Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 18:26

ASCENDANTS et DESCENDANTS D'ATH SAIDHA

VOILA LA BANNIÈRE SOUS LAQUELLE SE DÉROULERA NOTRE EVENEMENT DU 14 OCTOBRE 2016 DANS NOTRE VILLAGE.


ELLE A ÉTÉ REFLECHIE ET CONÇUE A SAN DIEGO- USA - PAR NOTRE FRÈRE ET DÉVOUÉ POUR LA CAUSE:
Dahmane Da
hmani.


SAHA KHOUA DAHMANE.
MERCI ET ENCORE MERCI.
LE DÉVOUEMENT DONT TU FAIS PREUVE SERA GRAVÉ SUR LES TABLETTES DE L
A POSTÉRITÉ.

Omar BOUAZZA
omarbouazza2@yahoo.fr
BANNIERE THIWIZI NATH SAIDHA
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 11:46
Ferhat en juilleet 1972
Ferhat en juilleet 1972

Ferhat mon frère, Ferhat mon ami, Ferhat mon compagnons de toute une vie.

Toi qui t’en es allé rencontrer ton créateur en cette après midi du jeudi du 22 septembre 2016.

Toi qui toute la matinée de ce jeudi fatidique, renaissais à la vie.

Toi qui plaisantais avec tes médecins qui allaient établir ton billet de sortie.

Toi qui ce jour là à 13h30 entamais ta réalimentation.

Toi qui la veille me questionnais sur le jour ou tu te remettras sur pieds.

Nous qui étions à ton chevet, reprenions espoir.

Subitement à 17h40, tout à basculé et la terre entière vacillait dans un tourbillon sans fond.

Toi le frère que je n’ai pas eu et que tu as su remplacer.

J’étais à ton chevet quand la faucheuse est venue subitement nous affliger.

De toutes mes forces à cette idée je n’ai pu adhérer.

Ton épouse, tes enfants et quelques un de tes amis qui t’entourions nous ne pouvions nous y opposer à ce percepteur que Dieu a missionné.

Quelques minutes auparavant, toujours avec ton légendaire calme tu nous rassurais.

Je sais qu’eu égard à ta simplicité, ton innocence et ton dévouement pour autrui, Allah saura te récompenser.

Incha Allah, les huit portes du Paradis, pour toi seront maintenues ouvertes jusqu’au jour du jugement dernier.

Bien qu’en ce vendredi, tu sois mis en terre dans le village d’Ath Saidha où tu es né, sois en sûr que dans nos cœurs tu seras vivant à jamais et tu ne seras jamais oublié.

A Dieu mon frère avec qui tant d’épreuves j’ai vécues..

Inna li Allah waina Ileyhi radji3oune.

Omar BOUAZZA

Ferhat avec Ghiles, Massy et Kahina en 1987, Ferhat et Sabrina Mokrani en 1974Ferhat avec Ghiles, Massy et Kahina en 1987, Ferhat et Sabrina Mokrani en 1974

Ferhat avec Ghiles, Massy et Kahina en 1987, Ferhat et Sabrina Mokrani en 1974

Cimetière d'Ath Saidha le vendredi 23 septembre 2016Cimetière d'Ath Saidha le vendredi 23 septembre 2016

Cimetière d'Ath Saidha le vendredi 23 septembre 2016

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 09:39
REMERCIMENTS :REMERCIMENTS :

Moi l’école, admise au service de réanimation d’Ath Saidha,

remercie les ‘’thérapeutes’’ dont les noms suivent, qui m’ont porté les premiers secours et ont contribué pour l’acquisition de la médication pour une thérapie de choc.

  • Mustapha BENADROUCHE
  • Mohamed SAADI
  • Ahmed Rachid SAADI
  • Dahmane DAHMANI
  • Mouloud DAHMANI
  • Abdelmalek BOUAZZA
  • Zahia BOUAZZA
  • Ghiles Yassine BOUAZZA
  • Louiza BOUAZZA
  • Nadjette BOUAZZA
  • Chérif BOUAZZA

Dieu saura les récompenser pour leur sollicitude.

Merci, encore merci.

Pour l’école ;

Omar BOUAZZA

omarbouazza2@yahoo.fr

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 08:07
THIWIZI en GESTATION

Je n’ai pas la prétention d’être ou d’avoir l’intelligence et l’esprit du Grand Larbi Benmhidi qui avait dit un jour :

« Mettez la Révolution dans la rue et vous la verrez reprise et portée par douze millions d'hommes.»

Il ne s'agit pas pour nous d'engager une révolution mais tout simplement d'une implication en vue d'une prise en charge citoyenne de la cité et de sa gestion.

Très Modestement j’ai lancé l’idée de la prise en charge de NOTRE école.

