afin d’épiloguer un chapitre récurrent et qui sert de fonds de commerce à certains.

L’étiquette que l’on colle implicitement dans le dos lorsqu’il y a divergence de point de vue  est révolue.

Tous mes proches et mes amis savent que j’ai visité les lieux Saints de l’Islam 4 (quatre) fois, mon épouse 3(trois) fois et ma fille et mon petit fils2 (deux) fois chacun et je prie Dieu pour que mes trois autres enfants et mes quatre autres petits enfants suivent la même trajectoire -Amin-.

Les préceptes de la religion je les ai appris :

  • Dans les livres  (dont la lecture peut endommager l’ignorance),

  • Dans les dourouss au niveau des mosquées du pays,

  • Dans les halakates dans les enceintes mêmes d’El Haram el Mekki et El Haram Ennabaoui.

  • Dans la bibliothèque du royaume saoudien.

 

Qui dit mieux ?

Je peux pouvoir dire, sans ostentation,  avoir engrangé suffisamment de connaissances en la matière pour transmettre à qui ressent un besoin complémentaire, pour peu qu’il fasse l’effort de vaincre la pesanteur du sommeil paradoxal et se présenter à la prière de l’aube plus précisément ou à tous autres devoirs religieux du quotidien.

Actuellement les débats sur le sujet religieux dans l’enceinte de la mosquée au préalable des offices, se limitent à deux priants constituant ‘’Es sef’’ derrière l’Imâm à l’exception des prières d’el Maghreb et de celle du vendredi où il est enregistré un optimum de cinq personnes pour l’une et d’une vingtaine pour l’autre.

Ceci est vérifiable et corvéable à tous moments.

 Pour ceux-là qui n’ont pu s’affirmer comme prophète chez eux et qui s’aventurent à prêcher chez les autres ;

Je dirai :

La grive se conjugue chez nous à la troisième personne du pluriel :

‘’MERGOU’’

et à la première personne du pluriel :

‘’MREGNA’’.

C’est juste pour remettre un peu d’ordre dans les esprits et clore j’espère ce débat qui s’apparente à un combat de nègres dans un tunnel.

C'est proprement ne valoir rien que de n'être utile à personne- Descartes-

A bon entendeur…

Omar Bouazza

Omarbouazza2@yahoo.fr

YEW3ER MA YEHKKEM WAHKIM OUR NEHKIM DEG-IMANISS’’ AIT MENGUELET
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • : HISTORIQUE ET GENEALOGIE DU VILLAGE
  • Contact

Recherche

Liens