J’espère que le rêve empruntera le chemin et l’esprit de nos révolutionnaires et aboutira malgré les commérages des médisants qui nous traitent d’affidés à la ‘’Doula’’.

THIWIZI en GESTATION

De la bouche du philosophe de Diogène, notre école nous parle.

Un jour, il demandait l'aumône à une statue.

Comme on l'interrogeait sur la raison qui le poussait à agir ainsi :

"Je m'exerce, dit-il, à essuyer des échecs".

Demandant l'aumône à quelqu'un - car au début, il mendiait à cause de son indigence - il dit

"Si tu as déjà donné à quelqu'un d'autre, donne-moi également.

Si tu n'as donné à personne, commence par moi".

Faisons tous ensembles que le village d’Ath Saidha et son école sortent de l’indigence et de la mendicité.

OUI, SI MA BAGUE ÉTAIT CELLE DE SALOMON, JE REDONNERAIS A CETTE ECOLE SON LUSTRE D'ANTAN.

Omar BOUAZZA

omarbouazza2@yahoo.fr

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 15:29
Thadarth Dhwey Thourou (le village et sa progéniture)

RAPPEL N°01 le 27/09/2016

Ascendants et descendants d’Ath Saidha.

Une réunion est prévue au village Nath Saidha le vendredi 14 octobre 2016 pour débattre des points suivants :

  • Prise en charge de la restauration de l’école du village
  • Création d’une association de préservation du patrimoine et des intérêts collectifs
  • Contribution

L’opération de rénovation de l’école portera le titre de :’’ TIWIZI’’ en mémoire de nos parents.

Quant à l’association, elle sera dénommée ‘’FELDJARRA N’LEJDHOUDH’’ (sur les traces de nos ancêtres).

Pour les volontaires désirant œuvrer dans l’association, et pour formaliser le dossier auprès de l’administration, ils sont priés de déposer le jour même de la réunion :

  • Un extrait de naissance
  • Une photocopie d’une pièce d’identité

Pour constituer une assemblée générale constitutive, au préalablement à la réunion du 14/10/2016, les volontaires sont invités d’ors et déjà à se manifester par toute voie à leur convenance :

- Téléphone

- Mail

- Facebook

- Blog Athsaidha

- verbalement

La présence massive est souhaitée.

Pour tout le village d'Ath Saidha

Omar BOUAZZA

omarbouazza2@yahoo.fr

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 19:50

Hocine Benadrouche recevant Josip Broz Tito et Ahmed Benbella

Hommage à Hocine (Oubaha) Benadrouche

Il fut un temps où vécurent des Hommes.

Hocine Benadrouche vit le jour le 13/06/1933 dans le village d’Ath Saidha qu’il quitta dés sa prime adolescence.

Eu égare aux rigueurs et à la vie d’airain de cette époque, émigrer vers d’autres horizons pour chercher pitances était de mise.

Il vécu à Alger où il fit de petits boulots puis, forgea sa carrière (40 ans) à la mairie d’Alger jusqu’à sa mise à la retraite.

Avec le professeur Bachir Mentouri maire du grand Alger
Avec le professeur Bachir Mentouri maire du grand Alger

Il assura la gestion de l’intendance et fut l’hôte d’illustres personnalités à l’image, entre autres, de :

Josip Broz TITO, président de la république Yougoslave;

Ahmed BENBELLA, président de la république Algérienne

Bachir MENTOURI, professeur en médecine, maire du grand Alger

etc

Il a été rappelé à Dieu le 02/04/2013 à Alger et fut enterré dans le cimetière de son village natal d’Ath Saidha.

Nous lui rendons ici un hommage et rappelons son souvenir pour que chacun de ceux qui l’ont connu aient une pensée pour lui.

Le rappel de nos ainés, aujourd’hui disparus, nous apprends beaucoup sur nous-mêmes.

Nous nous découvrons à mesure que nous explorons nos mémoires et ravivons les souvenirs de notre passé.

Mon voisin du Cadix ou se croisaient souvent nos trajectoires, moi sur le chemin de l’école et toi mon aîné vers tes obligations professionnelles à l’hôtel de ville.

On a par ailleurs cohabité au village d’Ath Saidha où les circonstances particulières nous réunissaient quelques fois;

Repose en paix, Rahimak Allah.

Omar Bouazza

Omarbouazza2@yahoo.fr

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 10:28
Les hauts des ‘’Hurlements’’  - Manil Skander Djenane -

APPEL PATHÉTIQUE:

Je me permets aujourd’hui de rappeler aux bons souvenirs les articles parus en ce même lieu notamment ceux dont les liens ci-dessous.

19 janvier 2015

http://athsaidha.over-blog.com/article-sos-sauvons-l-ecole-125400873.html

25 juin 2012

http://athsaidha.over-blog.com/article-l-ecole-en-ruine-106949356.html

L’article ayant pour titre ‘’l’école en ruine’’ avait planté le décor.

Il s’en est suivi de celui d’un ‘’SOS sauvons l’école’’.

Quelques petites velléités ponctuelles s’y sont manifestées mais elles restent toutefois insuffisantes.

C’est pourquoi il est publié aujourd’hui un reportage photographique (+vidéo) sur l’état des lieux au 07 septembre 2016, pour :

D’une part ;

  • Réveiller les consciences de leur léthargie ataviques.
  • Maintenir en veille le sujet pour un débat de fond permanent en vue d’en dégager des solutions de fond (j’étais tenté d’écrire de fonds).
  • Tempérer quelque peu ce laxisme et cette démobilisation pour tout ce qui relève de la chose communautaire (historique, patrimoniale, culturelle, cultuelle etc.).

D’autre part ;

  • Inscrire une traçabilité pour la postérité mais aussi doter les générations futures d’un rétroviseur sur leur histoire.

Si nous persistons dans notre passivité et n’entreprenons rien, non seulement l’histoire mais aussi nos enfants délibérerons sur nos comportements et la fuite de nos responsabilités.

C’est le lieu ici de rappeler l’appelle au peuple Algerien de 1954 :

‘’PEUPLE ALGÉRIEN,
MILITANTS DE LA CAUSE NATIONALE,
A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d'une façon générale, les seconds tout particulièrement), notre souci en diffusant la présente proclamation est de vous éclairer sur les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de nos vues dont le but demeure l'indépendance nationale dans le cadre nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que pourraient entretenir l'impérialisme et ses agents administratifs et autres politicailleurs véreux.’’

/…

En ce qui nous concerne nous, en particulier, ce n’est pas d’une guerre révolutionnaire dont il s’agit mais tout simplement d’une petite révolution des consciences sur l’importance de notre patrimoine et de la conservation d’une petite école…dans ‘’la prairie’’.

‘’Même si une brindille est faible, un paquet de brindilles est très résistant’’.

Unissons nos efforts dans cette noble entreprise car :

‘’La torture d’une mauvaise conscience est l’enfer des vivants’’

Omar Bouazza

Omarbouazza2@yahoo.fr

Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour
Les salles de classes et la cour

Les salles de classes et la cour

Les Appartements des enseignants
Les Appartements des enseignants
Les Appartements des enseignants
Les Appartements des enseignants
Les Appartements des enseignants
Les Appartements des enseignants
Les Appartements des enseignants
Les Appartements des enseignants

Les Appartements des enseignants

L'école...écorchée

L'école...écorchée

HARA-KIRI

Ah qu'elle est jolie ...l'école de mon pays.

Ah qu'ils sont poli(cés) ...les citoyens de mon pays.

Ah ce dont ils sont capables les enfants de mon pays...

Ah quelle est belle la culture dans mon pays…

Dialogue de sourds:

- Qu’elle place donnerais tu à la culture dans notre pays?

- la ‘’fenticure’’ et la ''je l'ai'' de ‘’grozeuil’’ c’est celles que je ''premier''.

Ey youliw tsrou Idhamen (pleure des larmes de sang oh mon cœur).

Voila deux vidéos édifiantes de l'état actuel des salles de classes et des logements des enseignants de ce que fut jadis un lieu qui dispensait le savoir, le savoir vivre et le savoir être.

Oui c’est les catacombes de l’école d'Ath Saidha.

Quel gâchis… ya el 3achi

On n'a plus d'école, on n'a plus de culture, on ne considère plus notre identité et nos racines;

bientôt on n'aura même plus nos yeux pour pleurer.

Abou Abdelli sur le chemin de l'exil, lorsqu'il a fuit Grenade qu'il avait perdue, s'est vu apostrophé par sa mère, en haut d'une colline dominant la ville et lui dit:

pleure oh! mon fils comme une femme la ville que tu n'as pas su défendre comme un homme.

A méditer...avant que le dernier train nous laisse sur les quais de l'histoire.

Omar Bouazza

omarbouazza@yahoo.fr

Youtube

https://youtu.be/seF9sRvFzcA

https://youtu.be/PtO0zGxjn5M

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 06:08

Hier le 05 septembre 2016, Mouloud Dahmani et moi-même avons été les invités d’honneur de Dahmane lors de la présentation de ses nouvelles créations le ‘’Zhi Zhu’’ et le ‘’Zinga Zinga’’ au panel de journalistes.

Pour le lancement de son nouveau jeu, il a tenu d’une part à donner la primauté à son pays d’origine l’Algerie, et d’autre part universaliser le message que nos ancêtres du village d’Ath Saidha avaient gravé sur des dalles de pierre bleue des deux agoras (thajmaât) du village.

Omar Bouazza

omarbouazza2@yahoo.fr

Le Zhi Zhu (L'Feldja) et le Zinga Zinga par Dahmane Dahmani

Articles de presse

Le 06 septembre 2016

Le Zhi Zhu (L'Feldja) et le Zinga Zinga par Dahmane Dahmani

http://www.lexpressiondz.com/actualite/249219-zinga-zinga-fait-un-tabac-aux-usa.html

LE JEU EST INVENTÉ PAR UN ALGÉRIEN

Zinga zinga fait un tabac aux USA

Par Salim BENALIA - Mardi 06 Septembre 2016 00:00

Il a décidé de porter encore plus loin le message que les habitants de ce village avaient gravé sur des dalles de pierre bleue à thajmaât (lieu de rencontre des villageois).

M.Dahmane Dahmani est un Algérien passionné, qui vit actuellement aux Etats-Unis où il capitalise de nombreux brevets d'invention, notamment pour les jeux de société, à savoir Zinga zinga et Zhi zhu qu'il vient de révéler à Alger. Ces derniers sont puisés dans le terroir berbère et auxquels l'inventeur donne un goût de renouveau. Ainsi, après un riche parcours professionnel et scientifique mené en Amérique, ce natif d'Ath Saïda, commune de Boudjlil dans la wilaya de Béjaïa, micro-électronicien de renom, détenteur de six brevets d'invention chez Intel (le géant international des puces d'ordinateurs), revient au pays avec ces deux nouveautés ludiques inspirées de jeux millénaires. Zinga-zinga consiste à découvrir le monde, pays par pays, ville par ville...et donc l'Algérie et ses nombreuses cités. Le Zinga zinga, jeu de chance et de stratégie, a été d'abord lancé aux Etats-Unis où il a fait la Une des médias. Il permet aux joueurs de s'affronter en découvrant, sur une carte, les images des monuments emblématiques de différents pays ou villes. Dahmani envisage aussi l'utilisation du Zinga zinga comme une plate-forme publicitaire pour les entreprises, telles que les hôtels. Le Zhi zhu quant à lui est inspiré d'un jeu qui date d'au moins deux mille ans. Il était joué dans une grande partie de l'Afrique du Nord, de l'Egypte jusqu'aux limites de l'actuel Maghreb, et c'est à Ath Saïda que Dahmane Dahmani en a retrouvé les traces. Connu dans la région sous le nom d'El Feldja, ce jeu est également représenté par un dessin rupestre dans cette même région. Probablement gravé par des amateurs de ce jeu qui souhaitaient que les générations futures en gardent le souvenir pour longtemps. En visite dans la région en 2015, Dahmane a décidé de porter encore plus loin le message que les habitants de ce village avaient gravé sur des dalles de pierre bleue à thajmaât (lieu de rencontre des villageois). Quelques mois, plus tard, il invente une nouvelle version de ce jeu avec des règles similaires, mais plus évoluées. Il fabrique un prototype et le fait tester aux Etats-Unis où il organise des tournois dont un à la prestigieuse université de Berkeley où le département d'anthropologie l'invite à donner une conférence sur les jeux antiques. Une autre opportunité de faire connaître une partie du patrimoine national. Le jeu est très apprécié aux Etats-Unis et dans les pays du Golfe où l'on attend l'arrivée du Zhi zhu (TM). Dans les grandes surfaces, après des essais concluants. Malgré tout, c'est en Algérie que Dahmani souhaite le lancer en premier.

Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016
Présentation à la presse le 05 septembre 2016

Présentation à la presse le 05 septembre 2016

Le Zhi Zhu (L'Feldja) et le Zinga Zinga par Dahmane Dahmani

http://www.latribunedz.com/article/20557-Un-chercheur-algerien-invente-le-ZhiZhu-et-Zinga-Zinga

Par Adel Boucherguine | 06-09-2016

Un chercheur algérien invente le « ZhiZhu » et « Zinga-Zinga »

Pour renforcer les liens familiaux, aujourd’hui contrariés par la technologie et la rapidité avec laquelle les jeux électroniques se diffusent à travers le monde, un algérien, pourtant électronicien de renom, a inventé deux jeux qui permettront de renouer ces liens et rassembler les membres d’une communauté autour. Ainsi donc, c’est à partir d’une constatation des «effets négatifs» des jeux de vidéos sur les liens familiaux, que le chercheur Dahmane Dahmani a engagé un travail de recherche «pour trouver un moyen de divertissement qui mettrait à contribution tous les membres de la famille pour en souder les liens», a-t-il précisé, hier, lors de la présentation de ces jeux, à Alger.

Pour renforcer les liens familiaux, aujourd’hui contrariés par la technologie et la rapidité avec laquelle les jeux électroniques se diffusent à travers le monde, un algérien, pourtant électronicien de renom, a inventé deux jeux qui permettront de renouer ces liens et rassembler les membres d’une communauté autour. Ainsi donc, c’est à partir d’une constatation des «effets négatifs» des jeux de vidéos sur les liens familiaux, que le chercheur Dahmane Dahmani a engagé un travail de recherche «pour trouver un moyen de divertissement qui mettrait à contribution tous les membres de la famille pour en souder les liens», a-t-il précisé, hier, lors de la présentation de ces jeux, à Alger. Le premier est dénommé ZhiZhu. Il est inspiré d’un jeu qui date d’au moins deux mille ans. Il était joué dans une grande partie de l’Afrique du Nord, de l’Egypte jusqu’aux limites de l’actuel Maghreb, et c’est à Ath Saida, dans la wilaya de Béjaïa, que le chercheur Dahmane Dahmani en a retrouvé les traces. Connu dans la région sous le nom d’El Feldja, ce jeu est également représenté par un dessein rupestre dans cette même région. Quand au second, le Zinga-Zinga, son concept consiste a «découvrir le monde pays par pays, ville par ville … », ainsi le présente son promoteur. L’histoire du Zinga-Zinga est celle de la rencontre de la créativité d’un père et de la féconde imagination du fils. En 2006, Yanni Dahmani, alors âgé de 12 ans, a été pour beaucoup dans l’invention de ce jeu que son père avait imaginé à partir du jeu classique de domino, un autre jeu millénaire, explique-t-il. Le Zinga-Zinga, jeu de chance et de stratégie, a été d’abord lancé aux Etats-Unis, où il a fait la Une des médias. Dahmane Dahmani a décidé de le lancer récemment en Algérie avec une version familiale et une version «voyage», en petit format. Zinga-Zinga permet aux joueurs de s’affronter en découvrant, sur une carte, les images des monuments emblématiques de différents pays ou villes. Dahmani envisage aussi l’utilisation du Zinga-Zinga comme une plateforme publicitaire pour les entreprises, des hôtels et autres

A. B.

Le Zhi Zhu (L'Feldja) et le Zinga Zinga par Dahmane Dahmani

Lako

Administrateu

http://www.maghreb-sat.com/forum/f265/il-fait-fureur-aux-usa-le-jeu-zingamino-est-l%92invention-d%92un-alg%E9rien-91813.html

  1. 03/09/2016, 15h19#1

Il fait fureur aux USA : le jeu zingamino est l’invention d’un Algérien

Il fait fureur aux USA : le jeu zingamino est l’invention d’un Algérien établi, depuis 25 ans au pays de l’Oncle Sam. Dahmane Dahmani, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a travaillé pendant longtemps chez Intel, le
géant mondial du microprocesseur, en qualité de directeur spécialisé dans la conception et le contrôle des puces et microp
rocesseurs.

Il a entrepris et dirigé plusieurs projets dans le domaine de la conception et de la réalisation des puces microélectroniques telle que le processeur 486, le Pentium, le Centrino... et finalement les mémoires Flash. Il a eu la chance, comme il le souligne à travers un entretien via le Net, de travailler « sur de bons projets de haute pointe » ce qui lui a permis de décrocher 6 brevets d’invention dans le domaine de la conception des circuits intégrés. Interrogé sur le jeu Zingamino, M. Dahmani affirme que l’idée du jeu lui est venue lorsque, en 2004, « je jouais avec lui mon fils Yanni âgé alors de dix ans, aux dominos. Au bout de plusieurs parties, nous nous sommes interrogés si les dominos ne seraient pas plus amusants si nous les disposions en forme de cercle. Nous avons ensuite pensé à fabriquer des dominos en couleurs et qui étaient censés être disposés autour de quatre cercles en fonction des couleurs de ceux-ci. C’est ainsi que le Zingamino a vu le jour. Deux à huit personnes peuvent jouer à ce jeu qui permet aux membres de la famille de se réunir et de communiquer davantage.Le nom du jeu vient de la composition du mot swahili (langue africaine) zinga qui signifie tourner et du mot mino.Le jeu a été présenté, selon l’inventeur, à des voisins et amis algériens installés aux Etats-Unis pour le tester. J’ai eu un excellant feed-back ce qui m’a encouragé à le commercialiser », avoue-t-il.2000 exemplaires ont été par la suite fabriqués avant qu’une campagne de promotion fut lancée sur le Net.
« Là aussi, j’ai été agréablement surpris par l’intérêt suscité par le Zingamino », ajoute-t-il. « Une compagnie (DYD Games and Toys), spécialisée dans la conception, le développement et la commercialisation des jeux et jouets éducatifs et familiaux a vu le
jour.Actuellement, ce jeu se vend dans les magasins de jeux et de jouets dans plusieurs Etats (Californie, Georgie, New York, Hawai).Il est aussi commercialisé sur les sites des grandes firmes américaines spécialisées dans les jeux et jouets ; ToysRUs.com, KBToys.com, eToys.com.On a eu beaucoup de presse dans les journaux de Sacramento, Folsom, New York... ainsi que dans les chaînes locales de télévision NBC et CBS. En décembre 2006, une licence pour le marketing et la distribution de Zingamino a été signée avec une firme américaine qui commencera à le commercialiser dans les grandes surfaces à travers les USA, le Canada, le Mexique et Puerto Rico.Des négociations avec deux firmes françaises pour une licence sur le territoire français ainsi que les pays de l’Union européenne sont actuellement en cours », avoue notre interlocuteur. « Mon espoir est de trouver un partenaire en
Algérie, un partenaire non seulement pour commercialiser ce jeu, mais
également pour tenter de créer une culture du jeu de famille qui reste
inexistante en Algérie (hormis les jeux de vidéo) surtout pour
l’éducation des enfants. » Dahma
ne Dahmani travaille sur un autre jeu
qui est encore au stade de test.

Le Zhi Zhu (L'Feldja) et le Zinga Zinga par Dahmane Dahmani

Le Soir d'Algerie

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2016/09/06/article.php?sid=201576&cid=16

Culture : Des jeux de société qui font fureur aux États-Unis
Dahmane Dahmani veut lancer Zhi Zhu et Zinga-Zinga en A
lgérie

Le monde est petit ! Nous avons rencontré, hier, lundi, à Alger, Dahmane Dahmani, «l’ange gardien» de notre confrère Arezki Metref à San Francisco au printemps dernier. Au restaurant «Yulmaz» d’Alger-Centre à quelques mètres de la place Audin, Dahmani a parlé et présenté ses jeux de société «Zhu Zhi» et «Zinga-Zinga» qu’il a l’intention de lancer en Algérie.
Après un riche parcours professionnel et scientifique aux Etats-Unis, Dahmane Dahmani, micro-électronicien de renom, détenteur de six brevets d’invention chez Intel (le géant des puces d'ordinateurs), revient donc en Algérie avec deux jeux de société inspirés de jeux millénaires.
Ayant constaté les effets négatifs des jeux vidéo sur les liens familiaux, Dahmani a engagé un travail de recherche pour trouver un moyen de divertissement qui pourrait réunir les membres de la famille.
Le Zhi Zhu est inspiré d’un jeu vieux d’au moins deux mille ans et qui était joué dans une grande partie de l’Afrique du Nord, de l’Égypte jusqu’aux limites de l’actuel Maghreb. C’est à Ath Saïda, dans la wilaya de Béjaïa, que Dahmane Dahmani a retrouvé les traces de ce jeu connu localement sous le nom d’El Feldja. Ce jeu est également représenté par un dessin rupestre dans cette même région.
En visite dans la région en 2015, Dahmani a décidé de porter encore plus loin le message que les habitants de ce village avaient gravé sur des dalles de pierre bleue à la Thajmaât (lieu de rencontre des villageois). Il invente alors une nouvelle version de ce jeu avec des règles similaires mais plus évoluées. Il fabrique aussi un prototype et le fait tester aux Etats-Unis où il organise des tournois dont un à la prestigieuse Université de Berkeley. Le département d’anthropologie de cette même université l’invite à donner une conférence sur les jeux antiques, une autre opportunité pour lui de faire connaître une partie du patrimoine national algérien. Le jeu est très apprécié aux Etats-Unis et dans les pays du Golfe. Mais, c’est surtout en Algérie que Dahmani souhaite le lancer en priorité. Pour lui, faire revenir ce jeu au pays serait un juste retour des choses et aussi un hommage à son village d’Ath Saïda. Zhi Zhu est un mot en chinois qui veut dire «araignée», car le jeu ressemble à une toile d’araignée.
L’histoire du Zinga-zinga est très familiale. En 2006, Yanni Dahmani, alors âgé de 12 ans, a été pour beaucoup dans l’invention de ce jeu que son père avait imaginé à partir du jeu classique de domino. Le Zinga-Zinga !, un jeu de chance et de stratégie, a été d’abord lancé aux Etats-Unis. Dahmane Dahmani a décidé de le lancer récemment en Algérie avec une version familiale et une version «voyage». Zinga-Zinga ! permet aux joueurs de s’affronter en découvrant, sur une carte, les images des monuments emblématiques de différents pays ou villes.
Le jeu peut être proposé en version «pays» ou en version «villes». Ceci, ainsi, permet aux joueurs de s’amuser tout en apprenant la géographie et l'histoire avec cet outil éducatif.
Son nom vient de Zinga, mot en Swahili (langue africaine) qui veut dire tourner autour du cercle.
Après avoir obtenu deux baccalauréats (algérien et français) avec mention en 1975, Dahmane Dahmani décroche une bourse d’études pour les Etats-Unis. Il y obtient un diplôme dans le domaine de l’automatisme et de l’électronique en seulement trois ans au lieu de quatre. Il décroche, ensuite, un master dans cette même branche, en une année et demie au lieu de deux ans d’études.
En 1981, il est recruté par Intel où il sera chargé de la conception des puces électroniques. Il revient en Algérie en 1984 pour effectuer son service militaire. Il va aussi travailler à la compagnie Sonatrach. En 1987, il est rappelé par Intel. A partir de 1992, il obtient six brevets d’invention dans le domaine de l’électronique au niveau de cette même firme.
En 2006, il prend une «retraite» anticipée et se lance, avec son fils Yanni, dans le domaine des jeux de société. Ils inventent le jeu Zingamino qui sera vendu sous licence par la compagnie américaine Jax, Ltd. De 2007 à 2012, Dahmane Dahmani rejoint quelques «startups» pour en diriger des équipes d'ingénieurs et de technical marketing toujours dans le domaine des puces électroniques.
En 2013, il rejoint la compagnie Qualcomm, le géant international du «wireless» basé à San Diego, spécialisée dans la création de puces pour téléphones mobiles. En 2015, il prend une autre «retraite» pour se consacrer à sa passion, la création et l’innovation dans le domaine des jeux et des jouets, une passion qu’il partage avec son fils et ses deux filles qui sont tous membres de l’entreprise familiale : LZG Games & Toys, basée à San Diego, aux Etas-Unis.
Le Zinga-Zinga ! et le Zhi Zhu peuvent être joués à partir de l’âge de 5 ans. Lundi à Alger, Dahmani a également plaidé pour une «culture du jeu». Un jeu de société n’est souvent pas seulement un «simple» (et sain) divertissement.
«Dans un jeu, on a des possibilités de faire des choix qui vont déterminer l’issue de la partie. Dans la vi
e aussi, nos choix déterminent notre avenir», a-t-il fait remarquer.
Kader B.

Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 15:15

Un scientifique algérien redonne vie à des jeux millénaires

Après un parcours professionnel et scientifique de près de 40 ans aux Etats-Unis, Dahmane Dahmani, micro-électronicien algérien, détenteur de six brevets d’invention chez Intel, est revenu en Algérie avec deux jeux de société qu’il a inventés.

Il s’agit du Zinga-Zinga et du Zhi Zhu.

Dahmane Dahmani mon ami, une de nos perles rares.

Si le premier est considéré comme un jeu universel, inspiré du Domino, le second a été directement puisé dans le terroir algérien. Vieux de plus de deux mille ans, il était joué dans une grande partie de l’Afrique du Nord, de l’Egypte jusqu’aux limites de l’actuel Maghreb, et c’est à Ath Saida, dans la wilaya de Béjaïa, que Dahmane Dahmani en a retrouvé les traces. Connu dans la région sous le nom d’El Feldja, ce jeu a retrouvé une nouvelle vie grâce au scientifique algérien.

Dahmane Dahmani a inventé une nouvelle version de ce jeu qu’il rebaptisé Zhi Zhu (toile d’araignée en chinois) et qu’il a testé aux Etats-Unis, où il a organisé des tournois dont un à la prestigieuse université de Berkeley. Après le déroulement du tournoi, le département d’anthropologie de cette université a invité l’inventeur algérien à donner une conférence sur les jeux antiques. D’autre part, le Zinga-Zinga a été créé, dans sa première version de 2006, avec la participation de Yanni Dahmani, fils de l’inventeur, alors âgé de 12 ans.

Le jeune prodige algérien avait capté l’attention des médias américains. Dahmane Dahmani, qui a constaté les effets néfastes des jeux vidéos sur les liens familiaux, dit avoir choisi de se lancer dans les jeux de société pour redonner vie aux foyers. LZG Games & Toys est le nom donné à la société de Dahmane Dahmani et dans laquelle travaillent également son fils et ses deux filles.

Après avoir obtenu deux baccalauréats (algériens et français) avec mention en 1975, Dahmane Dahmani décroche une bourse pour les Etats-Unis. Il y obtient un diplôme dans le domaine de l’automatisme et de l’électronique en seulement trois ans au lieu de quatre. Il décroche, ensuite, un Master dans cette même branche, en une année et demie au lieu de deux ans. En 1981, il est recruté par Intel et à partir de 1992, il obtient six brevets d’invention dans le domaine de l’électronique au niveau de cette même firme. 

L. M. El Watan: http://www.elwatan.com/hebdo/magazine/un-scientifique-algerien-redonne-vie-a-des-jeux-millenaires-03-09-2016-327996_265.php

Omar Bouazza

omarbouazza2@yahoo.fr

PS/ en tête à tête on vient de faire un périple en kabylie – Ath Saidha/Alger par la vallée de la Soummam puis par le litoral;

On est rentré hier à 23h via Béjaia où l’on a été les hôtes de notre ami Belaid Taghersift.

Nous nous sommes régalé d’un Hmiss et d’une succulente galette toute chaude préparés par sa sympathique épouse et servis par ses deux pétillantes filles.

Après, Boulimat, Saket et toutes ses plages merveilleuses,

Dahmane Dahmani mon ami, une de nos perles rares.
Dahmane Dahmani mon ami, une de nos perles rares.
Dahmane Dahmani mon ami, une de nos perles rares.

Nous avons fait escale à Beni Ksila où nous avons passé un petit moment avec notre grand ami Khelil Athmane et sa famille sur la terrasse de sa maison dominant les plages et l'azur de la Méditerrannée.

Devant leur accueil chaleureux et tétanisés par la beauté du site, nous ne pouvions décoller de notre observatoire.

Nous avions été tentés de prolonger ‘’l’ga3da’’ si ce n’est qu’il fallait regagner Alger où des obligations nous appelaient pour le lendemain

Merci Dahmane, Merci Belaid, merci Athmane

- Dahmane, dés que tu m'envoies les photos, j'actualiserai avec les photos de Dahmane à Bni Ksila.-
Omar Bouazza
Athamane Khelil, Eymene Khelil et Adem Bouazza
Athamane Khelil, Eymene Khelil et Adem Bouazza
Athamane Khelil, Eymene Khelil et Adem Bouazza
Athamane Khelil, Eymene Khelil et Adem Bouazza
Athamane Khelil, Eymene Khelil et Adem Bouazza
Athamane Khelil, Eymene Khelil et Adem Bouazza

Athamane Khelil, Eymene Khelil et Adem Bouazza

EL FELDJA DANS SA CONFIGURATION PRIMAIRE.

Aujourd’hui en phase de réanimation par les'' médecins'' de bonne volontés.

Dahmane Dahmani mon ami, une de nos perles rares.

Le jeu L'Feldja gravé sur plusieurs dalles en pierre bleue en ce lieu convivial qu'étaient des deux Thajma3th (agoras) d'Ath Saidha.

Combien de choses, et de souvenirs sont enfouis à jamais dans les vestiges de nos villages... (en ruines) et/ou dans les tombes de nos ancêtres.

Chaque empan de terre de nos villages que nous foulons de nos misérables pieds renferme des amphores de souvenirs et d'histoire.

Nous leur tournons le dos par la faute de notre insouciante ignorance parceque nos centres d’intérêts sont plutôt orientés vers les choses matériels.

Quelle belle initiative que celle de mon ami Dahmane qui consacre son érudition et son know-how à redonner vie à une partie de notre patrimoine ancestral.

Dahmane, Yanni, mes amis, combien d'égards et d'estime on vous doit.

Combien d'espoir en l'avenir vous nous redonnez.

Que Dieu vous Garde et Fertilise vos Œuvres.

''Si un doigt ne peut pas prendre un caillou, plusieurs doigts peuvent (RE)construire un village''.

Utilisons ces cailloux qui nous servent de têtes...(creuses) et MEDITONS

Yek la méditation ça ne coute même pas un caillou.

Omar BOUAZZA
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 15:20

Accès au village d'Ath Saidha par la pénétrante Ahnif/Bejaie

deux possibilités:

a) par l'échangeur N° 06 sur la RN N° 05 à hauteur du pont d'Ath Vouali/Beni Mançour, soit à une quinzaine de km;

b) par l'échangeur N°05 après la Zone Industrielle (Amalou) d' Akbou, soit à une quarantaine de km.

Sept échangeurs sont programmés sur la pénétrante Ahnif/ Béjaia.

Qui aurait dit...

Allez bonne route et bienvenue...pour un ressourcement et un(e) réoccupation des espaces héréditaires.

PS/ ne jamais dire, source (fontaine), je ne (RE)boirai pas de ton eau.

Omar BOUAZZA

omarbouazza2@yahoo.fr

Echangeurs N°06 et 07

Echangeurs N°06 et 07

Itinéraire actuel.

Itinéraire actuel.

L'autoroute passe à deux km du village (voir le tracé) , mais malheureusement, il faut sortir à plus d'une quinzaine de km en amont (Ath Vouali sur la RN 05) ou plus de 30/40 km en aval (Amalou- Akbou sur la RN 26)

ECHANGEURS AUTOROUTE - Pénétrante Ahnif/Béjaia -
ECHANGEURS AUTOROUTE - Pénétrante Ahnif/Béjaia -
ECHANGEURS AUTOROUTE - Pénétrante Ahnif/Béjaia -
Repost 0
Published by Omar BOUAZZA - Athsaidha (Ouled Saida)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • Le blog de Athsaidha (Ouled Saida) - Omar BOUAZZA
  • : HISTORIQUE ET GENEALOGIE DU VILLAGE
  • Contact

Recherche

Liens